Perdu

Montrez nous votre personnage ^^

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Alastair » 16 Déc 2016, 09:17

Coucou! Chose promise chose due. Je commence la publication de ma dernière fic avant Noël ;)
Attention, il y aura un changement de monde et de héro en cours de route. Bonne lecture!

Prologue – La fuite

Ian Cameron courrait comme un fou. Il entendit la détonation et plongea derrière un rocher tandis que le projectile passait en ronflant au dessus de lui. Il repartit en courant vers l'Ouest à travers la montagne. Ils avaient réussi à éviter une première ligne d'habits rouges à la pointe du loch Quoich mais la seconde un peu plus au nord bloquait le passage aussi Ian et Keith Cameron s'étaient lancés sur les pentes pour les attirer hors du chemin.
Ils avaient pu les attirer assez loin mais les anglais s'accrochaient et le pauvre Keith avait été tué par une balle chanceuse. Ian n'avait eu que le temps de se jeter dans des buissons et avait abandonné tout espoir de rejoindre le prince. Maintenant il escaladait la montagne vers l'Ouest. S'il arrivait à passer la crête alors que la nuit tombait il échapperait à ses poursuivants. Il courait, grimpait dégringolait dans un glen puis recommençait depuis des heures et son souffle était de plus en plus court et ses jambes de plus en plus lourdes. Sa silhouette se découpait sur la crête quand une nouvelle détonation retentit. Il entendit le projectile ricocher sur une pierre et brusquement sentit une douleur à la tête. Étourdi, il perdit l'équilibre et plongea la tête la première sur la pente. Incapable de reprendre sa course il se précipita dans un buisson. Par on ne sait quel miracle l'orifice d'une sorte de tanière s'ouvrait sous les branches. Il se glissa le plus profond qu'il pu et s'arrêta juste avant que le trou ne s'enfonce plus brutalement dans le sol. Il se retourna vers l'orifice juste à temps pour entendre arriver ses poursuivants et voir des baïonnettes fouiller le buisson à quelques pouces au dessus de lui. Machinalement il recula et se senti glisser dans le trou derrière lui il pris son poignard et le planta dans la terre pour se retenir mais ne réussit qu'à peine à ralentir sa descente. Brusquement le sol manqua sous lui et il se sentit tomber. La chute fut brève mais suffisamment brutale pour lui faire perdre connaissance.
Je suis toujours vivant. La douleur à mon front et à mes côtes me le fait sentir.
- Dieu ! Ou suis je ? - souffle je
J'ouvre les yeux péniblement. Je suis étendu sur le dos au fond d'un large… trou ? Quand je me redresse péniblement je m'aperçois que une brume lumineuse tapisse l'endroit. En levant la tête je vois une faible lueur indiquant d’où je suis tombé. Les parois… Non, les murs sont impossibles à escalader.
Des murs… Je suis dans une sorte de puits d'une cinquantaine de pieds de diamètre dont je ne vois pas le plafond et… Si ! Il y a un passage. Exactement en face de moi.
Je me lève péniblement et m'examine. Je brosse mon kilt et ma veste. Mon épée est toujours dans le fourreau accroché à la bandoulière et n'est pas tordue. Je ramasse mon dirk et le remet au fourreau. Mon sgian dubh est dans ma chausse droite et mon pistolet toujours à ma ceinture. Je n'ai pas perdu mon sporran qui contient un peu d'or, un briquet et un morceau de chandelles. Dans une petite sacoche j'ai des pierres, des balles et ma poire à poudre. Seul manque mon tam o'shanter que je retrouve près du mur en dessous de l'orifice d’où je suis tombé.
C'est en le remettant que je constate que j'ai un magnifique œuf de pigeon sur le front. Je m'en tire bien. Tout le monde ne survit pas à une balle dans la tête… Pauvre Keith… Pourvu que le prince se soit échappé…
- Bon ! - me dis je. Inutile de rester ici à attendre les sassenach, allons voir ou çà mène.
Je m'engage dans le passage. Les murs sont tapissé par la même brume lumineuse qui éclaire le fond du puits. Sur quelques yards la galerie est maçonnée en voûte mais après elle est taillée dans le roc. La galerie semble descendre doucement avant d'arriver à un puits dans lequel un escalier descend en tournant. Le problème c'est que le brouillard qui éclairait a disparu. Je retourne dans la galerie et découvre une torche accroché à la paroi.
Je suis passé sans la voir. Je sors mon briquet et l'allume après quelques essais. Je la décroche et repars dans dans la galerie. Je descends les escaliers en m'éclairant jusqu'à arriver tout au fond et une nouvelle galerie s'enfonce dans le noir. Je récupère quelques torches accrochées au parois au cas ou. Je continue à avance quand brusquement je sens le sol céder sous mon pied. Je regarde. Une plaque de pierre vient de s'enfoncer. Sans la laisser remonter j'examine les lieux et m'aperçoit qu'il y a un plancher soutenant de grosses pierres juste au dessus de moi.
Réussissant à ne pas céder à la panique je prends mon élan et fonce dans la galerie devant moi. A peine mon pied a t 'il quitté la dalle mobile qu'un craquement annonce la chute des pierres. Je cours jusqu'à un virage et m'arrête. Des bruits de chutes et d'effondrement continuent à résonner derrière moi. Quand enfin le silence revient je vais voir et malgré la poussière je vois que la galerie est entièrement comblée.
- Bon, eh bien je ne peux plus faire demi-tour.
Je reprends ma route en faisant attention ou je mets les pieds et brusquement m'arrête. De la lumière au bout de la galerie. Je m'en approche lentement. C'est un brasero presque éteint. Je pose la torche dessus et il reprend vie. La galerie continue et à intervalles réguliers il y a soit des torchères soit des braseros que je rallume avec ma torche ? Un autre virage à angle droit et je me retrouve face à une porte de fer bloquée par une barre de bois. Je pose ma torche au sol et soulève la barre. La porte s'ouvre en grinçant. Je suis dehors. Il fait nuit et j'ignore ou je me trouve. J'ai n'ai pas arrêté de marcher puis de courir et de grimper depuis l'aube ce matin ou hier matin pour ce que j'en sais. Je n'ai jamais eu les moyens d'acheter une montre. Je réfléchis quelques minutes puis rentre dans la galerie, referme la porte avec la barre et m'assieds adossé à la paroi. J'ai posé mon épée sur mes genoux et épuisé je m'endors.
Je ne sais pas combien de temps j'ai dormi mais quand j'ouvre à nouveau la porte il fait grand jour. Je suis au pieds d'une falaise très haute dans une forêt de très grands pins.Devant moi, un cercle de pierres levées comme on en rencontre parfois dans les hautes terres.
Je fais quelques pas et regarde autour de moi. Je ne vois pas ou il peut y avoir une forêt comme çà en Écosse. Il y a des fleurs et des plantes que je n'ai jamais vu à coté de fougères et de grands chardons. La porte de fer est toujours ouverte alors je vais la refermer et je la cale avec une pierre avant de de m'éloigner de la falaise. Arrivé au centre du cercle de pierre je me retourne une dernière fois et… La porte a disparu… Il n'y a plus qu'une falaise de pierre sans la moindre ouverture.
La seule trace qui reste est la pierre que j'ai déplacé pour caler la porte… qui n'existe plus… Je me précipite... Frappe le rocher avec le pommeau de mon poignard mais c'est le roc plein... Partout...
Avec un soupir je reprends mon exploration. Je suis dans une petite clairière au milieu d'un bois entouré de hautes falaises et après une brève exploration je constate que la seule sortie est une étroite passe dans les rochers qui grimpe une pente raide. Au bout d'une centaine de pas je me retrouve dans la neige mais je dois continuer.
J'ai froid, j'ai faim mais je ne dois pas m'arrêter. Après bien des détours et des faux espoirs j'arrive enfin à de l'autre coté de la crête et je trouve un sentier qui descend jusqu'à une route qui a du être pavée il y a longtemps.
Comme la route est enneigée sur la gauche je descend vers la droite pour trouver une cabane abandonnée un peu plus loin. D'après un journal trouvé à l'intérieur çà a appartenu à un alchimiste mais on voit que personne n'a vécu là depuis longtemps. Je coupe du bois et des branches dehors pour barrer portes et fenêtres. Je fais un petit feu pour faire cuire les quelques légumes trouvés dans la maison puis m'allonge sur le lit et m'endort instantanément.
Le chant des oiseaux me réveille et je dégage la porte pour sortir et me fait attaquer par deux loups. Je fend le crâne d'un avec mon épée et égorge l'autre de mon dirk.
- Des loups ! Mais d’où sortent ils ? Ou suis je, mon dieu ?
Je vais pour continuer à descendre quand des hurlements m'arrêtent. D'autres loups à n'en pas douter. Je fais demi-tour et remonte vers la neige. Je dépasse l'endroit ou je suis arrivé puis une grotte avant d'atteindre le sommet puis de redescendre de l'autre coté.
La route paraît en meilleur état de ce coté. Alors que je viens de dépasser une sorte de camp caché dans la forêt sur la droite j'arrive sur les reste d'une voiture entourée de cadavres.
- Des victimes de bandits ou des anglais – me dis je sans que cela ne me perturbe
Mais seulement jusqu'à ce que j'examine les corps. Ces gens sont habillés mais ils ont des têtes de chat, une queue et sont recouvert de fourrure. Je commence à vraiment avoir peur et ne cherche pas à en savoir plus. Je pars en courant et finalement rattrape un couple qui se dirige vers un village entouré de murailles. Les portes s'ouvrent devant nous tandis qu'un étrange convoi arrive par une route à gauche. Nous nous glissons dans le hameau et je reste figé tandis que le convoi défile devant moi.
Des habits rouges escortent des prisonniers en bleu seulement je ne reconnais pas les uniformes, dieu merci. Pas de fusils, des épées, des arcs, les soldats sont en armure avec des casques de métal ou de cuir.
Le cavalier qui se trouvait en tête de la colonne va discuter avec des gens qui lui réclament les prisonniers mais il refuse disant qu'il s'agit d'affaire intérieur à l'empire.
- Un empire ? Mais quel empire ? - pense je
Je m'approche d'un vieillard et demande
- Que se passe t il ?
- Les impériaux ont capturé Ulfric Sombrage, le chef de la rébellion et vont l'exécuter avec ses hommes – me répond il
- Il y a une auberge ici ?
- Par là, vous serez aux première loges – dit il en m'indiquant la gauche.
Je m'avance par là juste pour voir un prisonnier qui tente de s'échapper tomber criblé de flèches. Je m'arrête et n'ose plus avancer me contentant de regarder de loin. Je m'aperçois que parmi les prisonniers il y a des femmes, une rouquine en armure bleue et une jolie blonde en haillons.
En face d'elles, le cavalier de tout à l'heure fait un discours et à coté de lui je vois une femme habillée un peu comme une nonne et un grand type costaud avec une grande hache. Devant ce dernier un bloc de bois avec une caisse à coté.
Le cavalier voit son discours interrompu par un rugissement venue des montagnes mais il fait signe de continuer. Je vois la nonne qui commence à parler pour être interrompue par un des prisonniers qui va froidement au billot sans sourciller. Je ferme les yeux quand la hache tombe. Un officier en armure, une autre femme d'ailleurs, désigne la blonde en haillons pour être la suivante et là encore un rugissement résonne venant des montagnes mais plus fort cette fois, comme si son origine se rapprochait.
Je frissonne et machinalement je regarde vers le ciel en posant la main sur la crosse de mon pistolet. La fille a hésité mais a fini par aller au billot. La femme en armure la fait agenouiller et poser la tête sur le billot. Le bourreau lève sa hache… Et l'enfer ouvre ses portes. Le rugissement résonne une troisième fois, cette fois ci assez fort pour tout faire vibrer et une énorme créature ailée, noire comme la nuit, aux yeux rouges comme l'enfer se pose sur la tour juste derrière le bourreau qui s'effondre balayé par le souffle des grandes ailes.
- DRAGON ! - Hurle une femme
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Kty » 16 Déc 2016, 15:58

:waow: :waow: :waow: :waow: :waow: :love1:
"La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon"

Offline

Avatar de l’utilisateur
Kty
Modérateur
 
Messages: 3084
Images: 0
Inscription: 23 Aoû 2007, 15:44
Localisation: partie ......

Messagepar SLESSIR » 16 Déc 2016, 21:34

Alastair a écrit:Ian n'avait eu que le temps de se jeter dans des buissons et avait abandonné tout espoir de rejoindre le prince. (1)

Arrivé au centre du cercle de pierre je me retourne une dernière fois et… La porte a disparu… Il n'y a plus qu'une falaise de pierre sans la moindre ouverture. (2)

Alors que je viens de dépasser une sorte de camp caché dans la forêt sur la droite j'arrive sur les reste d'une voiture entourée de cadavres.
- Des victimes de bandits ou des anglais – me dis je sans que cela ne me perturbe
Mais seulement jusqu'à ce que j'examine les corps. Ces gens sont habillés mais ils ont des têtes de chat, une queue et sont recouvert de fourrure. Je commence à vraiment avoir peur et ne cherche pas à en savoir plus. (3)

La fille en haillons a hésité mais a fini par aller au billot. (4)


(1) Un survivant de Culloden ?

(2) Tu viens de te faire b***er par un daédra , Cameron :rooleye:

(3) :pleure:

(4) La dovahkiin est plutôt miteuse , là :siffle:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 17 Déc 2016, 09:11

1 - Oui. Il fait même partie de l'escorte de Bonnie Prince Charlie lors de son évasion. Le personnage est inspiré de la chanson "Sound the Pibroch" que tu peux trouver sur You-tube par différent interprètes. Ma préférée est celle par Kat Eggleston et Kate MacLeod
2 - Alors là, aucune idée
3 - Je ne les ai vu qu'une seule fois dans toutes les parties que j'ai faites.
4 - Cette partie est scriptée. Tu ne peux pas te changer avant d'être entré dans le fort, soit avec Hadvar soit avec Ralof. Il y a des mods qui ajoute un coffre plein d'équipement pour débuter dans le fort ou à la sortie.

Le dragon

Je suis resté paralysé jusqu'à ce que le dragon crie. Au premier cri, le ciel devient noir comme l'enfer et des boules de feu tombent sur le villages brisant et incendiant les maisons et tuant les gens. Le second cri éjecta la blonde qui avait toujours la tête sur le billot ainsi que le bourreau jusque de l'autre coté de la cour. La blonde se relève en titubant mais pas le bourreau.
Les pierres enflammées ont tué les chevaux et détruit les voitures puis le dragon s'est envolé et s'est mis à cracher le feu sur tout ce qui bougeait. J'ai vu les condamnés se reprendre et se réfugier dans une tour pendant que les soldats tentaient de s'en prendre au monstre. Peu après le dragon a percé la tour et l'a remplie de ses flammes.
Une fois le dragon reparti, j'ai été surpris de voir la blonde jaillir du trou et sauter sur le toit de l'auberge avant d'en sortir juste devant moi. C'est ce qui me fait reprendre mes esprits. Je me précipite vers la porte la plus proche mais elle est verrouillée. Je vois le dragon se poser devant un homme à terre que son fils essayait de relever et un soldat attirer l'enfant à l'abri avant que le monstre ne brûle l'homme à mort. Après avoir confié l'enfant à un vieillard le soldat entraîne la blonde entre deux bâtiments en flammes.
Voyant le dragon se poser sur un mur juste au dessus d'eux je contourne les ruines et cours vers l'autre porte pour la trouver fermée comme la première. Cette ville est devenue un piège. En me retournant je vois apparaître le soldat toujours suivi par la blonde et ils se précipitent dans la cour du fort. Je décide de les suivre quand le soldat se retrouve face à face avec un des prisonniers en bleu.
Je n'ai pas compris ce qu'ils se disaient mais visiblement ils se connaissaient et il y avait une querelle entre eux. A ce moment le dragon atterri et les deux hommes se sont précipités vers le fort chacun choisissant une porte différente. Une archère en rouge arrose le monstre de flèches et je le vois ouvrir la gueule pour cracher ses flammes. Instinctivement j'attrape mon pistolet, l'arme et tire sur le monstre. Je le vois secouer la tête et s'envoler mais il va revenir. J'attrape l'archère en rouge et la blonde par le bras et les entraîne vers le soldat qui attend à la porte du fort. Nous avons juste le temps d'entrer avant qu'un jet brûlant balaie la cour derrière nous.
Je m'adosse à la porte essoufflée tandis que le soldat coupe les liens de la blonde. L'archère retire son casque essuie son front et me sourit
- Merci ! - dit elle
- Pas de quoi ! Si on m'avait dit un jour que je jouerais les Saint George… La honte pour un écossais. Enfin cette grosse bête n'a pas l'air de digérer le plomb.
- Je ne comprends pas ce que vous dites mais vous nous avez sauvé la vie – reprend la blonde. Alors merci.
Le soldat intervient pour que la blonde enfile une armure qui la protégera mieux que ses haillons et l'archère l'aide à se changer derrière nos dos tandis que je recharge mon pistolet.
- Drôle d'arme – commente le soldat
- Ça envoie des balles de plomb. Ça a été inventé pour faire des trous dans les armures
- C'est pour çà que vous n'en portez pas ?
- Et aussi parce que c'est lourd, encombrant et bien trop cher pour ma bourse. Enfer ! Je n'arrête pas de courir depuis au moins trois jours. Je n'aurais jamais tenu avec de la ferraille sur le dos.
- Vous avez une belle épée
- Elle me vient de mon arrière Grand Père.
- Pas de bouclier ?
- Il a été brisé dans une bataille il y a quelques jours alors je me sers de mon dirk
- Votre quoi ?
- Mon dirk, mon poignard.
Le rugissement du dragon qui fait trembler les murs nous rappelle à l'ordre mais nous sommes surpris par l'irruption dans le fort de plusieurs femmes et enfants. Deux des femmes soutenant un soldat blessé. L'archère se tourna vers le soldat qui nous accompagne
- Hadvar ! On ne peut pas les abandonner
- Je suis d'accord – dis je
- Nous risquons de rencontrer des sombrages dans les galeries – répond il
- Laissez moi m'en charger – dis je.
- D'accord.
Notre premier problème fut posé par deux « sombrages » puisqu'ils s'appellent ainsi. Je me suis interposé tandis qu' Hadvar allait ouvrir la grille de sortie et que les femmes et les enfants se précipitaient dans la pièce.
- Quand nous serons dehors, vous partirez de votre coté et nous du nôtre – lance t il
L'homme et la femme raccrochèrent leurs armes et nous suivirent. L'incident suivant fut causé par deux « impériaux », un tortionnaire et son assistant qui ne voulurent rien savoir et dont je du m'occuper. Tous me regardaient bizarrement mais l'archère trancha
- Ils l'ont cherché – dit elle.
Il y a encore eu un moment de tension quand nous avons rencontré un groupe de sombrages menés par l' »ami » d' Hadvar. Mais là encore mon intervention, la présence des femmes et des enfants et les rugissements du monstre qui faisaient trembler les murs firent triompher la raison.
Il y eu encore des moments difficiles, quand le dragon fit effondrer un morceau de muraille brisant le pont et interdisant tout retour en arrière. Après, ce fut une demi-douzaine d'araignées grosses comme des dogues et en dernier un ours. Rien que çà me prouvait que je n'étais plus en Écosse. De plus la façon de parler de mes compagnons n'avait même rien à voir avec celle de n'importe quel anglais ou lowlander pour ne rien dire de nous autres montagnards.
Je suis sorti dehors le premier suivi par l'archère juste à temps pour voir le dragon quitter les lieux. Nous avons alors fait sortir tout le monde. Les sombrages sont partis vers l'est tandis que Hadvar et la blonde escortaient les femmes et les enfants vers un village appelé Rivebois dans la vallée au Nord-est, l'archère et moi avons décidé d'aller vérifier si des survivants avaient pu échapper au dragon dans les ruines fumantes de la ville.
Nous avons réussi à trouver un endroit ou nous glisser à travers les ruines de la murailles et avons commencé à chercher. Dans un trou entre deux maisons nous avons retrouvé le vieillard et le petit garçon. L'adulte s'appelle Gunnar et le garçon Haming. Son grand-père habite dans les montagnes à l'est après le col.
- Ça en fait au moins deux de plus – commente l'archère
- Comment t'appelles tu ? - demande je
- Finnde – répondit elle
- Moi c'est Ian, Ian Cameron.
Dans la tour ou les sombrages s'étaient réfugiés nous avons trouvé deux corps. Si l'homme était mort, la femme respirait encore. C'est là que j'ai eu ma première démonstration de magie. Finnde imposa les mains sur la femme et une lumière enveloppa le corps martyrisé. En quelques instants la blessée respira mieux et repris connaissance. Il fallu une deuxième dose pour qu'elle puisse se lever et nous suivre.
A l'étage nous trouvons seulement le cadavre d'une victime du dragon. Dans la cour ceux de plusieurs soldats, du bourreau, de l'officier en armure et de la none, une prêtresse d' Arkay selon Finnde sous les décombres du passage vers la cour du fort.
- Pour couronner le tout je me retrouve chez des païens. - pense je. Bon ! On fera avec.
Finnde trouve les clés des portes sur le cadavre de la femme en armure, un capitaine d'après elle et nous pouvons les ouvrir pour permettre à la sombrage, au vieil homme et à l'enfant de partir.
Si certains corps ne sont plus que des carcasses calcinées, d'autres ont été visiblement victimes des mâchoires du monstre ou bien encore ont été projetés dans les airs pour se briser en retombant.
Une telle malignité me fait peur car elle sous-entend une intelligence mauvaise. Quand nous sommes surs qu'il n'y a plus de survivant je me tourne vers Finnde
- Qu'est ce qu'on fait maintenant ?
- On rejoint Hadvar à Rivebois ?
- Oui, c'est ce qu'on a de mieux à faire.
- Dis Ian
- Oui ?
- A un moment tu as parlé d'un Saint George, qui c'est ?
- Un chevalier de l'ancien temps qui a vaincu un dragon, le saint patron de l' Angleterre, notre ennemi héréditaire
- Je comprends mieux. Tu sais, çà fait des millénaires qu'on avait pas vu de dragon en Bordeciel.
- Bordeciel ?
- C'est le nom de ce pays. La province de Bordeciel fait partie de l'empire de Tamriel, enfin de ce qu'il en reste.
- Je comprends le pourquoi des impériaux et les sombrages sont des rebelles ?
- Oui. Leur chef, Ulfric Sombrage a tué le haut roi Torryg. Meurtre pour les uns, duel pour les autres, je n'y était pas, alors... On raconte qu'il l'a tué avec sa voix.
- Sa voix ?
- Oui, il lui a crié dessus et Torryg est mort.
- Comme le dragon alors…
- Comment çà ?
- Tu n'as pas fait attention ? Le dragon criait à chaque fois qu'il crachait le feu. Avec son premier cri il a fait tomber les météores, son second a balayé ceux qui étaient devant lui et ensuite à chaque fois qu'il crachait des flammes, il criait quelque chose comme « Tor Shul ».
- Je pensais surtout à lui échapper et à essayer de lui planter une flèche dans le cuir.
- Celles qui le touchaient rebondissaient sur ses écailles. Au fait comment faisaient les soldats pour lui lancer des boule de feu ?
- Magie. C'étaient des mages de guerre.
- Comme quand tu as soigné la fille dans la tour ?
- Oui et le légionnaire blessé que les femmes ont amenées avec elles.
- Remarque çà ne lui faisait pas beaucoup d'effet.
- Vrai. On y va ?
- Oui. Partons, je te suis. Bon sang, un village comme çà détruit complètement en moins d'une heure. C'est pas croyable...
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 17 Déc 2016, 10:24

Alors ..........................

Cameron rencontre des khajiits morts ( :pleure: ) , il se fait attaquer par un dragon ; les gens ne savent pas ce qu'est son pistolet ni un dirk et leur langage est étrange pour lui . Enfin , il affronte des givrépeires puis un ours ; et il réalise enfin qu'il n'est plus dans les highlands

Plutôt dur à la comprenette ^^
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 17 Déc 2016, 10:56

Tu oublies qu' en 1746 il n'y a pas de jeux vidéos et qu'en Europe les gens sont encore un brin superstitieux. :demon: :mdr:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 17 Déc 2016, 11:13

Certes , mais rien que les cadavres de khajiits et le dragon auraient dû lui mettre la puce à l'oreille : ils ne font même pas partie des mythes et légendes du folklore écossais . Pas le genre de visions qu'on peut avoir sous influence du malt :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 17 Déc 2016, 11:26

Etant donné que ses compagnons et lui n'ont pas cessé de courir depuis Culloden Moor jusqu'au Loch Quoich le malt n'est pas en cause et quelque fois, comme on dit, on en crois pas ses propres yeux :pense:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 18 Déc 2016, 14:42

Un autre monde.

Le trajet jusqu'à Rivebois se passe sans incidents à part quelques renards et lapins qui nous partent dans les jambes. J'apprends que le village détruit s'appelait Helgen et qu'il était dans la châtellerie d' Epervine. Nous allons à Rivebois dans la châtellerie de Blancherive. Nous sommes arrivés au village par la porte sud. Au moins ici pas de murailles pour enfermer les gens dans un piège mortel. Pas de gardes non plus mais vu l'efficacité des soldats à Helgen…
Finnde me conduit à l'auberge ou nous retrouvons Hadvar et le légionnaire.
- Qu'est ce que vous avez fait de la blonde ? - demande je
- Elle est partie chez le marchand en face de chez mon oncle, le forgeron – répond Hadvar. La pauvre fille s'est retrouvé au milieu de l'embuscade sans le vouloir. Et le capitaine lui a piqué toutes ses affaires.
- Qu'est qu'elle en a fait ?
- Elle les a laissées dans une voiture
- Et vu ce qui restait des voitures…
L'aubergiste s'approche et demande
- Alors, c'était vraiment un dragon ?
- Puisqu'on vous le dit – s'énerve Hadvar
- D'après vous – coupe je. Un très très gros lézard volant qui crache le feu et détruit une ville en moins d'une heure, qu'est ce que c'est ?
Elle me regarde étonnée.
- Vous êtes étranger
- Vous êtes perspicace.
Je lui montre le peu d'or que j'ai sur moi
- Qui peut me changer çà ?
- Lucan, à sa boutique en face le forgeron.
- Merci
Je me lève et sors. Dans la boutique je rencontre la blonde en pleine discussion avec le marchand et une autre femme, une jolie brune. Elle se retourne à mon entrée et me sourit
- Alors, vous avez trouvé d'autres survivants ?
- Trois
- Kynareth nous protège. Ça fait neuf personnes en tout sur toute la population de la ville – s'exclame le marchand.
Je la laisse faire ses affaires et tandis qu'elle sort avec l'autre jeune femme je me penche vers le marchand et lui montre mes souverains.
- Pouvez vous me changer çà ? Ces cinq là c'est de l'or les autres de l'argent.
- Il les mord pour s'en assurer puis les pèse avant de m'en donner une centaines de pièces du pays à l'effigie d'un barbu dont la tête ne me dit rien. C'est déjà çà. Quand je ressort la blonde m'attend.
- Votre nom c'est Ian, n'est ce pas ?
- Tout à fait et vous, quel est votre nom ?
- Sif
- Eh bien enchanté Sif. Ça va ?
- Je suis épuisée. J'espère que je vais pouvoir dormir cette nuit.
- Moi aussi. Je viens de changer de l'or et de l'argent mais je ne vais pas aller loin avec çà.
- Lucan m'a promis une récompense si je récupère un objet qu'on lui a volé et qui doit se trouver dans les ruines la haut. Ça ne me dit rien d'y aller toute seule.
- Qu'est ce qu'il y a la haut ?
- Des bandits. On ramasse tout ce qui a de la valeur, on revend et part à deux
- Tope là !
- Demain matin çà vous va ?
- J'ai du mal à tenir debout alors c'est préférable.
- Autre chose. Vous avez vu le sombrage avec qui Hadvar se disputait ?
- Oui
- Il s'appelle Ralof. C'est le frère de Gerdur, la propriétaire de la scierie. J'ai essayé de l'approcher mais comme je porte une armure impériale elle a refusé de me parler. Il faudrait juste lui dire que son frère est vivant.
- J'y vais. Elle est mariée ?
- Oui et elle a un petit garçon.
- Dommage.
Nous nous séparons en riant et je vais à la scierie. Une femme est en train de manœuvrer les lames quand je m'approche.
- Que voulez vous ? - demande t elle revêche
- Vous êtes Gerdur ?
- Oui et alors?
- Je veux juste vous dire que Ralof s'en est sorti
- Vrai ?
- Parole d'honneur. Mon nom est Ian Cameron et je suis étranger. J'étais à Helgen par accident et je suis arrivé juste avant le groupe de votre frère. Le dragon est arrivé pile pour empêcher les exécutions. J'ai juste eu du mal à l'empêcher de se battre avec Hadvar mais on ne pouvais pas les laisser faire avec tous ceux qui comptaient sur nous pour les sortir de cet enfer.
- Des exécutions ?
- A ce que j'ai compris ils voulaient tuer un Jarl Ulfric et ses compagnons.
- Il y a eu combien de survivants ?
- Avec Finnde et moi, onze plus une dizaine de sombrages dont votre frère.
- Et le Jarl Ulfric ?
- Je ne l'ai pas vu et je n'ai pas vu son corps quand Finnde et moi avons fouillé les ruines à la recherche de survivants.
- Vous dites onze mais çà ne fait que huit avec vous ?
- Parce que trois dont une sombrage sont partis par une autre route vers l'est
- Je comprends. Vous avez mangé ?
- Pas encore et il ne me reste pas beaucoup d'argent.
- Venez ! Avoir réussi à empêcher mon frère et Hadvar de se battre mérite au moins un bon repas et peut être un lit si çà vous tente ?
- Ça sera avec plaisir surtout que je dois aller visiter des ruines avec Sif demain matin.
- La légionnaire ?
- Ce n'est pas un soldat. Elle a récupéré cette tenue dans le fort pour remplacer les haillons que les soldats lui avaient laissés après l'avoir dépouillée.
- Et Hadvar a laissé faire ?
- Je ne pense pas qu'il ait eu son mot à dire.
- Vous avez raison. Quand je pense que lui et Ralof étaient amis d'enfance…
- Les guerres civiles ont tendance à faire ce genre de chose.
- Vous avez choisi votre moment pour visiter Bordeciel
- Je n'ai pas vraiment eu le choix.
Chez Gerdur et Hod son mari, j'ai fait la connaissance de Frothar, leur fils. Après un bon repas, on m'a conduit à l'étage en dessous ou on m'a donné un lit. J'ai nettoyé mes affaires et vérifié mes armes avant de me préparer pour le soir.
- C'est une belle épée que vous avez là – m'a dit Frothar.
- Elle me vient de mon arrière-grand-père qui l'a passée à mon grand-père qui l'a donnée à mon père qui me l'a donnée. Maintenant c'est à moi d'y faire honneur.
- Votre poignard, c''est presque une petite épée.
- C'est vrai. Chez moi on appelle çà un dirk.
- Et vous avez un couteau dans votre chausse ?
- Oui, un sgian dubh, un couteau noir. Pour les cas d'urgence au corps à corps. Mais çà sert aussi pour manger ou couper quelque chose.
- Wow ! Vous êtes un guerrier alors ?
- On peut dire çà.
A ce moment Gerdur descend
- Frothar ! Laisse le monsieur, il est fatigué.
- Oui maman – répond le gamin
Je lui ébouriffe les cheveux quand il se lève
- Bonne nuit mon gars
- Bonne nuit monsieur.
Je me tourne vers Gerdur
- C'est un brave petit que vous avez là
- Je sais mais qu'est ce qu'il m'en fait voir
- Ma mère en disait autant de moi.
- Dormez bien
- Vous aussi.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 18 Déc 2016, 18:04

Et voilà Cameron promu bras droit de la dovahkiin :lol:

Que de tuiles qui nous tombent dessus quand on a pas le choix :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 18 Déc 2016, 18:49

Honnêtement au début du jeu je me demande toujours ou Murphy est planqué :pense: :mdr:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 18 Déc 2016, 20:07

Murphy ou Charlie ?
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 18 Déc 2016, 20:23

Murphy comme Murphy's law ou loi de l'emm... maximum. Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal ;)
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 19 Déc 2016, 09:30

Un tertre nordique

Le lendemain matin, levé tôt, j'ai coupé du bois pour un peu tout le monde puis fait une toilette rapide. J'ai été surpris de ce que m'a rapporté le simple fait de couper du bois. Je venais de finir de le ranger à l'auberge quand Sif est arrivée.
- Ça va mieux qu'hier, on dirait ?
- Bien mieux. Ça fait du bien de dormir dans un lit.
- Tu as mangé ?
- Oui
- Alors je finis de ranger le bois et on y va.
Quelques minutes plus tard nous montions la côte menant au tertre de l'autre coté de la rivière.
- Qu'est ce qu'on va chercher au fait ?
- Un bibelot volé chez Lucan. Une griffe de dragon en or qui est le porte bonheur de la boutique. Lucan m'a promis une belle récompense si je la rapporte. On partagera.
- Si tu me prends par les sentiments. Blague à part, c'est toi qui a trouvé le travail alors à toi la récompense. Je trouverais bien de quoi me renflouer la haut.
- Si tu veux mais la proposition reste ouverte. D'après Camilla, la sœur de Lucan, c'est bizarre qu'on ait volé que la griffe parce qu'il y avait plein de choses de valeur dans le magasin.
- Ça veut dire que cette griffe a de la valeur pour quelqu'un ou qu'elle lui servira à quelque chose.
- A quoi ?
- Aucune idée, un échange, une clé, que sais je…
Les ennuis ont commencé quand nous sommes arrivés à la tour de guet. Trois idiots nous ont attaqués. Je me suis occupé du premier qui m'a foncé dessus avec un gros marteau pendant que Sif réglait le compte de l'archer. Nous avons trouvé un troisième larron dans la tour et il n'a pas résisté plus longtemps que les autres.
Nous avons consciencieusement pillé les lieux et récupéré tout ce qui pouvait présenter de la valeur. J'ai récupéré un bouclier ainsi qu'un arc et des flèches bien que je n'ai pas tiré à l'arc depuis mon enfance mais ma poudre ne durera pas éternellement.
Nous avons continué sur le sentier jusqu'à voir les énormes portiques du tertre. Ensuite nous nous sommes glissés sur la droite jusqu'au coté de l'édifice.De là j'ai pu essayer mes premières flèches sur un bandit qui se promenait en bas des escaliers. J'ai réussi à l'abattre mais çà a alerté les autres et j'ai préféré foncer sur eux épée dans une main et dirk dans l'autre tandis que Sif s'occupait des archers.
Après avoir fouillé les corps et vérifié qu'il n'y en avait pas d'autre nous sommes rentrés dans le sanctuaire. Deux bandits discutaient au fond de la salle à propos d'un autre qui avait filé avec la griffe.
- Occupe toi de l'archer et ensuite attire l'autre – chuchote je
- D'accord
Tandis qu'elle prenait position derrière le premier pilier je me glissais silencieusement jusqu'au second. Le plan fonctionna à merveille la flèche de Sif tua net l'archère et immédiatement son compagnon se précipita sur ma compagne. Dès qu'il m'eut dépassé je me glissais derrière lui et lui tranchais la gorge avec mon dirk.
Nous avons fouillés les cadavres et Sif a même récupéré les queues de gros rats dont les cadavres étaient éparpillés un peu partout
- Pour les vendre à un alchimiste - m'a t elle dit.
Nous nous sommes alors enfoncés dans les profondeurs du tombeau récupérant quelques bricoles par ci par là.
La seconde alerte vint d'un autre bandit qui trouva le moyen de se faire tuer par un piège. Nous avons mis un moment à comprendre ce qu'il fallait faire mais nous avons réussi à ouvrir la grille sans nous faire transformer en pelotes d’épingles surtout que les dites épingles étaient empoisonnées. Nous avons continué en fouillant coffres et urnes, tuant trois gros rats qui nous ont attaqué. Notre adversaire suivant fut une énorme araignée, encore plus grosse qu'un bœuf. J'avais du trancher la toile qui barrait l'entrée de son repaire et l'avais vu descendre de sa cachette provoquant les hurlements de terreur de quelqu'un coincé à sa portée.
Nous avions immédiatement reculé et j'avais pu lui décocher une flèche en même temps que Sif. Ensuite j'avais joué les appâts pour l'attirer devant nos arcs et après cinq ou six flèches nous en étions venus à bout.
Pendant que je fouillais les lieux, Sif allait décrocher le hurleur qui n'était autre que le voleur de la griffe. A peine fut il libre qu'il détala dans la galerie. Je voulus me précipiter mais Sif me retint.
- Pas de risques inutiles - me dit elle
- Mais il va filer ?
- Il n'ira pas loin.
Je fouillais la pièce suivante tout en surveillant la porte quand j'entendis des bruits de combat, des grognements et un cri d'agonie. Je me tourne vers Sif qui hausse les épaules.
- Il a rencontré des draugrs – dit elle
- Des quoi ?
- Des draugrs. Des guerriers nordiques mort vivants qui gardent les tombeaux. Il peut y en avoir de redoutables qui peuvent utiliser la magie et même la voix.
Nous continuons prudemment quand Sif m'arrête.
- Regarde – chuchote t elle
- Par tous les diables. C'est çà un draugr ?
- Oui. Notre voleur a réussi à en tuer un mais les deux autres l'ont eu. Prends ton arc.
A nous deux nous avons pu nous débarrasser des deux squelettes ambulants qui nous barraient le passage. Sif a fouillé le cadavre du voleur récupérant la fameuse griffe et son journal.
Après l'avoir feuilleté Sif constate
- Tu avais raison.
- Pourquoi ?
- La griffe est la clé de quelque chose
- On continue alors ?
- Bien sur.
Le reste du tombeau a été une suite de salles aménagées et de cavernes naturelles traversées de torrents. Les salles aménagées étant le plus souvent remplies de ces draugrs.
Nous sommes enfin arrivés dans une galerie assez large aux parois couvertes de gravures.
- La chambre aux histoires – a commenté Sif. Le trésor se trouve de l'autre coté de la porte la bas et il est certainement gardé
- Des draugrs ?
- Quoi d'autres ?
- Ça promet
- Plus que tu ne le crois. Normalement c'est le plus redoutable du tombeau et la porte est conçue pour l'empêcher de sortir.
- Et on l'ouvre comment ?
- Regarde la griffe. Tu vois les dessins, là ?
- Oui, un ours, un papillon et une chouette
- Et regarde la porte
- Il y a des dessins mais ce ne sont pas les mêmes. Attends ! Il faut faire tourner les cercles ?
- Tout juste
- Je bouge les cercles de pierres pour qu'ils présentent les mêmes dessins que la griffe puis me tourne vers Sif
- Et maintenant ?
- On insère la griffe au milieu. - dit elle en le faisant
Le cercle du centre s'enfonce, pivote un peu dans un sens puis dans l'autre, les grands cercles tournent pour tous montrer une chouette et la lourde porte de pierre s'enfonce lentement dans le sol découvrant une courte galerie suivie d'un escalier.
En haut des marches nous sommes arrivés dans une grande caverne naturelle traversée par un cours d'eau alimenté par des cascades. Sur une estrade de pierre un cercueil et un grand coffre. C'est magnifique et nous nous extasions sur la beauté de l'endroit jusqu'à ce que nous passions le petit pont sur le ruisseau et que Sif commence à se conduire étrangement.
Elle a les yeux fixés sur un mur étrange au fond de la salle. Le mur est couvert de marques creusées dans la pierre comme à coup de griffes. Elle s'en approche comme fascinée par le mur jusqu'à le toucher puis après un moment elle secoue la tête et se tourne vers moi.
- Tu as vu ?
- Que tu agissait bizarrement ? Oui
- Non, les marques qui brillaient sur le mur ?
- Je n'ai rien vu
- Ni rien entendu ?
- Non pourquoi ?
- Après que j'ai passé le pont j'ai entendu comme un chant qui m'a attiré vers le mur. Plus je m'approchais plus c'était fort et des marques sur le mur se sont mises à briller tandis que tout le reste s'obscurcissait. A la fin le mur a inscrit un… mot dans ma tête. Fus… Je sais que çà signifie force mais à quoi çà sert… Je n'en sais absolument rien.
- Le mur a inscrit un mot dans ta tête ?
- Oui. Avant j'ignorais tout de ce mot et maintenant…
Nous nous éloignons du mur et au moment ou nous nous approchons du cercueil le couvercle saute et un draugr nettement plus imposant que les précédents en sort.
J'ai immédiatement épée et bouclier en main et je le charge tandis que Sif commence à le larder de flèches. J'ai une surprise très désagréable car il a une épée à deux mains magique qui me gèle le bras à travers le bouclier si bien que j'ai de plus en plus de mal à parer ses coups.
Je suis obligé de rompre de quelques pas et il en profite pour se tourner vers Sif, remplir ses poumons et crier
- FUS RO DAH !
Sif est projetée contre le mur par le souffle et reste assommée par terre. La brute se tourne vers moi mais je me suis repris et je le charge. Je le frappe au visage avec le bord du bouclier et lui enfonce mon épée dans la poitrine. Il chancelle et met un genoux en terre et j'en profite pour lui donner le coup de grâce. Il s'effondre en murmurant
- Krosis !
Je m'assure qu'il est bien mort pour de bon et me précipite vers Sif. Ouf ! Elle respire encore. Je récupère un peu d'eau fraîche pour lui baigner le visage et lui fait avaler une potion de soin dès qu'elle a repris connaissance.
- Le draugr ? - demande t elle
- Mort
- Ouf, merci
- Pas de quoi. Après t'avoir assommé il s'en est pris à moi alors je n'avais pas vraiment le choix.
- Tu aurais pu te sauver
- Impossible. J'aurais déshonoré mon clan si j'avais fait çà. On regarde ce qu'il y a dans le coffre ?
- Et on fouille draugr. Je crois bien que son espadon est enchanté. Ça doit valoir de l'argent et il y a peut être d'autres coffres cachés.
Elle ne savait pas si bien dire car nous avons trouvé deux autres coffres dans des recoins. Nous n'avons trouvé que des pièces de monnaie anciennes mais aussi des armes et des éléments d'armures. Sur le draugr, à part l'épée il y avait une curieuse pierre gravée un peu comme le mur. Je l'ai mise dans mon sac au cas ou.
- Tu crois que çà vaut quelque chose ? – m'a demandé Sif
- On verra bien.
Comme un escalier montait près du cercueil nous l'avons emprunté et nous nous sommes retrouvés face à un mur de pierre
- Nous sommes coincés – dis je
- Attends ! Regardes là !
Je me retourne et vois une poignée de métal scellée dans la paroi. Sif tire dessus et le mur de pierre s'enfonce dans le plafond. Nous continuons et dans la petite salle un peu plus loin un autre coffre avec de l'or, des bijoux, et une arme.
Nous raflons tout et continuons pour nous retrouver sur une corniche à flanc de falaise au dessus du lac en amont de Rivebois.
Le soleil est passé à l'ouest. Nous avons passé la journée dans le tertre. Nous arrivons à descendre puis longeons la rive du lac jusqu'au village ou Lucan nous récompense pour le retour de sa griffe et achète une bonne partie de notre butin.
Alvor nous prends les armes et armures et nous allons nous restaurer à l'auberge mais Delphine n'étant pas là nous ne pouvons avoir de chambre.
Nous allons mendier un lit, moi chez Gerdur et Sif chez Alvor et le lendemain matin nous partons pour Blancherive prévenir le Jarl.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 19 Déc 2016, 10:18

Je vois le topo : tu nous as sorti un dovahkiin au rabais et c'est Cameron qui va se taper tout le travail :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Suivante

Retourner vers TES 5 : Galeries de portrait

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron