Un autre monde

Montrez nous votre personnage ^^

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Alastair » 04 Juin 2018, 12:56

Épisode 29 – Les réfugiés

Carver Hawke était inquiet. C’était leur troisième expédition mais cette fois ci les Orlésiens avaient réussi à leur barrer la route. Heureusement Vale avait pu les prévenir des rassemblements de troupes et la mage de Tevinter les avait rejoint juste à temps pour leur éviter de tomber dans un piège. Seulement maintenant ils s’étaient enfoncés dans Tirashan sur une piste presque effacée vers un refuge problématique.
C’est à ce moment que dans une trouée il aperçut le cavalier. Cela n’avait duré qu’un instant mais il était certain de ne pas s’être trompé seulement il était incapable d’identifier le type d’armure que portait ce cavalier. Peu après Fenris le rejoint.
- Nous sommes surveillés - dit il. Ces gens restent à distance mais je suis arrivé à en apercevoir plusieurs. Ils semble habillés de fourrures et de plumes, certains avec des bois de cerfs sur leurs coiffures.
- Moi, j’ai vu un cavalier qui nous regardait avancer depuis la colline la bas. Seulement je n’ai aucune idée de l’armée à laquelle il appartient. Je n’ai jamais vu d’armure comme çà.
- Des armes ?
- Un grand arc asymétrique et il me semble une épée à la ceinture. Il n’a fait que passer et je ne l’ai vu que pendant un très court instant. La dame n’a pas d’autres informations ?
- Seulement que toutes les tentatives de l’Imperium se sont soldées par des échecs coûteux et aussi que les Orlésiens auraient subi le même sort.
- Vale ?
- Il se remet de sa blessure. Il a entendu ce qu’elle disait mais ne sait absolument rien de ce qui se trouve la bas. Il a quand même précisé que la presque totalité des clans Dalatiens de Tirashan avaient rejoint la Montagne Blanche.
- Pour autant que je sache ils restaient au cœur de la forêt. Il n’est donc pas étonnant que nous n’en ayons pas vu. Tu crois que les Chevaliers nous suivent ?
- Je pense, oui. Notre premier voyage s’est soldé par un défaite sanglante pour eux. Lors du second nous sommes passé sous leur nez sans qu’ils nous remarquent. Cette fois ci ils feront le maximum pour nous coincer. C’est pour çà que nous ne pouvons pas nous arrêter.
Ils sont interrompus par un de leurs éclaireurs.
- On aperçoit une grande montagne doit devant à travers les arbres et je jurerais qu’il y a des bâtiments tout en haut.
- Loin ? - demande Fenris
- Assez, oui ! Je dirais encore une journée de marche.
- Il va falloir s’arrêter pour la nuit – intervient Carver. Les bêtes sont épuisées.
- Alors on fait un cercle avec les chariots mais on ne dételle pas les bêtes et nous repartirons à l’aube.
Malheureusement vers 2 heures du matin les gardes repérèrent des mouvements tout autour du camp. Heureusement qu’ils avaient eu le temps de bourrer des épineux en dessous des voitures. Les nuages se dissipèrent, emportés par le vent et les lunes éclairèrent le paysage. Ils distinguaient des mouvements dans les buissons mais aussi dans les arbres.
Brusquement tout se déclencha mais pas de la manière à laquelle ils s’attendaient. Une torche s’alluma brusquement à la lisière du bois et son porteur s’apprêta à la lancer quand le chant d’une corde d’arc retentit et l’homme s’effondra tué net, la torche continuant de brûler sur le sol.
- Bravo à celui qui a tiré – souffle Fenris.
- Ce n’est pas l’un de nous, ser
Fenris se tourne vers celui qui vient de parler. C’est un Fereldien avec un grand arc Dalatien.
- Tu es sur ? - demande l’elfe
- Le tir est venu du bois vers la droite la bas et je dirais que l’archer est dans un arbre.
- Donc il y a du monde dans cette forêt…
- Fenris ! - appelle Carver
- Oui ?
- La dame veut te parler. Elle dit que c’est très important.
- J’arrive. Passez le mot. Personne ne tire une flèche ou un trait sur quiconque n’est pas un ennemi avéré. Je reviens.
L’elfe monte dans la voiture ou la Tevintide est couchée.
- Vous voulez me parler ? - demande t il
- Oui ! Ça m’est revenu en entendant ce qui est arrivé. Je… Je ne vous ai pas tout dit… L’imperium a tenté de s’emparer de tout Tirashan après les Anderfels et il était même prévu d’aller au-delà des montagnes mais ils ont été arrêtés au pied des Hunterhorn et aussi dans cette région. La version officielle dit que ce sont des survivants d’ Arlathan qui ont repoussé nos armées mais certains textes, des journaux tenus par les survivants de l’expédition avec des cartes et des itinéraires racontent une toute autre histoire. Les légions de l’empire se sont heurté à une nation retranchée derrière des montagnes et les rares passages étaient barrés par des cités fortifiées. De plus les habitants sont décrits comme principalement des humains avec aussi plusieurs types d’elfes. Ces descriptions me paraissaient fantastiques mais maintenant…
- Que voulez vous dire par « plusieurs types d’elfes » ?
- J’ai un livre avec moi si vous lisez le Tévène mais pour commencer il y avait une race d’elfe très grands et très forts, la peau verte ou grise, comme des Qunaris sans cornes mais avec des crocs apparents. Ce sont eux qui défendaient le pays coté Anderfels.
- J’en ai entendu parler mais je croyais qu’ils venaient d’au delà des montagnes à l’Ouest. Il y aurait pas mal de mercenaires de ce genre dans les Anderfels.
- Oui. Selon la rumeur le roi des Anders a un traité d’alliance avec ces gens. D’autres elfes étaient très grands, la peau dorée, de grands yeux ambres ou verts. Il ressemblaient à ceux d’ Arlathan. Un troisième groupe avait la peau grise ou bleue et des yeux rouges. Ces deux groupes maîtrisaient la magie d’une façon différente de nous. Un texte dit qu’ils ne tiraient pas leur pouvoir de l’immatériel mais du ciel, plus particulièrement du soleil et des étoiles. Un troisième groupe étaient composé d’elfes ressemblants au second groupe mais plus petits et vivait dans les forêts.
- Et les humains ?
- Des survivants d’un grand empire disparu qui ont fusionné avec des indigènes des montagnes.
- Comment savez vous tout çà ?
- Un de mes lointains ancêtres a été prisonnier de ces gens et son journal est là dans mon sac. Il commandait une cohorte et est très précis dans ses descriptions et son récit des événements. Et la route que je vous ai fait prendre quand j’ai vu que les Orlésiens vous tendaient un piège mène droit chez ce peuple, plus exactement à la forteresse de Karthspire, la montagne sacrée… Et un des premiers empereurs d’ Orlaïs a tenté de s’emparer de ce pays et l’a payé cher. Les Chevaliers ont voulu faire les malins et sont passés par la vallée centrale des Hunterhorn. Seulement le passage est gardé par la capitale des elfes verts et ils ont été repoussés. Quand ils ont abandonné le siège, ils sont tombé dans une embuscade tendue par des soldats de la montagne sacrée. La moitié de cette armée a été anéantie, 10 000 soldats. Ceux qui suivaient n’ont retrouvé que quelques survivants et sont passés entre deux haies de têtes coupées, plantées sur des piques… Dont celle d’un prince impérial…
- C’est pour çà que vous nous avez dirigés vers eux ?
- Oui. Voyez vous je suis d’abord une historienne. Le destin a fait de moi une mage mais je ne pratique quasiment pas et je ne suis pas en position d’hériter de quoi que ce soit aussi je préfère étudier. Je suis un vrai rat de bibliothèque.
- Il faut que je prévienne Carver et les autres mais je reviendrais vous voir. Comment vous sentez vous ?
- La fièvre a baissé mais je me sens encore très faible. J’ai du attraper ça en traversant Nahashin.
- Vous avez eu de la chance
- Et de l’aide, des mercenaires Vashoths
- Vraiment ?
- Il y avait peut être des Tal-Vashoth parmi eux mais ils se comportaient en gens civilisés alors…
- Et ou sont ils ?
- Ils allaient proposer leurs services aux Anders. Hossberg a peur d’une tentative d’ Orlaïs.
- Avec les problèmes en Dalatie ?
- L’empereur a déjà tiré un trait sur la Dalatie au moins pour le moment et veut compenser la perte de territoire. Il oublie juste que le Premier Garde des Ombres est un Ferelden qui considère que les Orlésiens ne valent pas mieux que les engeances.
- Bon ! Je vous laisse ! Je vais aller voir ce qui se passe.
Il rejoint Carver et demande
- Alors ? Quoi de neuf ?
- Rien en ce qui nous concerne mais il y a eu des cris et des combats dans la forêt. J’ai renvoyé la moitié des gars dormir. Comment va t elle ?
- Mieux ! Va dormir. Je te réveillerais dans deux heures.
Deux heures plus tard Carver remplace Fenris et fait changer les sentinelles. Les nuages sont revenus et il fait sombre comme dans un four. La forêt tout autour d’eux est silencieuse ce qui signifie qu’il y a du monde et que les animaux ont peur et se taisent. Carver fait une ronde continue à l’intérieur du cercle. A six heures, Carver réveille Fenris pour décider de la suite.
- Que fait on ? - demande t il . Je suis certain qu’il y a du monde autour de nous.
- Tu as raison. Même quand nous avancions on entendait les oiseaux et là… Le silence… D’un autre coté… Est ce que le corps de celui qui voulait mettre le feu est toujours là ?
- Heu… Oui ! Il est la bas !
- Tu vois ce que c’est ?
- Je dirais un Orlésien, un éclaireur pas un Chevalier. Hé tu entends çà ?
Une sorte de froissement résonne dans la forêt venant de l’Ouest, froissement qui peu à peu se transforme en piétinement. Plus il se rapproche et plus on comprend que c’est une troupe en marche qui avance.
- Regardez ! - crie une des sentinelles.
Sur la route vers l’Ouest un cavalier vient d’apparaître suivi par des soldats à pied. La colonne occupe toute la largeur de la piste et se scinde en deux à l’entrée de la clairière. Le cavalier s’est arrêté et les regarde passer de chaque coté du convoi. Les soldats portent tous la même tenue et avancent au pas, enseignes en tête, des piquiers et des archers. Derrière les fantassins une longue colonne de cavaliers, lanciers et sabreurs. Les réfugiés sont maintenant tous réveillés et regardent cette étrange armée défiler devant et derrière eux.
- Quelque chose me dit que les Orlésiens ont du mouron à se faire – commente Carver. Tu as déjà vu çà ?
- Une armée, une vraie, comme les légions de Tevinter ou les Qunaris.
- Ou encore les gens de la montagne blanche
- Aussi, oui…
- Voilà du nouveau
Des soldats sortaient du bois. Ils portaient des armures du même type que ceux qui venaient de passer. C’étaient des archers mais tous portaient aussi deux épées, une longue et une courte. Deux d’entre eux commencèrent à examiner le cadavre de l’ Orlésien tandis que d’autres apportaient d’autres corps en sortant du bois. Ces corps étaient fouillés par un ou deux soldats tandis qu’un autre prenait des notes. Tous portaient des casques et des masques. Peu après un groupe arrive de l’Ouest avec des chevaux et du matériel de camp. Il est suivi peu après par une femme âgée escortée par trois guerriers vêtus de fourrures.
Alors que les soldats ont complètement ignoré le convoi ces gens se dirigent droit dessus. Les guerriers descendent de leur monture et l’un d’eux aide la vieille dame à descendre de son poney. Elle récupère une besace accrochée à sa selle et s’avance droit vers Fenris et Carver suivie par deux guerriers.
- Bonjour jeunes gens – dit elle. Je suis la Matriarche Eola de Karthspire. Je me suis dis que vous auriez peut être besoin de soins. Est ce qu’il y a des blessés ou des malades parmi vous ?
Carver et Fenris se regardent et l’elfe répond.
- Un blessé. Il a reçu une flèche dans la poitrine et plusieurs malades, principalement des enfants mais aussi une adulte. Elle dit qu’elle a attrapé la fièvre dans les marais de Nahashin.
- Je vais voir ce que je peux faire. Puis je entrer ?
- Heu… Oui…
Carver fait un signe et un des conducteurs fait reculer le chariot. La femme et un des guerriers se glissent dans le passage.
- Carver va vous conduire – ajoute Fenris
- Comme je ne sais pas ou en sont les soldats il vaut mieux refermer – ajoute la Matriarche. Je vais d’abord voir le blessé.
Elle se tourne vers le guerrier
- Omrud, vois les malades et viens me dire ce qu’il en est !
- Oui Matriarche – répond l’homme
Carver la conduit au chariot ou repose Forrest Vale. Après un bref examen la Matriarche sourit.
- C’est sérieux mais il a eu de la chance. La flèche s’est planté entre deux côtes si bien qu’elle n’a fait qu’égratigner le poumon. Dites moi jeune homme, avez vous peur de la magie ?
- Non madame
- Excellent ! Je vais l’utiliser pour extraire la pointe de flèche sans faire plus de dégâts. Ensuite lutter contre une possible infection et cicatriser la plaie sera une affaire de potions. D’abord je vais vous endormir pour éviter que vous bougiez pendant l’extraction.
A ce moment le guerrier a fait le tour des chariots et revient faire son rapport.
- Cinq enfants font de l’atonie et trois de la fièvre anémiante. Tous, même ceux qui ne sont pas malade sont sous alimentés… Comme les adultes d’ailleurs. La femme a une fièvre anémiante des marais. Comme elle commençait un accès je lui ai donné une potion.
- Et pas aux enfants ? - demande Carver
- Ce sont des potions pour un adulte. Il faut que je les coupe pour des enfants.
- Quel âge ? - demande la Matriarche en préparant ses instruments
- Trois ont entre cinq et huit ans et les autres entre treize ans et quinze.
- Pour les jeunes tu coupe à 1 tiers d’actif et pour les autres à la moitié.
- Oui Matriarche.
Pendant que la femme s’affaire sur Vale l’homme a sorti de son sac des potions, des fioles vides, une éprouvette et un bidon d’eau puis s’active à préparer les doses. Ensuite il sort de son sac des friandises.
- Les potions sont si mauvaises que çà ? - demande Carver.
- Dans le temps on ajoutait du Sucrelune pour améliorer le goût sans réduire le pouvoir actif mais çà fait bien longtemps que les stocks sont épuisés. Maintenant on se contente de donner des bonbons au miel une fois que la potion aura été prise.
- Et les enfants ? C’est grave ?
- Non ! Une seule dose suffira. Mais la dame aura peut être besoin d’une deuxième demain.
Pendant ce temps Fenris a entamé une conversation avec les deux autres guerriers.
- Franchement je ne m’attendais pas à une intervention de ce genre.
- Il y a un nouveau chef à Karthspire. Elle a voulu marquer le coup. - répond un guerrier
- Surtout que les Orlésiens ont franchi la limite – ajoute l’autre
- Quelle limite ?
- Ça ne concerne que les gens armés pas ceux qui viennent se réfugier chez nous car vous n’êtes pas les premiers, vous savez ?
- C’est ce qu’on m’a dit mais cette limite ?
- La légion ou dans ce cas les Gardes Dragons ne tolèrent pas d’intrusions armées à moins d’un jour de marche de la frontière officielle – répond le premier
- Frontière qu’ Orlaïs n’a jamais reconnue – ajoute le second. Excusez moi mais vos tatouages, je croyais que çà ne se faisait plus ?
- J’étais esclave en Tevinter quand on me les a faits. J’en ai perdu la mémoire.
- Ça ne m’étonne pas. Il y a très longtemps les Matriarches ont essayé ce truc quand elles n’ont plus pu créer de Roncecœurs. Ce n’était pas les volontaires qui manquaient mais ceux qui survivaient devenaient fous. C’est à base d’ Aetherium, non ?
- Nous appelons çà du Lyrium. C’est utilisé pour les runes d’enchantements et les potions pour restaurer la magie… Pour les mages…
- Ils boivent ce poison ? Chez nous on utilise çà exclusivement pour les enchantements et encore avec beaucoup de précautions. On s’estime heureux si un enchantement sur six ou sept fonctionne. C’est vrai qu’ils sont plus puissants que les enchantements traditionnels et qu’on a pas besoin de recharger les armes mais le produit est rare et donc cher.
- C’est pour çà que la Matriarche vous a regardé en passant – reprend l’autre garde. C’est votre… propriétaire qui vous a fait çà ?
- Oui. Un Magister appelé Danarius. Il est mort.
- Vous l’avez tué ?
- Oui
Les deux guerriers hochent la tête. Le premier reprend
- La matriarche va certainement demander à vous examiner. - reprend le premier. A vous de voir mais elles sont très respectées parmi notre peuple. L’aider dans ses recherches pourrait vous faciliter les choses chez nous. De toute façon elle ne vous demandera certainement qu’un peu de sang.
- Je vais réfléchir – répond l’elfe. Dites moi, est ce qu’il sera possible de nous ravitailler ? Ce détour n’était pas prévu et cela fait quatre jours que les rations ont été réduites pour tous, même l’escorte.
- Je vais demander. - répond le second qui revient un peu plus tard avec un soldat qui de près s’avère être une femme.
- Optione Uaile Alcawe – se présente t elle. Vous êtes à court de vivres ?
- Fenris – répond il. Oui. Ce détour n’était pas prévu.
- Je vais faire prévenir le Légat car je ne sais pas ce qui est prévu pour vous et je vais faire apporter du ravitaillement. Combien êtes vous ?
- Quarante deux familles de réfugiés, une cinquantaine d’isolés et une trentaine de mercenaires pour l’escorte.
- C’est noté. Des malades ?
- Des enfants et une femme mais rien de contagieux. Les enfants viennent d’un bas Cloître et la femme a attrapé la fièvre dans les marais de Nahashin. Il y a une Matriarche qui s’occupe d’eux et du blessé.
- Un blessé ?
- Un ancien soldat de l’Inquisition. C’est lui qui nous a prévenu de la première embuscade mais il n’a échappé aux Orlésiens que de justesse. C’est la femme qui nous a dit que Tirashan était encerclé et qui nous a dit que nous trouverions un refuge par ici.
- Pour le refuge, pas de problème mais je crains que vous ne soyez obligés de rester un certain temps avec nous. Orlaïs menace les Anders avec qui nous avons une alliance si bien que nous ne pourrons pas dégager de gens pour vous escorter vers le Sud surtout avec les engeances qui s’excitent au-delà des montagnes.
- Des engeances ?
- Oui, à l’Ouest. Elles sortent de leur puits pour envahir les Tréfonds des nains puis passent à l’Est par les tunnels. Nous avons réussi a trouver certaines des entrées qu’elles utilisent et à les bloquer mais il y en a d'autres et avec Orlaïs qui nous menace… Au temps de sa splendeur Tevinter a tenté de nous envahir mais nous avons repoussé ses armées comme celles d’ Orlaïs plus tard.
- On m’a raconté çà. La dame qui nous a guidé vers vous est une érudite de Tevinter.
- Intéressant. Bon j’ai du travail. Je vous laisse mais je reviens vers vous dès que j’ai du nouveau et ne vous inquiétez pas mon unité est là pour vous protéger.
Dernière édition par Alastair le 04 Juin 2018, 22:27, édité 1 fois.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 04 Juin 2018, 22:02

Alastair a écrit:Carver Hawke était inquiet. C’était leur troisième expédition mais cette fois ci les Orlésiens avaient réussi à leur barreR la route.

Une torche s’alluma brusquement à la lisière du bois et son porteur s’apprêta à la lancer quand le chant d’une coRde d’arc retentit et l’homme s’effondra tué net, la torche continuant de brûler sur le sol.

- Rien en ce qui nous concerne mais il y a eu des cris et des combats dans la forêt. J’ai renvoyé la moitié des gars dormir. Comment va t elle ?
- Mieux ! Vas dormir. Je te réveillerais dans deux heures.

Sur la route vers l’Ouest un cavalier vient d’apparaître suivi par des soldats à pied. La colonne occupe toute la largeur de la piste et se scinde en deux à l’entrée de la clairière. Le cavalier s’est arrêté et les regarde passer de chaque cotés du convoi.


Il semble que les orcs se soient inspirés des gnolls en ce qui concerne la défense des cols montagneux et la décoration des chemins :demon:

Na'thani : "- Plus de sucrelune ? C'est bien fait pour vous . Fallait pas le déclarer illégal avant" <<
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 7684
Images: 63
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 04 Juin 2018, 22:29

Les têtes coupées ce ne sont pas les orques, ce sont les Crevassais, enfin leurs héritiers :demon:
Pour le sucrelune, c'est extrait d'une plante de pays chauds. Pas vraiment la latitude de Ferelden et orlaïs.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 04 Juin 2018, 22:43

Si les humains n'avaient pas déclaré le sucrelune illégal , les khajiits auraient pu le cultiver à pleins champs et avoir des stocks de réserve :pense:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 7684
Images: 63
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 04 Juin 2018, 22:48

Oui mais le monde a un peu beaucoup changé. Il y a encore des Khajiits et ils cultivent certainement la canne à sucrelune mais ils ne sont plus au Sud...
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 27 Juin 2018, 18:54

Épisode 30 – Préparatifs

Une heure plus tard la Matriarche revenait vers Fenris avec son assistant.
- Le blessé est hors de danger. - annonce t elle. J’ai laissé quelques potions pour quand il se réveillera. Les enfants sont aussi sortis d’affaire. Ça prendra un peu plus de temps pour la Dame mais là aussi deux potions suffiront. Vous m’intriguez jeune homme.
- Mes tatouages au Lyrium
- Du Lyrium ? Sithis ! Ca a du être horrible !
- Ça a été extrêmement douloureux et j’en ai perdu la mémoire.
- Ça ne m’étonne pas. Nos ancêtres ont essayé ce genre de chose il y a très longtemps à partir d’une vieille recette des elfes des neiges mais malgré tous leurs efforts et le fait que beaucoup de guerriers étaient volontaires pour çà ils ont préféré arrêter. Les gens devenaient fous et mouraient au bout de quelques mois… Est ce qu’on pourrait éventuellement contacter la personne qui vous a fait çà ?
- Je l’ai tué
- Tant pis ! De toute façon… Peut être que la première Matriarche vous contactera… Ou peut être pas… De toute façon ce genre de manipulation n’est pas ma tasse de thé. Je préfère soigner et de loin. Un peu de magie de combat et d’enchantement et çà me suffit.
- Même avec tous les soldats ?
- La légion et les Gardes Dragons ont leurs propres mages. Tiens ! Puisqu’on parle du loup voilà le Légat.
- Matriarche ! Comment allez vous ? - lance la haute silhouette en armure
- Très bien Légat et vous ?
- De même. Tous ces gens vont bien ?
- Un blessé et une malade auront besoin de quelques jours de convalescence sinon l’état général est satisfaisant même si ces gens n’ont certainement pas mangé tous les jours à leur faim.
- Ils pourront se refaire chez nous. Les Orlésiens bloquent tout Tirashan et le seul autre chemin mène à la mer de cendres et aux lacs de soufre qu’il faut contourner pour atteindre Mont-de-Glace. Si vous tentez le voyage, peu d’entre vous arriveront au terme…
- Je suis d’accord avec vous mais que faire ?
- J’ai posé la question à mon chef. J’attends la réponse. Pour le moment vous êtes en sécurité ici et nous allons vous ravitailler. Si les Orlésiens se rapprochaient nous vous emmènerions chez nous.
- On m’a dit que les engeances bougeaient à l’Ouest.
- Oui ! Et çà faisait longtemps qu’on ne les avait pas vues dans ce coin là. Peut être que leurs accès aux tréfonds ont été bloqués… De toute façon nous avons les moyens de les arrêter.
- Même un enclin ?
- S’il le faut nous évacuerons nos établissement de l’Ouest des montagnes et nous pouvons communiquer rapidement avec la garde des ombres. Si elles s’engagent dans les défilés elles le regretteront. Je vais vous quitter et discuter de tout çà avec mon chef. Je reviendrais vous voir dans deux jours au plus.
Des ordres avaient été donnés car la clairière avait été transformée en camp retranché. Plus de cinq cent soldats, humains, elfes de toutes sortes et même des nains veillaient sur le convoi qui avait été copieusement ravitaillé. Vale avait commencé à se lever comme d’ailleurs la Tevinter.
Celle ci s’appelait Indalena Macciant et était une cousine éloignée de l’ Archon Radonis, ce qui ne lui avait apporté que des déboires. Elle n’était qu’une Altus, ce qui ne lui donnait guère d’influence à Minrathie. Ceux des réfugiés qui la connaissaient en disaient beaucoup de bien. C’est elle qui faisait la liaison avec les soldats. La Matriarche n’était pas revenue et c’était un mage de la Garde Dragon qui s’assurait que tout allait bien coté santé.
Deux jours plus tard le Légat était de retour mais il n’était pas seul. A ses coté sur un grand cheval noir chevauchait une petite silhouette en armure rouge sombre rehaussée d’or. La décoration de la cuirasse indiquait clairement un grand chef. Toujours les deux épées à la ceintures mais celles ci n’étaient pas des armes de parades.
L’ Optione leur avait parlé du Capitaine Général et de son habitude de forger elle même ses épées. Elle avait été la plus jeune commandante d’une légion de toute l’histoire et s’était frottée aussi bien aux engeances qu’aux montagnards Anders. C’est par elle qu’ils avaient appris que le Légat Primus, c’est à dire commandant la première cohorte, était un orque, ce que Indalena appelait un elfe vert. Plus grand et plus large d’épaules qu’un humain moyen il était aussi beaucoup plus fort et dans le cas du Légat plus intelligent. Il commandait une cohorte de la VI ème Légion sous les ordres du général Alyana qui l’avait emmenée avec elle et comme il était le Primus cela signifiait qu’à la prochaine promotion il commanderait une légion.
Les soldats avaient monté une grande tente près du convoi et peu après l’arrivée des chefs, l’ Optione était venue les chercher, Indalena, Carver et lui. Ils avaient été informés du protocole habituel qui consistait à s’incliner pour saluer. Salut qui était rendu de la même façon. Quand ils entrèrent dans la tente après les courbettes réciproques ils eurent un choc. Les deux chefs avaient retiré leurs casques, masques et gantelets.
Le légat était effectivement un elfe vert à l’aspect terrifiant encore aggravé par les crocs inférieurs qui dépassaient de sa bouche. Avant le début des conversations celui ci prépara et servit le thé. Rien à voir avec ce qui se pratiquait chez Merrill. C’était un rituel compliqué et solennel. Son chef était une petite elfe de Thédas mais au port qui en imposait. C’était elle qui commandait et çà se voyait. Quand chacun eut trempé les lèvres dans sa tasse le légat commença.
- D’abord je vous présente le Capitaine Général Alyana ap Brilora commandant la Première Légion, les Gardes Dragons ainsi que la forteresse de la montagne sacrée.
Ensuite il se tourne vers son chef.
- Thuri, voici dame Indalena Macciant qui est en quelque sorte le chef des réfugiés, Carver Hawke et Fenris qui commandent l’escorte.
- Madame, messieurs je vous salue. - annonce Alyana. J’ai malheureusement de mauvaises nouvelles pour vous, enfin mauvaises pour vos projets. Les Orlésiens ont retiré leurs troupes de la frontière avec les Anderfels et les massent au Nord de la Dalatie. Ils ont reçu des renforts de Nevarra et de quelques unes des Marches Libres. Ils fortifient tous les villages, toutes les fermes tous les châteaux à hauteur de Val Firmin en maintenant une surveillance étroite des accès à Tirashan. Ils ne semblent pas vouloir y entrer mais ce n’est peut être que partie remise. J’ai rapporté ces faits à sa majesté la reine qui a décidé qu’il était préférable de vous abriter derrière nos murs. Quand êtes vous prêts à lever le camp?
- Je dirais après demain madame – répond Fenris.
- Très bien. Il y a une zone de campement près du village de Karthspire au Nord-ouest de la montagne. Vous y serez très bien. Ne craignez rien ! Vous n’êtes pas les premiers à venir vous réfugier chez nous.
- Qui étaient les premiers ? - demande Indalena.
- Les tout premiers étaient des elfes qui fuyaient l’avance de Tevinter, ensuite des clans Ciriane qui ne voulaient pas de l’Unification puis des fuyards de tous les peuples qui voulaient échapper aux enclins, beaucoup d’elfes qui refusaient le sort que la Chantrie leur imposait, comme mes parents…
- Mais comment avez vous pu résister à l’ Imperium et aux enclins ? - demande Carver.
- Notre peuple a une très ancienne tradition de résistance à l’oppression. Nous avons beaucoup lutté contre nos voisins jusqu’à ce que la fondatrice de notre ordre tel qu’il est aujourd’hui réunifie les peuple de l’empire. Nous avons repris les coutumes et traditions des armées impériales et je ne parle pas de Tevinter mais d’un empire beaucoup plus ancien même qu’ Arlathan. Cela implique l’utilisation militaire de la magie mais la nôtre est différente de celle des autres régions de Thédas. Ici le voile est différent. Il permet de communiquer facilement avec les esprits mais il les protège de l’influence des mortels comme il nous protège de la possession. Pour nous la magie est un outil, une arme comme nos épées. De plus nous étions relativement à l’abri dans nos montagnes avec nos alliés orques et nous avons pu résister relativement facilement aux agresseurs humains. Les enclins ont été un peu plus difficiles à gérer mais les Matriarches nous ont permis de résister.
- Vous dites que les engeances viennent de l’Ouest ? - demande Fenris.
- Oui ! - reprend le légat. D’après les études sur le terrains elles sont venus d’une chaîne de montagnes que l’on appelle les Puits qui domine l’océan Ouest. Elles ont détruit des établissements humains ou elfes au pieds des Hunterhorn puis ont pénétré dans les tréfonds ou elles ont attaqué les cités des nains. Après avoir pris le contrôle des tréfonds elles ont attaqué la surface. Vous connaissez la suite. Ce qui est étrange c’est qu’elles s’en prennent directement à nous sans même attaquer nos petits établissements à l’Ouest des montagnes.
- J’ai eu une conversation avec la prêtresse d’ Azura à Karthspire – reprend Alyana. Selon ses visions le retour du dragon est proche et ce qui dirige les engeances a peur.
- Le retour du dragon ? - demande Fenris
- Une façon de parler pour dire que notre Grand Maître va revenir de son long sommeil. La légende dit que certains de ses compagnons se réveilleront pour l’aider à en finir avec la menace. Selon Mivvil il y a un prince deadra derrière les engeances. J’ai écrit à la première matriarche pour lui soumettre le problème. Sa réponse est… inquiétante… Nous savons ce qu’il est advenu des princes., ceux qui se sont rebellés et ceux qui ont aidé Dagon. Seulement il en manque un...
- Jyggalag ? - demande le Légat
- Non ! Lui était aux cotés des trois sœurs. Les Puits… Ça ne te dit rien ?
- Péryite ?
- Que l’on représente comme un dragon et même un dragon sire. Rien à voir avec un dovah !
- Mais il a été détruit au Haut Hrothgar !
- Les dov ont cru l’avoir détruit. La Matriarche a retrouvé des rapports parlant d’infectés pendant la 4 ème ère et ils ont été pour la plupart tués par le Grand Maître avant de pouvoir diffuser leur maladie. Un autre problème ce sont les risques de nouvel enclin. Toujours selon la Matriarche les elfes vénéraient comme des dieux des mages très puissants, les Evanuris que les dalatiens continuent de suivre. Mais il y avait des rebelles, les dieux « oubliés ». Ils s’étaient réfugiés dans les abysses ou Andruil les poursuivait jusqu’à ce que Mythal l’arrête. Je ne connais pas les détails mais le voile aurait été créé par Fen’Harel pour enfermer les Evanuris et les empêcher de détruire le monde après l’assassinat de Mythal. Fen’Harel avait aussi enfermé les rebelles dans leurs abysses. Pour se venger, ces « oubliés » ont influencé les humains de Tevinter, les neromenians, leur donnant accès entre autre à la magie du sang. Vous connaissez la suite. Les oubliés se sont endormis dans leurs prisons, en Uthenera diraient les Dalatiens. Ils étaient sept puissants mages. Cinq ont été réveillés par les engeances, corrompus et lancés sur le monde comme Archidémons. Ils ont été vaincus et tués par les Gardes des Ombres. Il en reste deux. Razikale et Lusacan. Si les engeances les trouvent…
- J’admire la façon dont vous avez raconté des millénaires d’histoire – commente Indalena
- J’ai passé une partie de la nuit à lire des rapports et des comptes rendus de mes prédécesseurs. Si Mivvil et la Matriarche ont raison cela signifie que le jour du dragon est proche. L’Inquisitrice a été formelle, Fen’Harel est revenu et il y a des rumeurs de réveil d’ Evanuris qui auraient réussi à échapper à Fen’Harel. Au fait ! Je sais qui a flanqué le bazar dans les archives.
- Comment çà, Thuri ? - demande le légat.
- Aurelius le fou, qui d’autre. Cet imbécile estimait que 150 siècle d’histoire, c’était trop long alors il a rayé le zéro et fait détruire les archives en trop. Heureusement qu’il y avait un double à Karthspire. Je m’en suis aperçu en cherchant des informations dans les catalogues et quand j’ai trouvé une référence à la douzième ère j’ai compris. Le pire c’est que nos règlements date de la cinquième ère et que personne n’a fait le rapprochement.
- La reine…
- Est au courant. Elle veut évidemment une copie pour elle et une autre pour Orsinium. Les scribes en ont pour un moment.
- Mais que faire ? - demande Carver
- Selon les dits de Keirine qui était la première matriarche à la fin de la 4 ème ère quand Molag Bal, le dernier Daemon sera abattu, l’enfant de dragon et ses compagnons se réveilleront. Ce sera à eux d’en finir avec les derniers deadras maléfiques ou plus exactement le dernier. Péryite était connu pour diffuser des maladies. Malheureusement beaucoup a été perdu lors de la destruction d’ Alinor.
- Alinor ? - demande Indalena
- L’ Archipel de l’ Automne, le pays des Hauts Elfes, les Atmers. - répond le Légat. Des survivants se sont installés chez nous. Je me demande si ces Evanuris ne seraient pas un reliquat du Thalmor… C’était une faction raciste et suprémaciste qui gouvernaient Alinor.
- Mais d’où viendraient les autres elfes ? - demande Fenris
- Il y a plusieurs hypothèses qui ne s’excluent pas les unes les autres. Il y avait les Bosmers, les elfes des bois, beaucoup de Halflings, de sang-mêlés mais la principale et plus vraisemblable est un retour à la civilisation des Falmers, les elfes des neiges. Après leur défaite face aux nordiques ils avaient trouvé refuge près des Dwemers, les elfes des profondeurs, improprement appelés nains qui les ont réduit en esclavage après les avoir rendus aveugles. Bien sur il y a eu révoltes et guerres sous la terre là ou vivaient les dwemers qui ont brusquement disparu un beau jour.
- D’ici à ce qu’ils réapparaissent un beau jour – note le Légat
- Il y a peu de chances. J’ai trouvé un rapport d’exploration d’une cité Dwemer datant de la troisième ère. Si automates et machines de la cité fonctionnaient toujours l’explorateur a trouvé un nombre significatif de tas de cendres particulièrement dans les locaux d’habitation. Kagrenac a joué les apprentis sorciers et a annihilé son peuple, en Morrowind et dans tout le Nord.
- Et le tribunal a fait la même chose… Jusqu’à l’arrivée du Nerevarine… Ça me fait penser à cette histoire à Fortdhiver pendant la quatrième ère… L’œil de Magnus… Pourquoi faut il que des mages perdent les pédales quand ils trouvent un artefact puissant ?
- C’était un espion Thalmor
- Ce n’est pas une raison
- Quand on connaît l’idéologie qui sous tendait leurs actions, si !
- Vous avez raison Thuri.
- Bien ! - coupe t elle en se tournant vers Fenris, Indalena et Carver. Donc après demain votre convoi se met en route sur la piste vers l’Ouest. Les portes s’ouvriront à votre arrivée et se refermeront derrière vous pour des raisons de sécurité même si nous n’avons aucune raison de soupçonner une présence hostile dans Tirashan. L’ Optione vous guidera jusqu’à votre emplacement. C’est proche du village et de ses commerces. Il y a de l’eau potable et des latrines ainsi qu’un emplacement pour vos bêtes. La matriarche Eola est déjà en train de chercher du travail à ceux qui souhaitent en trouver. Karthspire est un village d’ancien militaires. La plupart touche une pension et certains, âgés, ont besoin d’assistance. Cela veut dire qu’il y a peu d’artisans en dehors de la forteresse. Si nous mobilisons, le village aura besoin de vous.
- La plupart de ces gens étaient… à mon service – répond Indalena. Il y a pratiquement tous les corps de métiers.
- Pourquoi êtes vous partie ?
- On m’a mise en demeure d’épouser l’héritier d’un Magister. Il ne le souhaitait pas plus que moi et m’a averti que l’objectif était de s’emparer de mes esclaves pour des sacrifices de magie du sang. Après qu’il ait fui en Ferelden à la poursuite de son ancien mentor j’ai eu un moment de tranquillité mais quand il est revenu pour succéder à son père, l’ Archon m’a rappelé mon devoir… J’ai alors organisé la liberté de mes gens… et ma fuite même si les sacrifices n’étaient plus à l’ordre du jour, être esclave en Tevinter n’est vraiment pas une bonne chose surtout pour les elfes.
- Ce n’est une bonne chose à aucun endroit. Bon ! Il faut que je rentre au… à la forteresse. Vu les avertissements il est préférable que je ne m’en éloigne pas. Urug tu as tes ordres !
- Geh Thuri !
Alyana recoiffe son casque puis ajuste son masque avant de les quitter. Quand elle est partie Fenris se tourne vers le Légat
- Qu’as t elle voulu dire ?
- Je ne sais pas… Ce doit être en rapport avec sa charge… Un secret de l’ordre… Allons préparer votre départ.
Dernière édition par Alastair le 28 Juin 2018, 16:32, édité 1 fois.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 28 Juin 2018, 14:14

Alastair a écrit:Les gens devenaient fous et mourraient au bout de quelques mois… Est ce qu’on pourrait éventuellement contacter la personne qui vous a fait çà ?

- Très bien Légat et vous ?
- De même. ToutS ces gens vont bien ?

- Ils pourront se refaire chez nous. Les Orlésiens bloqueNT tout Tirashan et le seul autre chemin mène à la mer de cendres et aux lacs de souffre qu’il faut contourner pour atteindre Mont-de-Glace. Si vous tentez le voyage, peu d’entre vous arriveront au terme…

- Oui ! Et çà faisait longtemps qu’on ne les avait pas vues dans ce coin là. Peut être que leurs accès aux tréfonds aONT été bloquéS… De toute façon nous avons les moyens de les arrêter.

Celle ci s’appelait Indalena Macciant et était une cousine éloignée de l’ Archon Radonis, ce qui ne lui avait apporté que des déboires.

La décoration de la cuirasse indiquait clairement un grand chef. Toujours les deux épées à la ceintures mais celleS ci n’étaient pas des armes de parades.

Il commandait une cohorte de la VI ème Légion sous les ordres du général Alyana qui l’avait emmenée avec elle et comme il était le Primus cela signifiait qu’à la prochaine promotion il commanderait une légion.

Avant le début des conversations celui ci prépara et serviT le thé. Rien à voir avec ce qui se pratiquait chez Merrill.

Ils fortifient tous les villages, toutes les fermes tous les châteauX à hauteur de Val Firmin en maintenant une surveillance étroite des accès à Tirashan.

Mais il y avait des rebelles, les dieux « oubliés ». Ils s’étaient réfugiés dans les abysses ou Andruil les poursuivaient jusqu’à ce que Mythal l’arrête.

Je m’en suis aperçu en cherchant des informations dans les catalogues et quand j’ai trouvé une référence à la douzième ère j’ai compris. Le pire c’est que nos règlements dateNT de la cinquième ère et que personne n’a fait le rapprochement.

- L’ Archipel de l’ Automne, le pays des Hauts Elfes, les Atmers. - répond le Légat. Des survivants se sont installés chez nous. Je me demande si ces Evanuris ne seraient pas un reliquat du Thalmor… C’était une faction raciste et suprémaciste qui gouvernaient Alinor.

Karthspire est un village d’ancienS militaires. La plupart toucheNT une pension et certains, âgés, ont besoin d’assistance. Cela veut dire qu’il y a peu d’artisans en dehors de la forteresse.


Alastair a écrit:Pourquoi faut il que des mages perdent les pédales quand ils trouvent un artefact puissant ?
- C’était un espion Thalmor
- Ce n’est pas une raison


Je trouve que c'est une très bonne raison , pour ma part :siffle: :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 7684
Images: 63
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 28 Juin 2018, 16:33

C'est corrigé!

Et pour ton commentaire, je te signale que le Capitaine General est de ton avis ;)
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Zaram » 29 Juin 2018, 10:57

SLESSIR a écrit:
Alastair a écrit:
Alastair a écrit:Pourquoi faut il que des mages perdent les pédales quand ils trouvent un artefact puissant ?
- C’était un espion Thalmor
- Ce n’est pas une raison


Je trouve que c'est une très bonne raison , pour ma part :siffle: :mdr:


Je plussoie. :demon:
La dimension des rêves est mon domaine.
Offline

Avatar de l’utilisateur
Zaram
Membre d'Honneur
 
Messages: 2771
Inscription: 21 Nov 2008, 18:41
Localisation: Le Rove

Messagepar Alastair » 29 Juin 2018, 12:07

Les Thalmors c'est quand même des spéciaux, non?
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 29 Juin 2018, 13:09

Pour foutre le bordel , oui ........... Pour péter une durite , aussi :siffle: :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 7684
Images: 63
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 29 Juin 2018, 13:10

Pas faux! :pense: :mdr:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 04 Aoû 2018, 19:36

Épisode 31 – Une arrivée imprévue.

Kojima Haruo regarda les marins ramer lentement puis se tourna vers la côte qui approchait. Il y avait une ville avec un port un peu plus au Nord et il continuait de penser que le navire aurait du le laisser directement là mais les ordres de l’empereur étaient formels. Comme si son apparition allait passer inaperçue…
Quand il commença à voir le sable à travers l’eau il attrapa sa besace assura ses épées et s’avança à l’avant du canot. Quand la coque racla le sable il sauta d’un bond à terre sans même mouiller ses tabis. Il se retourna, fit au revoir d’un geste aux marins et se dirigea vers la forêt toute proche.
Tous ses camarades se demandaient pourquoi il s’était porté volontaire pour cette mission. Trouver pourquoi tant de Ryu étaient partis vers l’Ouest…
Selon les explorateurs cette terre avait changé depuis les premières tentatives de leurs lointains ancêtres mais Akavir aussi avait changé. Tsaescis et Ka Po Tun s’étaient entre tués et les Kamals avaient fui… Vers l’Ouest, eux aussi… Il espérait ne pas rencontrer trop de ces maudits cornus. Après la quasi disparition des hommes serpents et des hommes tigres un descendant de la lignée impériale avait unifié l’archipel et les hommes singes étaient redevenus les guerriers d’ Akavir envahissant peu à peu le continent. La surprise avait été de trouver des elfes, des Khajiits et des Argoniens réfugiés sur des îles de la côte Ouest. Ils avaient fui la destruction de Tamriel par les Daemons et peu après, les Ryu étaient revenus eux aussi.
Dans les légendes ils étaient considérés comme des esprits bienfaisants mais ceux là n’étaient pas des esprits. C’étaient des créatures puissantes et destructrices qui curieusement avaient laissé les humains à l’écart de leurs querelles. Le plus grand d’entre eux, un Ryu tout blanc s’était installé sur une haute montagne près de de Tang Mo, la capitale et on disait que l’empereur allait parfois lui demander conseil. Cela au moins était vrai car il avait personnellement accompagné Suinin Tenno près du Dovah, comme ils s’appellent entre eux. Il avait même passé beaucoup de temps avec le vieux dragon et en savait beaucoup plus que ses compatriotes sur le pays ou il venait d’arriver et c’était le seigneur Zulfaaspah qui lui avait appris la langue de ce pays… en espérant qu’elle n’avait pas changé en 15 000 ans.
Dans le bois il s’enfonce dans la végétation et finit par trouver une piste parallèle à la côte. Il prend la direction du Nord vers la ville. Il lui faut une bonne heure de marche pour atteindre les portes de ce qui, selon les informations de l’empereur est la ville de Gwaren.
La ville semble avoir beaucoup souffert du dernier enclin mais les rues bruissent d’activité. Les gardes l’avaient laissé passer sans problèmes aux portes et il déambulait dans les rues. Il y avait beaucoup de ruines mais aussi beaucoup de chantiers de reconstruction.
Il cherche un marché ou un quartier marchand quand une altercation attire son attention. Une jeune elfe lourdement chargée semble s’être trouvée sur le chemin d’une grosse brute qui s’énerve. Haruo s’approche et constate que l’homme l’a attrapée et la secoue. Elle arrive à se libérer mais l’homme veut la reprendre. Au moment ou il va réussir Haruo s’est glissé entre les deux et l’homme a manqué sa prise.
La placette est devenue silencieuse tandis que l’homme et Haruo se toisent. Ce que l’homme voit l’intrigue. Celui qui vient de s’interposer est plus petit que lui, mince, nerveux, cheveux noir coiffé en chignon derrière la tête, teint ivoire, yeux sombres en amande, le visage impassible. L’homme passe sa main sur son visage et secoue la tête.
- Merci – dit il. Je ne sais pas ce qui m’a pris et surtout m’en prendre à une elfe en ce moment… Je suis Otto Straube, le capitaine de la garde…
Il se tourne vers l’elfe
- Pardonnez moi ma petite, je suis sur les nerfs en ce moment mais çà n’excuse pas mon attitude
- Ce n’est rien ser, je comprends – répond la jeune fille
- Vous avez un problème ? - demande Haruo
- Ils disparaissent ou tout au moins disparaissaient jusqu’à ce que nous fermions le Bas Cloître la nuit.
- Combien manquent ?
- Une centaine, des jeunes gens des deux sexes. Je pense que ce sont des trafiquants antivans mais la Teyrna est persuadée que c’est un coup montée contre elle à cause de son père. Howe l’avait persuadé de laisser des Vints s’emparer d’elfes de Denerim pour financer sa guerre.
- Il faudra que vous m’expliquiez tout çà plus tard. Pour l’instant dites moi plutôt si vous avez une idée de comment ces gens ont été enlevés de la cité.
- Pas par les portes. Je ne sais pas…
- Il n’y a pas de tunnels, d’égouts, de souterrains ?
- Il y avait un accès aux Tréfonds des nains mais il a été bouché après un enclin… Sauf si quelqu’un a délibérément dégagé le passage…
- Ou est ce ?
- Venez je vais vous montrer.
- Vous devriez compléter votre équipement. Il n’est pas impossible que nous fassions de mauvaises rencontres la dessous.
- Très vrai et je vais emmener une douzaine de mes hommes.Je ne pense pas que ces disparitions soient le fait d’un petit groupe.
- C’est très vraisemblable. Mais il y a une chose que je ne comprends pas…
- Quoi donc ?
- D’après vous il n’y a qu’une arrivée des tréfonds dans la ville ?
- Oui ! C’était une enclave commerciale des nains.
- Or il y a eu des disparitions dans toutes la ville je parie?
- Vous avez raison et parfois plusieurs au même moments à des endroits différents…
- Rien que cela nous dit qu’ils sont nombreux. Combien simultanément ?
- Au début il n’y en avais qu’une tous les quatre ou cinq jours mais il y a un mois il y en a eu six en une nuit. Après cela il n’y en a eu que deux depuis. Les gens ont peur et font attention et nous avons intensifié la surveillance.
- Est ce qu’il n’y a que des elfes qui ont disparu ?
- Non, des humains aussi.
- Est ce qu’il y a des égouts ?
- Non. Juste des canaux qui se déversent dans la mer.
- Est ce que cette cité est ancienne ?
- Je dirais plus de 1200 ans, certainement beaucoup plus même puis qu’au départ c’est un comptoir des nains.
- Ce pays est beaucoup plus ancien que vous ne pensez et il n’est pas impossible qu’il y ait autre chose sous la cité que les tunnels des nains.
- Vous croyez ?
- Quand on regarde la liste des disparus et les endroits ou on les a vu pour la dernière fois c’est clair. Et aucun de ces enlèvements n’a eu lieu près de l’entrepôt des nains.
Sur le plan de la ville Haruo a marqué les zones ou des gens ont disparu. Les marques forment une ligne presque droite du Nord au Sud de la ville.
- Vous parliez de mages à un moment ? - demande t il. Ou sont ils logés ?
- Ici tout au Sud-est.
- Il y a des jeunes ?
- Oui et même de très jeunes mais la majorité a rejoint les familles dès que les disparitions ont commencé. Il ne reste que trois ou quatre orphelins et la surveillance a été renforcée. De jeunes mages peuvent rapporter gros sur le marché des esclaves.
- Leur opération touche à sa fin. Ils vont filer. Il faut les trouver avant. Est ce qu’il y a des ruines particulières près des endroits ou ont eu lieu les disparitions ?
- Il y a des ruines partout dans la ville mais maintenant que vous le dites… Pendant l’enclin les seules personnes qui ont été épargnées par les engeances s’étaient enfuies par bateau ou réfugiées dans ces ruines. La corruption n’a jamais pénétré ces endroits et même…
- Oui ?
- Maintenant que vous m’y faites penser la cité s’est purgée seule de la corruption à partir de ces endroits… Personne ne comprenait ce qui se passait et tout le monde a remercié Andrasté et le Créateur
- Logique… Est ce qu’il y a d’autres endroits à partir desquels la corruption a disparu ?
- Oui, ici !
- Je suppose que ce palais à des caves ?
- Oui, venez ! Le temps de prendre les clés et j’arrive.
- Elles sont verrouillées ?
- Oui. Je m’en suis assuré dès les premières disparitions et il y a des rondes… souvent mais pas régulières…
- Excellent. Est ce qu’il y a des gravures sur des murs à certains endroits ?
- Oui, coté sud tout en bas.
- Conduisez moi.
Après avoir ouvert la porte des souterrains et mis en place une garde, Ser Otto conduit Haruo tout au fond des caves devant un bas relief. C’est une femme vêtue d’une peau de loup… Quand Otto lève la torche pour l’éclairer les yeux du personnage se mettent à luire.
- Écartez vous et passez moi la torche – s’exclame Haruo
Lui même s’écarte et passe la torche devant le bas relief. A un moment les yeux se mettent à briller et deux faisceaux lumineux vont éclairer l’autre coté de la cave. Otto se précipite et découvre une anfractuosité avec une poignée métallique.
- Venez voir ! - dit il
Haruo s’approche et éclaire l’anfractuosité.
- Dans l’obscurité c’est complètement indétectable – répond il. Que fait on ?
- Si çà ouvre un passage je ne sais pas ou çà va mener et à deux çà risque d’être difficile.
- Exact ! Allons chercher des renforts. Il n’y a pas de temps à perdre.
Un moment plus tard ils sont de nouveau à coté de la poignée dans la cave mais ils sont accompagnés par une vingtaine de soldats. Dans le même temps, Otto a fait placer des soldats en embuscade à chaque vieille ruine de la cité au cas ou. Une fois tout le monde prêt Haruo glisse la main dans le trou, tire la poignée et comme il ne se passe rien essaie de la tourner dans un sens puis dans l’autre. A ce moment dans un bruit de raclement tout le panneau ou est gravé l’image s’enfonce dans le sol démasquant un escalier qui s’enfonce dans les ténèbres. Haruo examine les lieux mais ne découvre aucun moyen d’ouvrir le passage.
- On ne peut pas ouvrir de ce coté – dit il. C’est pour çà qu’ils n’ont pas attaqué le palais.
- Avant l’enclin les Teyrn vivaient dans un château à deux heures au Nord... Voilà qui n’est guère engageant – soupire Otto. Mais nous ne pouvons pas ne pas y aller.
- Prenez la torche et suivez moi – répond Haruo en tirant son épée.
Le groupe s’enfonce le plus silencieusement possible dans les passages. En bas de l’escalier ils arrivent dans une nécropole. La galerie est large et haute et 3 rangs d’alvéoles sont creusés de chaque cotés. Dans chaque alvéole un squelette parfois encore enveloppé de lambeaux de tissus ou de restes d’armures. Si vêtements et armures ont subi l’outrage des siècles les armes elles sont en parfait état. Haches à deux tranchants, lourdes épées de fer, haches d’armes, espadons, longs arcs droits, carquois pleins de flèches aux pointes barbelées…
A intervalle régulier des embranchements donnent sur des escalier qui remontent vers la surface. A chaque fois un ou deux gardes montent prévenir ceux qui surveillent en haut et redescendent avec des renforts.
La galerie descend doucement et au vu du chemin parcouru Otto estime qu’ils sont maintenant en dehors de la ville. Le dernier embranchement a été dépassé depuis un moment quand la galerie tourne brusquement vers l’Ouest. Haruo fait signe aux autre de s’arrêter et va regarder discrètement au coin. Il se retourne et appelle Otto d’un signe.
- Que se passe t il ? - demande celui ci.
- De la lumière dans une très grande salle et nous arrivons à un niveau supérieur. Si nous arrivons à nous glisser sans être repérés nous pouvons les coincer. Je vais aller voir de plus près. Pendant ce temps prévenez vos hommes d’être le plus silencieux possible. Pour les archers, qu’ils s’attaquent aux mages et aux autres archers.
Pendant qu’Otto donne ses ordres Haruo a été explorer le balcon qui surplombe la salle à son retour il explique la situation à Otto
- La galerie arrive à un balcon qui surplombe la salle et il y a un grand sarcophage au milieu. Les prisonniers sont enchaînés sur la droite. Je n’ai pas vu d’archer mais il y a des mages, cinq ou six. Ils sont groupés au fond à gauche. Les bandits sont en train de faire leurs paquets. Que tout le monde se faufile sur le balcon, les archers en dernier. Combien sont ils ?
- 27 – répond Otto
- Bien ! 18 à droite et 9 à gauche. On peut descendre par un passage qui descend à l’extrémité de la salle. Ceux qui n’ont pas d’arc avec moi, nous allons leur couper la route. Les archers s’occupent d‘abord des mages puis ensuite des autres. Vous faites en sorte que personne n’approche des prisonniers.
- Qui donne le signal ?
- Qui sait siffler ?
- J’ai un sifflet
- Très bien. On y va !
Pour la première fois depuis bien longtemps Haruo vit un plan se dérouler sans anicroche mais bien sur ce n’était que le début. Avec deux gardes armés d’espadons il s’était glissé en bas et avait supprimé discrètement les deux sentinelles. Il se demandait comment surveiller les deux issues quand un des gardes attira son attention. L’homme montra d’abord le plafond ou les pointes d’une herses dépassaient puis sur la gauche du tunnel une poignée de métal identique à celle de la cave.
Grâce aux kamis l’entrée du tunnel était très sombre si bien que Haruo et ses deux compagnons purent prendre position pour bloquer le passage. Il fit signe à celui à sa droite qui manœuvra la poignée. La grille tomba avec un grand bruit de ferraille suivi immédiatement par coup de sifflet strident.
Immédiatement des cordes d’arcs vibrèrent et quatre mages s’effondrèrent criblés de flèches ainsi que les six bandits qui étaient proches des prisonniers. Trois autres bandits se jetèrent vers la grille et se retrouvèrent face à Haruo et ses deux compagnons. Surpris ils n’eurent même pas le temps de se défendre. Dans la foulée le reste des fantassins descendit dans la salle formant rapidement un cordon entre les bandits et les prisonniers. Ceux ci n’étaient pas des adversaires faciles mais les soldats et gardes de Gwaren étaient expérimentés et bien entraînés. De plus Haruo intervenait dès qu’il voyait un des soldats en difficultés. Au bout de quelques minutes il ne resta plus que trois ennemis debout, deux hommes et une femme. L’un des hommes était habillé avec recherche . L’autre et la femme portaient des robes de mages tévènes. Otto s’avança vers eux et leur ordonna de se rendre. La femme se laissa tomber à genoux terrorisée. L’homme bien habillé toisa ses adversaires puis se tournant vers le mage fit un signe de tête. Celui ci sortit brusquement un petit couteau de sa poche et s’entailla le bras. Otto et ses hommes le regardèrent horrifiés mais avant même qu’il ait put lancer son sort une longue lame d’acier brillante sort de sa poitrine accompagnée d’un jet de sang. Sidéré l’autre homme se reprend vite et sortant un poignard de ses vêtements attrape la femme pour s’en faire un bouclier mais Haruo a prévu le mouvement. L’épée qui est sortie du corps du mage a fait une boucle et avant que l’homme ait pu terminer son geste sa tête a volé de ses épaules. Le corps s’effondre sur lui même tandis que la tête roule à quelque pas. Devant tout le sang la femme s’est jetée en arrière aux pieds d’ Otto. Celui ci se penche vers la femme.
- C’est fini madame. Savez vous si ils ont déjà emmené des prisonniers ?
- Non ! - répond elle. Ils ont même regroupé ici ceux qu’ils avaient capturés aux dalatiens dans la forêt. Cet homme, Castillon, m’a attirée ici en me racontant qu’il y avait des ruines très anciennes sous Gwaren, plus anciennes que les nains. Mais arrivé ici il m’a obligé à le guider, lui et ses pirates dans la nécropole
- Et qui est ce Castillon exactement, pardon, qui était ce Castillon ? - demande Haruo
- Un riche armateur Antivan
- Ser regardez ! - crie un garde.
Alors que personne n’y faisait attention le sang des deux cadavres à coulé dans une rigole jusqu’à atteindre une rainure taillée dans la pierre et le dessins révélé par le sang est une tête de dragon. Tous regardent effaré le sang remplir les détails de l’image mais quand le dessin est complet le sang disparaît, remplacé par une lumière aveuglante.
- Tout le monde recule – crie Otto tandis qu’ Haruo a attrapé la jeune femme et l’a fait reculer
- C’est de la magie du sang – s’exclame Otto.
Pendant ce temps la lumière s’est étendue à d’autre rainures dans le sol complétant un grand cercle autour du sarcophage au centre de la pièce. Quand le cercle est fermé huit rayons, l’un après l’autre, en partent vers le tombeau. Quand le dernier a rejoint le bloc de pierre il y a un claquement sec et la dalle de métal qui fermait le sarcophage glisse à terre. La lumière s’éteint et le calme revient.
- Il faut partir d’ici – décide Otto
Il n’a pas le temps de donner ses ordres. La femme se met à hurler
- Regardez ! - crie t elle en montrant l’endroit ou se trouvaient les cadavres
Tous balaient la salle du regard et s’aperçoivent que de tous les corps des pirates ont disparu. Les vêtements et les armes sont là mais des corps il ne reste plus que des cendres.
- Au moins aucun de nous n’a péri – commente Haruo.
Comme Otto ne répond pas il lève la tête. L’ Anders a les yeux fixés sur le sarcophage ou une silhouette étrange a fait son apparition.

Le personnage de Haruo est inspiré de celui de Kyuzo, le maître d’armes des Sept Samouraïs (Akira Kurozawa – 1954)
Dernière édition par Alastair le 04 Aoû 2018, 20:03, édité 1 fois.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 04 Aoû 2018, 19:55

Alastair a écrit:Dans les légendes ils étaient considérés comme des esprits bienfaisants mais ceux là n’étaient pas des esprits. C’étaient des créatures puissantes et destructrices qui curieusement avaiENt laissé les humains à l’écart de leurs querelles.

La ville semble avoir beaucoup souffert du dernier enclin mais les rues bruissent d’activités. Les gardes l’avaient laissé passer sans problèmes aux portes et il déambulait dans les rues.

Tous balaieNT la salle du regard et s’aperçoivent que de tous les corps des pirates ont disparu. Les vêtements et les armes sont là mais des corps il ne reste plus que des cendres.


C'est bien ; il y a du progrès : 17/20 :siffle:

Quand tu as commencé à parler des égouts et tunnels plus les disparitions , j'ai eu peur que tu nous sorte les skavens :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 7684
Images: 63
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 04 Aoû 2018, 19:58

Nan! Seulement des pirates esclavagistes... Et avec les âneries du papa d'Anora celle ci n'apprécie pas du tout la plaisanterie. Je corrige et sauvegarde.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 3805
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

PrécédenteSuivante

Retourner vers TES 5 : Galeries de portrait

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron