Le dernier dragon

Montrez nous votre personnage ^^

Modérateur: Modérateurs

Messagepar Alastair » 05 Oct 2015, 08:42

Episode 22

Vers la bataille

- Ils sont gentils mais maintenant qu'ils sont libres c'est à nous de nous débrouiller. - Commente Morag
- Que voulait dire Shéogorath par « celui qui les attends depuis si longtemps. » ? - demande Sapphire
- Le Dovah – répond Miraak
- Mais c'est quoi, un Dovah ?
- Un dragon.
- Avant de nous en prendre à Mora il faut le trouver et le libérer – ajoute Clwyd
- Sans compter cette histoires d'anciens qui dorment encore dans le coin – ajoute Sieglinde.
- Jusqu'ici nous n'avons rien trouvé qui ressemble à ce dont tu m'a parlé – répond Causia.
Sur ces mots elle lance un sort mais secoue la tête.
- Je ne vois personne d'autre que Kendal et Borgak
- Attends - répond Clwyd. LAAS YAH NIR
Elle aussi secoue la tête.
- Soit il n'y a rien à portée soit il y a une protection magique. - ajoute t elle
- Je n'ai rien détecté – répond Causia
- Excusez moi – intervient Naerwen. J'ai calculé notre position en tenant compte de l'orientation des galeries et du temps de marche.
- Et ?
- Nous sommes encore proches de Jylkurfyk. Si mes estimations sont bonnes il y a encore au moins une trentaine de kilomètres à parcourir avant d'atteindre le centre présumé de la zone d'origine des perturbations. Nous devrions nous reposer avant de continuer mais pas ici. Ces pierres au plafond ne me disent rien qui vaille.
- Ça ne ressemble pas à des gemmes spirituelles – commente Causia. Plutôt à des pierres de Welkynd.
- Exact – ajoute Morag. Ne restons pas là.
Les compagnons se regroupèrent à la sortie et s'engagèrent dans une galerie qui montait en pente douce vers le nord. Comme ils ne trouvèrent rien qui puisse leur permettre de se reposer, ils décidèrent de camper dans le tunnel et après un repas rapide ils se couchèrent dans leurs sacs après qu'un tour de garde ait été établi.

Base R

- Monsieur le directeur ? Ici Arandir.
- Oui ?
- Les drones détectent une baisse des perturbations. La zone dangereuse vient de se réduire notablement il y a quelques minutes. J'en ai un au dessus de Jylkurfyk en ce moment même.
- J''arrive
Quelques minutes plus tard le directeur Voronov entrait dans la salle.
- Alors ?
- Regardez les images monsieur. Je lui fait suivre la côte le plus loin possible. S'il rencontre un problème je le fais rentrer en faisant un détour par le sud.
- Alors c'est çà, Jylkurfyk ? Ces reflets sont étranges. Zoomez s'il vous plaît !
Arandir obtempère et on distingue même les corps pris dans la glace.
- Mais qu'est ce qui a pu faire çà ? Ces gens ont été gelés à mort et sont restés là ou ils sont tombés.
- Aucune idée, monsieur.
- Auryn, des nouvelles ?
- Non monsieur ! Pas depuis le dernier message de Naerwen.
- Oui ! Ils suivent les traces de dame Sieglinde et d'une autre personne qui l'accompagne. C'est intrigant puisque nous savons que ce n'est pas un marin.
- Je n'en sais pas plus monsieur.
- Oui… Au fait désolé que le projet M ait capoté. Utiliser les radars pour essayer de réchauffer la zone semblait une bonne idée mais l'énergie générée était absorbée par ce qui se trouve la bas.

Quelque part en Atmora

La créature commençait à reprendre conscience. Cela faisait longtemps qu'elle avait perdu le compte du temps, depuis qu' Alduin l'avait figée dans sa forme actuelle. Alduin, son jumeau, celui qui l'avait trahie. Mais pourquoi s'était elle réveillée ? Cela faisait bien longtemps qu'observer les manigances de Mora ne la distrayait plus.
- Qu'est ce qui se passe ? - se dit elle. Le feu mystique de Mora a baissé considérablement. La source de ce feu… Oui ! Les deadras ne sont plus là. Ils se sont enfuis… Quelqu'un les a libéré… Quelqu'un qui approche… Dans les catacombes… des Dovahe… Non ! Ce n'est pas possible… Pas dans ces tunnels creusés par les joore… Des joore avec le sang de Dovah ? Je sens la présence de nombreux Dovahe, loin vers le sud mais pas Alduin… Que s'est il passé ? Qui que soient ces joore, qu'ils viennent vite, qu'ils me tuent ou qu'ils me libèrent. Mais qu'est devenu Atmora ? Ce n'est plus qu'un désert glacé. Ou sont les plaines, les forêts, les villes des joore ? Hum ! Ce n'est pas Alduin… Il aurait plutôt tout brûlé… Mora ? Oui, ce doit être lui… Son feu mystique… Oui ! Il prive la terre des bienfaits du soleil pour maintenir et augmenter son pouvoir… Oh ! Père, faites que les joore me libèrent pour que je fasse payer à Mora ce qu'il a fait à ma terre d'élection.

Dans la galeries

Clwyd se réveilla en sursaut. Borgak qui montait la garde la regardât, surpris.
- Un problème ?
- Le Dovah ! Il est conscient mais paralysé et il veut notre aide.
- Le Dovah? … Vous voulez dire le dragon ?
- Oui ! C'est une femelle ! Une dame dragon… et Alduin était son jumeau…
- Si c'est lui qui l'a mise dans cette situation comment faire ? D'après dame Sieglinde, la magie de guérison ne peut pas grand-chose pour les dragons.
- Je pensais à autre chose. Alduin avait des cris personnels que lui seul pouvait utiliser. Aucun de nous n'est assez fort pour le faire… Mais nous sommes trois...
Clwyd réfléchit quelques instants et regarde dormir les autres.
- Laissons les dormir. Nous verrons çà au réveil. - dit elle avant de se recoucher.
Trois heures plus tard, une main la secoua doucement pour la réveiller.
- Tout le monde est déjà debout – lui dit Borgak. Tenez! Mangez çà pendant que je range vos affaires. Je n'ai rien dit à personne.
- Qu'est ce que tu n'as pas dit ? - demande Kendal
- La dame a fait un rêve cette nuit. Un rêve très spécial mais je ne suis pas compétent pour en parler.
- Et de quoi as tu rêvé ? - demande Sieglinde
- D'un Dovah. C'est la sœur jumelle d' Alduin. Elle est… prisonnière depuis très longtemps et elle souhaite que nous la libérions pour s'en prendre à Mora. Si j'ai bien compris elle a été trahie par son frère. Elle a senti notre présence. Tout au moins celle des Dovahkiin. Son nom est Laasaazov.
- Comment le sais tu ? - demande Miraak
- Paarthurnax est venu me le dire.
- Laasaazov ! Vie, Clémence, Confiance ! Des qualités rares chez les Dovahe
- D'après Paarthurnax elle devait équilibrer les pouvoir d' Alduin mais il n'a pas voulu partager.
- Pourquoi ne suis je pas surprise ? - commente Lyris
- Tu as raison mais si elle a été figée par Alduin que pourrons nous faire ?
- Alduin avait le pouvoir de faire renaître les dragons tués par les nordiques pendant la guerre draconique. - répond Clwyd. Individuellement nous ne pouvons pas utiliser ses cris mais à nous trois…
Les trois Dovahkiin se regardent et un même sourire apparaît sur leurs visages.
- Rendre la vie à un dragon au lieu de le tuer… Pourquoi pas – ajoute Sieglinde.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 05 Oct 2015, 20:21

Soeur jumelle de Alduin ; elle doit donc être aussi puissante que lui (pour qu'il ait eu recours à la traîtrise/trahison pour la vaincre) . Et ; en toute logique , première fille d'Akatosh également

Bon , la source d'énergie n'était pas Alduin ; mais ce n'est pas moindre : mora va manger chaud :demon:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 06 Oct 2015, 07:51

Chaud est le terme juste surtout que ce pauvre Mora va se retrouver face à 3 Dov :demon:

Episode 23

L'ancien

Les neufs compagnons ont repris leur route dans le souterrain. Plus ils montent plus ils fait froid.
- J'espère qu'il n'y a pas un piège ou un prêtre dragon invoqué qui nous attend. - dit Sieglinde
- Non ! Simplement nous approchons de la surface. - répond Kendal
La galerie fait un coude brusque vers la droite et Naerwen qui cette fois ci est en tête fait signe de s'arrêter. Kendal la rejoint.
- Il y a un escalier droit devant et on dirait une petite salle en haut. Je n'ai détecté ni vivants ni morts.
- Couvre moi !
Suivi à distance par Naerwen, Kendal monte lentement les escaliers. C'est une sorte de croisement. La galerie continue à l'horizontale dans la même direction mais de chaque coté d'autres passages s'enfoncent dans le rocher. Celui de gauche descend tandis que celui de droite monte. Naerwen lance à nouveau ses sorts. Pas trace de vie à proximité et elle fait signe aux autres de les rejoindre. Sieglinde y va de son cri d' Aura de perception mais là non plus il n'y a rien de visible.
- Ou allons nous ? - demande Morag
- A droite – répond Clwyd. C'est la que notre briinah nous attend
- Heu ! C'est quoi une briinah ? - demande Lyris
- Une sœur – répond Sieglinde
Au moment ou ils vont s'engager dans le passage montant Borgak les appelle
- Venez voir çà !
Rapidement ils le rejoignent dans le passage descendant. L'escalier est assez court et s'arrête devant une lourde porte métallique avec une roue au centre.
- Mais qu'est ce que c'est que cette roche ? - demande Causia en passant la main sur la maçonnerie qui encadre la porte.
- Du béton – répond Sieglinde. Borgak ! As tu vu une lumière bleue ?
Non, la seule lumière est celle des sorts.
- Je présume que les anciens que nous cherchons doivent se trouver derrière cette porte si ils sont encore vivant.
- Pourquoi ne le seraient ils pas ? - demande Causia
- Parce que ni les sorts ni le cri ne détecte de vie mais c'est peut être normal si la lumière d' Akatosh les protège. Que faisons nous ?
- Je ne suis pas sur que réveiller des « anciens » maintenant alors que nous allons affronter un ennemi redoutable soit une bonne idée – répond Morag.
- Je suis d'accord – ajoute Clwyd
- Alors allons voir le dragon – termine Kendal. Naerwen. Tu reste en arrière pour nous couvrir et si çà tourne mal contre Mora tu files pour rendre compte.
- Mais…
- Non ! C'est un ordre. Les autres doivent savoir ce qui s'est passé et l'endroit ou il y a peut être des anciens.
- Bien camarade lieutenant.
- Alors en route.
Le groupe remonte dans la petite salle puis s'engage dans la galerie qui monte.
- Nous partons droit vers l'est - note Borgak
Naerwen qui est maintenant serre file fait la tête.
- Il a raison tu sais ! - commente Lyris qui est juste devant elle.
- Je sais mais comprenez moi, revenir à la base et rendre compte que vous êtes tous morts car c'est ce que çà veut dire... Allez expliquer à dame Agnès que son plus jeune fils est mort.
- Vu comme çà, c'est vrai mais pensez à ces « anciens » qui dorment peut être encore derrière cette porte de fer. Et puis je ne vois pas pourquoi nous ne viendrions pas à bout de Mora surtout s'il y a un dragon avec nous.
- Vous avez raison mais ce n'est pas pour çà que je me suis engagée. C'est toujours pareil. Les garçons veulent toujours épargner les filles.
- Plains toi ! Tu n'imagine pas ce que j'ai subi du fait de ma taille, de mes origines nordiques et du fait que j'étais une fille et je ne parle pas des moqueries des mages comme Tharn ou Manimarco.
- J'ai subi le même entraînement, les mêmes épreuves que les autres pour faire le même travail. Je ne veux pas que l'on me traite comme une petite chose fragile.
- Profites en pendant que c'est possible. Au milieu d'une bataille c'est le genre de chose qui est vite oublié.
Les neufs compagnons ont continué dans la galerie jusqu'à une porte de fer. De la neige s'est infiltrée sous les battants. Borgak s'approche de la porte quand Sieglinde l'arrête.
- Stop ! La porte est peut être piégée !
- Comment çà ?
- Des runes. Il y en avait à la sortie du temple de la crevasse, sur la porte elle même et aux deux issues du porche.
- Comment fait on, alors ?
- Reculez et laissez moi faire – intervient Causia. Si çà ne donne rien on verra à utiliser une corde pour tirer sur un battant.
- Et s'il faut pousser, nous savons faire – ajoute Miraak
Causia recule de six pas et fait passer tout le monde derrière elle avant de balayer la porte d'une volée d'éclairs sans autre résultats que de noircir le métal. Borgak s'avance et examine la porte.
- Il faut la tirer vers nous – dit il en accrochant une corde à un battant.
Il recule jusqu'à Causia en déroulant le filin, prenant bien garde de ne pas faire bouger la porte puis s'étant assuré que tout le monde était prêt il tire doucement sur le filin. Il y a une petite résistance quand il est tendu mais la porte s'ouvre sans conséquences désagréables autres que l'entrée d'un froid mordant. La porte donne sur une galerie plus large qui elle, donne sur l'extérieur. Causia balaie le passage avec des éclairs sans déclencher de pièges.
- On voie le jour à l'extérieur – note Borgak
- Ajustez vos équipements. - ordonne Kendal. Il fait très froid dehors.
Dès que tout le monde est prêt les neufs avance vers la lumière. Ils sont dans ce qui ressemble à un cratère empli de brouillard.
- Un cadeau d' Alduin – lance Clwyd. Ciel dégagé, tous en même temps.
Les trois langues s'avancent et au signal lancent le Thu'um
- LOK VAH KOOR
La brume se dissipe et ne revient pas.
- Alduin n'est plus là pour la faire revenir – commente Clwyd
- Heureusement pour nous – répond Miraak
- Par les neufs, regardez çà – s'exclame Causia. Tous ces gens.
Ce qui semblait être un cratère est en réalité un amphithéâtre et sur les gradins toute une foule pétrifiée semble les regarder. Lyris se retourne et s'exclame
- Le dragon !
Tous l'imitent et derrière eux sur une plate-forme surélevée un très grand dragon de pierre est debout, ailes étendues, tête levée.
- On dirait la statue de la place Talos – s'exclame Causia. En plus grand.
Clwyd a repris son souffle et lance
- LAAS YAH NIR
Elle tourne sur elle même et balaie le site du regard.
- Ils sont vivants – souffle t elle. Tous et notre sœur aussi.
- Que fait on ? - demande Sieglinde
- Il faut les libérer. - répond Miraak. Je n'ose imaginer depuis combien de temps ils sont là.
- Mais comment ?
- Clwyd ?
- Le cri d' Alduin pour rendre la vie aux dragons morts est «  SLEN TIID VO ». Je l'ai déjà essayé mais mon Thu'um n'est pas assez fort pour ce cri. Pas plus qu'il ne l'était à lui seul pour effacer la brume créée par Alduin en Sovngarde pour y piéger les âmes des morts. J'ai eu besoin de l'aide de trois héros nordiques et nous nous y sommes repris quatre fois pour affaiblir Alduin et le forcer au combat. Mon Thu'um est maintenant beaucoup plus puissant avec ce que j'ai appris à Solstheim et mon année de méditation. A nous trois nous devrions réussir a la libérer. Qu'en pensez vous ?
- Je ne connais pas ce cri même si j'en connais les mots – répond Sieglinde
- Miraak ?
- Je connais ce Thu'um et je peux l'apprendre à Sieglinde
Il se tourne vers la jeune femme et s'incline tandis qu'une vague d'énergie passe de l'un à l'autre.
- Ce Thu'um est à utiliser avec beaucoup de précautions. - ajoute Clwyd. Il rend à une créature morte non seulement son apparence, sa chair, sa vitalité mais aussi son savoir et son intelligence. Ce n'est pas un cadeau à faire à n'importe qui.
- Je... Je comprends et je me sent prête. - répond Sieglinde.
- Je suis prêt mois aussi – ajoute Miraak
- Alors allons y!
Elle se tourne vers les six autres membres du groupe
- Si çà tourne mal soyez prêts à filer dans la galerie.
- Compris – répond Kendal
Les trois langues prennent un peu de recul pour bien voir le dragon. Clwyd est au milieu et tiens les deux autres par la main.
- Attention ! SLEN TIID VO
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 06 Oct 2015, 12:56

Et là ; vu que Laasaazov n'était pas morte mais seulement pétrifiée , ils la libèrent et ressuscitent Alduin en même temps :lol:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 06 Oct 2015, 17:58

Meuh Noooon! Faut pas pousser grand mère dragon dans les orties, menfin! :mdr:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 07 Oct 2015, 03:27

Comment ça : grand-mère dragon ? La mère d'Akatosh va venir aussi ? :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 07 Oct 2015, 08:04

On peut retrouver le nom de la maman d' Akatosh dans l' "Anuade commentée pour les enfants"


Episode 24

L'éveil

Les trois langues ont crié simultanément et l'onde générée a enveloppé le dragon avant de ricocher et de balayer tout l’amphithéâtre. Tout d'abord, pendant de longues secondes il ne se passe rien puis une aura violette apparaît autour du dragon de pierre. L'image de pierre se brouille puis scintille révélant des écailles d'argent étincelantes. L'animal s'ébroue puis se penche vers les trois langues.
- Des Dovahkiin. Des joore avec le sang et l'âme d'un Dovah, vrais enfants de notre père Akatosh. D'autres diraient que vous n'avez fait qu'accomplir votre destin mais je vous remercie car vous ne m'avez pas seulement libérée mais aussi mon peuple.
Les trois langues se retournent tandis que les autres se rapprochent. Le Thu'um a libéré tous les gens pétrifiés sur les gradins. Hommes, femmes, enfants, vieillards, guerriers, paysans, marchands, nobles ou roturiers, tous se lèvent et regardent autour d'eux comme s'ils s'éveillaient d'un long rêve.
- On ne peut pas les laisser là – grogne Lyris. Surtout si nous devons combattre Mora.
- Écoutez moi tous – gronde le dragon en s'adressant à la foule. Vous allez tous vous abriter dans les vieille catacombes pendant que les langues et moi allons punir celui qui est à l'origine de nos malheurs. Ne touchez pas à la porte interdite. Allez !
Tandis que la foule descend des gradins et s'engouffre dans la galerie, l'animal se tourne vers les neufs compagnons
- Il reste à libérer ceux que Mora a capturé dans le grand temple et qu'il a emprisonné mais cela se fera quand nous l'aurons vaincu.
- Pour le vaincre, il faut le combattre et pour le combattre il faut le trouver. - commente Lyris
- Ne t'inquiète pas fille des géants, il a senti mon réveil et sait que je peux le détruire ou au moins le renvoyer à Sithis. Il va bientôt venir ici de lui même mais je ne vais pas l'attendre bêtement ici. Le feu magique qui maintient son pouvoir sur Nirn s'affaiblit de plus en plus et je ne l'aiderais pas à le rallumer. Cachez vous parmi les statues. Je vais l'attendre la haut.
Sur ces mots le dragon prend son envol et va se percher sur un haut rocher au dessus de l'autel tandis que les langues et leurs compagnons s'installent au pied de l'autel. Kendal a repéré un passage qui permet de sortir de l’amphithéâtre et s'y est embusqué. Naerwen a pris position dans l'entrée du passage après y avoir poussé les derniers civils. Borgak s'est mis en position pour croiser le feu avec ses deux camarades. Causia s'est cachée derrière une tête de dragon avec Sapphire tandis que Lyris et Morag se plaçaient de chaque coté des langues.
- Qu'est ce qui sera le plus efficace contre lui – demande Sieglinde.
- Le feu – répond Miraak. Le feu qui ne laisse que cendres et qui purifie.
- Je pense que nous aurons plus d'efficacité si joignons nos voix – ajoute Clwyd.
- Il arrive – gronde le dragon. Tenez vous prêt.
Une bulle de lumière violette apparaît juste devant eux et un amas de tentacules noirs et d'yeux globuleux en sort.
- Comme on se retrouve lance le deadra ! Mais vous ne m'intéressez pas ! Ou est ce vermisseau volant.
A ce moment une masse argentée vient se poser brutalement derrière le deadra. Kendal remarque alors que l'animal s'est placé de manière à conjuguer son souffle à celui des langues ainsi qu'à la magie de Causia et à leurs armes.
- Tu me cherchais, Mora ?
Le deadra ne répond pas et semble se rendre compte qu'il est tombé dans un piège.
- Mora ! Tu as toujours trahi ceux qui t'ont écouté y compris celui à qui il ne faut jamais mentir.
Sans avertissement, des tentacules noirs jaillissent du sol et tentent d'envelopper le dragon.
- C'est le moment – crie Clwyd
Simultanément les trois langues et le dragon lancent le Thu'um
- YOL TOOR SHUL
Deux vagues de feu viennent s'écraser sur le deadra auxquelles viennent s'ajouter les boules de feu de Causia, les flèches de Sapphire et les balles de militaires. Naerwen commence à se demander si leur tir est efficace quand elle voit le deadra frémir parce qu'une balle a atteint un de ses yeux.
- Les yeux – crie t elle. Tirez dans les yeux.
Pendant ce temps Lyris et Morag se sont jetées sur les tentacules qui enserrent le dragon. Très vite l'animal est libre et crache une énorme boule de feu sur Mora. Les langues se sont rapprochées de leur ennemi. Miraak et Clwyd tailladent dans la masse informe à coup d'épée, Aubéclat et la Furie de l'Aigle carmin y laissant des traînées incandescente.
- Maintenant – crie à nouveau Clwyd
- YOL TOOR SHUL
- La vague de feu frappe à nouveau le deadra. Des tentacules qui étaient réapparus disparaissent et la forme changeante se contracte. Il y a un éclair qui fait reculer les assaillants proches et une silhouette humanoïde apparaît à la place. Elle lève les bras pour lancer un sort mais est secouée par les impacts de projectiles tandis que Causia l'arrose de ses éclairs. La silhouette tombe à genoux puis se recroqueville de plus en plus sur elle même et ne bouge plus. Une voix puissante résonne alors dans l'Amphithéâtre
- Enfin ! Tu es à moi ! Cela fait des éons que j'attends ce moment.
La silhouette redresse la tête et montre un visage terrorisé
- Sithis ! Non ! Pitié !
- Dis moi, as tu déjà eu pitié de quelqu'un ? Réellement ?
Un éclair noir descend du ciel et vient frapper la silhouette qui disparaît dans une gerbe de flammes. La voix résonne à nouveau
- Enfants d' Akatosh et de Kyne, Sithis vous remercie.
Le silence redescend alors sur l'amphithéâtre. Le dragon secoue la tête et se tourne vers Lyris et Morag.
- Merci joore. Votre aide a été bienvenue.
Puis vers les langues tandis que les soldats rejoignent le groupe.
- Vous, héritiers d'un savoir plus ancien que Mora, vous disciple de Magnus et Julianos, vous fidèle de Nocturne et vous enfin, mes sœurs et mon frère en Akatosh. Merci. Merci de la liberté pour moi et mon peuple dont vous allez devoir vous occuper. Merci à vous ma sœur d'avoir empêché Alduin de réaliser les plans de Mora. Je vais aller m'assure que ce qui reste de mon peuple est libre désormais puis j'irais voir mes frères et sœurs vers le sud. J'irais conforter Paarthurnax dans sa quête de raison pour les Dovahe.
- Serez vous sur le Monahven – demande Clwyd
- Oui ! Aussi longtemps que notre père le souhaitera.
- Nous pourrons venir vous voir alors ? - demande Causia
- Fille de Julianos, vous serez la bienvenue comme vous tous.
Sur ces mots le dragon étend ses ailes et s'envole vers le nord. Les neufs compagnons se regardent effarés.
- On a réussi – souffle Borgak
Il y a un grand cri et ils tombent dans les bras les uns des autres. Causia est la première à remarquer le changement et montrant le ciel du doigt.
- Regardez ! Le soleil !
Alors qu'ils se congratulaient, les nuages ont disparus et le soleil brille dans un ciel bleu.
- Ça veut dire que même en Bordeciel, le temps ne sera plus aussi froid. - commente Naerwen
- Atmora va revivre – ajoute Sieglinde.
- Je n'aurais jamais cru être aussi heureuse de le revoir – dit Lyris.
- Et moi donc ! - souffle Morag en écrasant une larme.
- En Cyrodiil on y est tellement habitué qu'on y fait même plus attention – s'exclame Causia.
Un toussotement derrière eux les fait se retourner d'un bloc. Clwyd a un frisson dans le dos en voyant la haute silhouette en armure ancienne, coiffée d'un casque à hautes cornes qui s'avance vers eux. A trois pas d'eux, l'homme met une genoux en terre et s'incline.
- Relevez vous – dit Miraak tout en retirant son casque.
Clwyd et Morag font de même, les autres baissent leur capuches. Voyant cela l'homme se redressent et retire son casque. Il est grand, blond, les yeux gris et ses cicatrices racontent un passé aventureux.
- Notre maître va nous abandonner ? - Demande t il
Je ne crois pas – répond Clwyd. Même s'il se retire un temps sur le Monahven pour conférer avec Paarthurnax j pense qu'il reviendra.
- Le vieux sage vit toujours? – s'exclame une femme qui porte la tenue des prêtres dragons
- Oui ! J'ai eu l'honneur de l'avoir pour maître. C'est lui qui m'a appris comment réellement maîtriser le Thu'um et ne pas me laisser dominer par mon sang de dragon.
- Qu'allons nous devenir ? - se lamente une femme, un enfant dans les bras. Quand nous nous sommes rassemblés ici pour demander de l'aide à notre seigneur tout le pays était couvert de neige alors que nous étions en plein été.
Kendal s'avance et prends la parole.
- Combien êtes vous ?
- Environ deux mille ici et trois mille en ville – réponds l'homme
- J'ai le contact avec R – s'écrie Naerwen
- Bon ! - reprend Kendal. Alors nous allons pouvoir faire le nécessaire. Votre... maître est parti vers le nord. S'il y a des survivants la bas il va falloir aussi s'en occuper. Avez vous une idée de leurs nombre ?
- Quand Alduin nous a frappé ils étaient autant que nous. Il restait aussi quelques centaines de personnes à Jylkurfyk mais tous les autres étaient partis pour Bordeciel.
- Nous allons vous aider, je vous le promet. - intervient Sieglinde et la Haute reine de Bordeciel s'occupera de vous.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 08 Oct 2015, 08:25

Episode 25

Après la bataille

- Le maître a dit que Alduin n'était plus. Il ne reviendra plus alors ? - demanda la prêtresse
- Pas avant la fin des temps pour accomplir son destin. - répond Clwyd
- Les dieux soient loués. Selon nos ancêtres au début il était dur mais juste et notre maître n'intervenait que très rarement puis un jour un mystérieux prêtre est apparu et tout a changé. Il a décidé de nous écraser sous son talon et a trouvé des hommes pour l'y aider. Nous sommes venus ici demander de l'aide. Notre maître a voulu nous défendre mais Alduin l'a transformé en pierre et nous avec.
- Ces galeries sont un passage vers Jylkurfyk. - Intervient Kendal. La ville est inhabitable pour le moment mais le port est utilisable. La glace et la neige ont fait beaucoup de dégâts mais je pense que tout va vite rentrer dans l'ordre. Il faudra juste vous fournir de quoi faire la soudure.
- Je ne serais pas étonnée que beaucoup de nordiques reviennent ici – ajoute Morag.
- J'ai des nouvelles – coupe Naerwen. Un drone a survolé le centre de l'île . Ils ont vu le dragon et ont repéré des signes de vies. Des feux, de l'eau courante. Ils nous demande d'y aller.
- Est ce que vous avez une radio pour moi ? – demande Sieglinde
- Oui, pourquoi ? - demande Kendal
- Je vais rester ici. Ils vont avoir besoin d'aide.
- Bonne idée. Nous avons rempli notre objectif principal. Maintenant il faut trouver les éventuels survivants et les aider. De plus en restant ici vous pourrez aller jeter un œil dans l'abri. Borgak donne lui une radio et des piles.
- Voilà – répond Borgak en fournissant le matériel demandé.
- Merci. Je vais rester ici! Qui veux rester avec moi ?
- Je reste – dit Lyris.
- Moi aussi – suit Morag.
- Et moi – dit Causia
- Bon ! Alors en route. - reprend Kendal. Au fait la galerie qui part vers le nord dans la petite salle. Ou va t elle ?
- Jusqu'au grand temple au centre de l'île, à Jorrak. Là ou est parti notre maître. Elle sort dans une vallée et il faut reprendre le tunnel au nord de celle ci.
- Et ici, comment s'appelle cet endroit ?
- Jilyak. Notre village se trouve… se trouvait juste derrière la crête au nord-ouest.
- Sieglinde - on se contacte toutes les trois heures et R est à l'écoute en permanence si problèmes.
- Ça marche.
- Clwyd, Miraak et les soldats s'engagent dans la galerie tandis que Sieglinde, Causia, Morag et Lyris se dirigent vers le village suivis par les survivants. A la sortie de la gorge menant au temple ils trouvent le village toujours accroché au flancs de la montagne. Il leur faut faire attention car la fonte de la glace génère des ruisseaux un peu partout et certains sont profonds et violents. En réalité c'est toute une ville dont les bâtiments sont accrochés aux deux flancs d'une vallée. Le chef des guerriers regarde Morag d'une manière étrange qui finit par énerver la nordique
- Hé bien ! Qu'as tu à me regarder ainsi ? Que veux tu à la fin ? - explose t elle
L'homme n'apprécie pas la question et pose la main sur sa hache. Il n'a pas le temps de faire un geste que son arme lui saute des main et qu'il se retrouve avec la pointe d'une épée sous la gorge. La situation n'a pas le temps de dégénérer car une femme avec un petit garçon dans les bras s'interpose, lui arrache son casque et lui flanque une magnifique paire de gifles. La situation est encore plus étrange car la femme est toute petite, une demi tête de moins que Causia ce qui ne l'empêche pas d'invectiver celui qui selon toute vraisemblance est son époux.
- Ça suffit – intervient sèchement la prêtresse. Haelda, Harmgarn arrêtez de vous disputer. Cette comédie n'amuse plus personne.
Les deux époux se calment instantanément et le guerrier qui s'avèrent être le capitaine de la ville vient faire des excuses à Morag. La prêtresse monte sur la terrasse d'une maison et frappe dans ses mains pour attirer l'attention de ses ouailles.
- Vous allez fouiller toutes les maisons et récupérer tous les vivres que vous trouverez. Faites la même chose pour le bois de chauffage, les fourrures et les couvertures. Harmgarn, tu vas tout collecter, tout compter et tout répartir en fonction du nombre de personnes de chaque familles. Je ne veux pas de passe droit ou de privilège. Je vis seule et ne veux qu'une part et tout le monde doit être traité ainsi. Sorla, tu fait la même chose pour tous les ingrédients alchimiques mais ceux là tu les apporteras chez moi. Nous allons avoir des malades puisqu'il y en avait déjà avant et je vais devoir fabriquer beaucoup de potions.
- Je peux vous aider – intervient Causia. Je suis mage et alchimiste.
- Vous êtes la bien venue ! D''ailleurs vous et vos amies logerez chez moi. En tant que prêtresse j'ai une grande maison. Venez avec moi.
C'est comme si quelqu'un avait donné un coup de pieds dans une fourmilière. Harmgarn s'est installé dans un grand bâtiment vide et a commencé à collecter puis répartir les stocks disponibles. A peine les visiteuses sont elles installées chez la prêtresse qu'une file de malades vient faire la queue à sa porte. Elle a déjà un stock important de potions qui ne semblent pas avoir pâti ni du froid ni du temps et pour l'instant aucun des malades ne semble gravement atteints. La nommée Sorla arrive bientôt accompagnées de plusieurs femmes et jeunes filles toutes chargées de sacs et de paniers pleins de toutes sorte d'ingrédients que Causia, aidée par Morag commence à trier. Dès que c'est fait Causia s'approche de la prêtresse.
- Comment vous appelez vous ? - demande t elle
- Frilld et vous ?
- Causia
- C'est un nom étrange
- Je suis née en Cyrodiil, la province impériale au sud de Bordeciel. Ma mère était de la bas mais mon père était de Vendeaume, la ville fondée par Ysgramor. Que faut il fabriquer en premier ?
- J'ai des potions de soins en quantité. En tant que mage vous aurez peut être besoin de potions spécifiques.
- Je peux m'en occuper – déclare Morag. Je pense que Causia devrait faire des potions médicinales. Nous risquons d'en avoir besoin.
- Si nous avons un gros problème je peux faire appel aux anciens. - intervient Sieglinde. Je sais que des stocks de médecines ont été faits dans l'éventualité ou nous nous trouvons maintenant. Le gros problème va être celui des vivres et du chauffage.
- Surtout les vivres. - intervient Lyris. Si nous n'arrivons plus à nous chauffer nous pourrons nous réfugier dans les galeries des catacombes. Le froid y est moins sensible.
A ce moment une haute silhouette apparaît dans l'encadrement de la porte.
- Prêtresse !
- Oui Harmgarn ?
- Je ne comprends pas. Nous ne sommes plus que deux mille. Ou sont les autres ?
- Ce sont ceux qui sont restés dans la ville quand nous sommes partis au temple. Les dieux seuls savent ce qui leur est arrivé. Et les vivres, le bois, les couvertures ?
- Comme il y a trois mille personnes en moins dans la ville nous avons des vivres pour tenir six mois, de quoi faire la soudure si le printemps revient. Nous avons plus de couvertures et de fourrures qu'il ne nous en faut. Nous serons peut être un peu juste en bois mais nous pourrons toujours démolir les maisons inhabitées.
- Bien. Nous allons essayer de tenir de cette façon. Si il y a un problème cette dame...
- Sieglinde – se présente celle ci.
- Sieglinde, donc peut appeler des gens à notre secours.
- Je m'excuse encore – reprend le nordique. Je ne sais pas ce qui m'a pris.
- Ce n'est pas grave. - répond Sieglinde. Vous êtes juste tombé sur les guerrières nordiques les plus coriaces de tout Tamriel si ce n'est de Nirn. Dites moi Harmgarn, n'êtes vous jamais allé dans la galerie qui descend de la petite salle dans les catacombes ?
- Si ! Il y a très longtemps quand j'étais jeune. Avec des amis nous avions réussi à ouvrir la porte de métal mais la lumière bleue nous a fait peur alors nous avons refermé la porte et nous sommes partis. Nous avons raconté çà au prêtre de l'époque, le père de Frilld et il a déclaré un interdit sur cet endroit. Mais cet interdit ne vous concerne pas, bien sur.
- Avez vous touché à la lumière bleue ?
- Non ! Au delà de la porte il y a un couloir et la lumière bleue en éclaire le fond. Nous ne nous sommes pas approchés.
- La porte était lourde ?
- Très, nous nous sommes mis à six pour l'ouvrir.
Sieglinde hoche la tête.
- Vous avez bien agi et le prêtre aussi. Cette lumière bleue signifie qu' Akatosh a préservé des anciens au-delà de cette porte. Il faut que je demande des instructions avant d'agir. Merci Harmgarn. Oh!J'oubliais ! Votre adversaire s'appelle Morag et la grande, là s'appelle Lyris. Toutes deux sont Nordiques.
Le guerrier les salue d'un signe de tête et sort.
- Je me demande pourquoi il s'en est pris à moi. - commente Morag
- Vous ressemblez beaucoup à une jeune femme qui n'a pas été gentille avec lui. - répond Frilld. Elle avait accepté de l'épouser mais elle a préféré partir avec Ysgramor.
- Elle était d'ici ?
- Oui
- Cela signifie que nos racines sont ici - commente Lyris
Dernière édition par Alastair le 09 Oct 2015, 07:50, édité 1 fois.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 08 Oct 2015, 12:42

Alastair a écrit:La situation n'a pas le temps de dégénérer car une femme avec un petit garçon dans les bras s'interpose, lui arrache son casque et lui flanque une magnifique paire de gifles.


C'est une façon comme une autre pour calmer un nordique en colère :lol:

Alastair a écrit:- Cela signifie que nos racines sont ici - commente Lyris


CQFD
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 08 Oct 2015, 12:59

Comme quoi elle est grand forte et.. pas bête ;)
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 09 Oct 2015, 08:14

Episode 26

La route de Jorrak

Le groupe conduit par Kendal trottait dans la galerie. Ils avaient réussi à faire presque la moitié du chemin avant d'être obligés de bivouaquer. Après le repas ils s'installèrent sur leurs sacs de couchage et discutèrent de ce qu'il y avait au bout de cette galerie.
- J'ai un peu peur de ce que nous allons trouver – commenta Miraak. Surtout après ce que nous a dit Sieglinde.
- Oui – répondit Borgak. La prêtresse parlait de 5000 habitants.
- D'après R – ajoute Naerwen. Il y a beaucoup de villages et même de petites villes dans les vallées au centre du pays mais aucune trace de vie.
- Que pensez vous qu'il se soit passé ? - demande Kendal.
- Nous pouvons déduire de ce que nous avons appris que Mora est à l'origine de la cruauté d' Alduin qui de juge est devenu bourreau et ce pour alimenter ce « feu magique » qui maintenait la puissance de Mora sur Nirn. Sachant ce que je sais je pense que tous les habitants à portée de Mora et de ses sbires ont été sacrifiés dans ce but.
- Vraiment ?
- Oh oui ! - ajoute Miraak. Les prêtres dragons étaient aux ordres d' Alduin et n'obéissaient aux autres dragons que si cela allait dans le sens de la volonté d' Alduin. Moi même, je n'ai tenté de me rebeller qu'après qu' Alduin ait disparu, poussé par Mora, d'ailleurs, encore qu'il ne se soit dévoilé qu'après m'avoir tiré des griffes de Vahlok.
- J'ai affronté un certain nombre de prêtres dragons à Solstheim. - reprend Clwyd.. Comme ceux de Bordeciel ils avaient été réveillés par le retour d' Alduin et ils étaient aussi coriaces les uns que les autres.
- Vous en êtes quand même venue à bout, mon amie. - commente Miraak. Même moi, je n'ai pas pu vous résister.
- Tout çà à cause d'un deadra fou qui est maintenant prisonnier de Sithis. Grand bien lui fasse.
- Je croyais que le deadra fou était Shéogorath ? - demande Naerwen.
- C'est le prince deadra de la folie. Désormais maître de son royaume depuis que Morag a mit fin à la marche grise de Jyggalag mais je ne le crois pas… fou, pas vraiment, juste un peu imprévisible comme l'a dit Azura. Enfin, d'après ce que m'a raconté Lyris à propos d' Havreglace, ceux que nous avons libérés vont avoir du travail pour réparer leurs domaines respectifs.
- D'autant plus que les Aedras et les anciens dieux vont les surveiller. - ajoute Borgak. Je… je n'ai pas osé aborder Malacath. Je l'ai aidé à sortir de sa cellule mais je n'ai pas osé lui parler.
- Il t'a vu – répond Miraak. Et je pense qu'il a été heureux de ta présence même s'il ne l'a pas trop montré.
- Si on dormait – s'exclame Naerwen en baillant. Nous ne sommes pas encore arrivés.
- Comme les deadras vont être occupés à rebâtir leurs royaumes ils vont peut être laisser les mortels tranquilles – reprend Miraak
- Sauf s'ils ont besoin de main d' œuvre pour cela – répond Clwyd. Allez dormons. Nous nous préoccuperons des deadras si cela devient nécessaire.
Par précaution, Clwyd et Naerwen ont posé des runes pour protéger le bivouac et la nuit se passe sans incidents. Ils reprennent leur avance tôt au matin Jusqu'à ce que Borgak qui menait le groupe fasse signe de s'arrêter.
- Lumière devant – dit il. A priori c'est l'extérieur.
- Allons voir – répond Kendal
A la sortie de la galerie, le groupe se retrouve sur une route en corniche qui fait le tour d'une large vallée. De l'eau ruisselle de partout et en contre bas les torrents se jettent dans une rivière aux flots boueux. Sur les pentes de la vallée, des villages désertés émergent de l'océan de neige. Des traces de cultures en terrasse les entourent. Kendal consulte sa boussole puis se tourne vers les autres.
- On continue vers le nord. - dit il
Dès qu'ils ont été à l'air libre Naerwen a contacté R puis Sieglinde. Après de courtes conversations elle rend compte.
- Nous sommes à 12 kilomètres à vol d'oiseau de notre objectif. A pied çà risque d'être un peu plus long car la route fait des lacets pour passer un col avant de redescendre sur Jorrak. Sieglinde attend le feu vert pour aller voir si il y a des anciens. Selon certains témoignages c'est probable.
La route descend dans la vallée et enjambe à plusieurs reprise la rivière. La dernière partie avant d'entamer la montée vers le col traverse une épaisse forêt de grand sapins. L'épaisseur des frondaisons est telle qu'il y fait presque nuit. Cela devient tellement oppressant qu'à plusieurs reprises Naerwen lance des sorts de détection de vie. La fin du bois est en vue quand elle lance le dernier et cette fois ci le résultat n'est pas négatif.
- Quelque chose de vivant sur la droite – chuchote t elle
- LAAS YAH NIR – lance Miraak. Je confirme – ajoute t il. Et il y a du monde.
- Que fait on ? - demande Clwyd
- Naerwen préviens R et Sieglinde – répond Kendal. Dès que c'est fait, on va voir.
Il faut peu de temps pour que Naerwen passe les messages et pour la première fois depuis le combat contre le deadra les armes reviennent dans les mains. Miraak a repris Furie, comme il l'appelle tandis que Clwyd a repris son vieil arc. Miraak et elle se relaient pour déterminer dans quelle direction trouver les êtres vivants. Kendal s'arrête brusquement
- Regardez çà, à droite.
- Des jardins ! - s'exclame Clwyd. Abrités de la neige sous les arbres.
- Des plantes de montagne - commente Borgak
- Ils ont réussi à échapper à Mora et ses sbires. - ajoute Miraak mais ou sont ils ?
- Il y a un sentier là ! - s'exclame Naerwen
- Attention aux pièges – souffle Sapphire
Naerwen s'arrête net. Juste devant elle un fil barre le passage.
- C'était moins une – souffle t elle
- Il y en a certainement d'autres.
Les soldats mettent baïonnette au canon et sonde le sol devant eux avant d'avancer.
- Stop ! - ordonne Kendal
- Qu'est ce qui se passe ? - demande Borgak
- Regarde ou le passage libre nous emmène. - répond le lieutenant en montrant les branches au dessus d'eux.
- Un filet ! - s'exclame Sapphire.
- Oui ! Avec de jolies épines en plus. On recule et on cherche le vrai passage.
Il leur faut une bonne heure pour trouver le vrai passage et ils manquent à plusieurs reprises de se faire prendre car la nuit tombant les pièges sont de plus en plus difficiles à détecter.
- Stop ! On s'arrête ! - s'exclame Borgak
- Pourquoi ? - demande Naerwen
- Les lunettes de vision nocturne pour tout le monde – répond Kendal. Aide nos amis à les mettre et à les activer.
- Bon sang ! Pourquoi n'y ai je pas pensé ?
Une fois tout le monde équipé, pièges et traces de passage deviennent beaucoup plus évidents.
- Pas étonnant que je me sois fait repérer – commente Sapphire
- Une grotte ! - chuchote Clwyd
- Allons y mais prudemment. Gare aux plaques à pression. - répond Kendal.
Le petit groupe s'enfonce dans la galerie jusqu'à un embranchement.
- De la lumière à droite - dit Borgak. Mais pas de traces de passage.
- Oui ! Les traces vont vers la gauche. - ajoute Kendal
- Alors on va vers la gauche. - répond Clwyd.
Le groupe arrive dans une petite salle. Pas de pièges visible mais les traces suivent le coté gauche de la salle alors le groupe fait de même. Naerwen a pris la tête et s'avance doucement jusqu'à un coude.
- Stop ! - chuchote t elle
- Qu'est ce qu'il y a ? - demande Sapphire qui la suit
- La lumière au bout du couloir vient de s'éteindre
- Alors les occupants savent que nous sommes là.
- LAAS YAH NIR – lance Clwyd. Par Talos il y en a partout, devant, au dessus, au dessous et même derrière.
- Les traces longent le coté droit de la galerie maintenant. - ajoute Naerwen
- On les suit ! - répond Kendal. Avancez prudemment.
En suivant les traces laissées par les habitants des grottes les cinq compagnons progresse dans le dédale de galeries jusqu'à une grande salle.
- Maintenant çà part dans tous les sens – commente Borgak
- On s'avance au milieu – dit Clwyd. Ils vont bien finir par se montrer.
Le petit groupe s'avance jusqu'au milieu de la salle. Naerwen lance Détection des Vivants
- Ils nous encerclent – chuchote t elle
- Je sais ! Je les sent - répond Clwyd.
A ce moment, torches et braseros s'allument tout autour de la salle. On ne voit personne mais ils sentent qu'on les observe. Ils retirent leurs lunettes et comprennent pourquoi on ne voie pas les créatures détectées. Il y a des écrans de peau et des murets de pierre tout autour d'eux.
- Armes à la bretelle – ordonne Kendal. Clwyd et Sapphire rangent leurs arcs et Miraak remet son épée au fourreau. Une haute silhouette se démasque devant eux. Un… Non, une prêtresse dragon.
- Qui êtes vous et que voulez vous ? - demande t elle
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 10 Oct 2015, 07:44

Episode 27

Les survivants

Clwyd se racle la gorge.
- Nous avons été envoyés par la Haute Reine de Bordeciel. Le froid venu d' Atmora empêche une vie normale sur la côte nord de Bordeciel, de Solstheim jusqu'à Nordguet. Nous avons reçu des signes et des messages. Le coupable était un prince deadra qui avait corrompu Alduin et voulait s'emparer de Nirn. Pour cela il avait besoin de s'emparer des pouvoir des autres princes deadras. Il les a capturés mais nous avons réussi à les libérer privant Herma Mora de la puissance dont il avait besoin.
- Herma Mora… Le démon du savoir… Et la maîtresse de Jilyak ?
- Alduin l'avait réduite à l'impuissance avec tous ses fidèles mais nous avons pu les libérer et Laasaazov nous a aidé à abattre le démon. Quand il a été trop faible pour se défendre, Sithis s'est emparé de lui. Je crois que de ce coté là nous sommes tranquille pour quelques siècles. De plus les princes deadra qu'il retenait prisonniers vont reprendre leur royaume et le temps qu'il y remettent de l'ordre ils nous laisseront tranquille, enfin j'espère. Les anciens dieux et les Aedras vont les surveiller. Comment avez vous survécu ?
- Quand les sacrifices ont commencé, j'ai réussi à me sauver avec les plus jeunes habitants de la vallée. Je connaissais ces grottes, un ancien sanctuaire elfe. Nous avons utilisé une ancienne magie pour cacher notre présence et pour résister au temps. Nous nous sommes relayés par groupes pour assurer la survie de ceux qui dormaient puis ceux ci se réveillaient et le groupe précédent s'endormait. Le principal était de nourrir ceux qui veillaient pour que nous ne devenions pas des draugrs.
- Alors les jardins c'était pour çà ?
- Oui
- Combien êtes vous ?
- Huit cent ! Tout ce qui reste des cent mille qui vivaient dans la vallée.
- A Jilyak, les trois cinquièmes de la population a disparu. Vous avez parlé de sacrifices, comment cela se passait il ?
- Des monstres avec des tentacules et des sortes de géants venaient dans les villes et les villages. Ils rassemblaient les habitants et les emmenaient à Jorrak. Je ne savais pas quoi faire jusqu'à ce qu'un jeune homme les suive et voie ce qui se passait.
- Que se passait il ?
- Les gens étaient jetés vivants dans un grand brasier magique. Quand j'ai entendu çà, j'ai emmené les enfants ici. Nous nous sommes organisés pour survivre sans devenir des morts vivants et nous avons attendu.
- Et nous sommes là. - conclue Kendal. Il faudrait que l'un d'entre nous reste ici avec eux.
- Ou allez vous ? - demande la prêtresse
- A Jorrak. Nos ordres sont d'aller voir ce qui se passe la bas et de neutraliser d'éventuels fidèles de Mora. Aedras ou Deadras, les dieux tirent leur puissance de la foi de leurs fidèles. Il faut donc priver Mora des siens. Combien d'entre vous sont réveillés ?
- Tous. Nous avons senti comme un souffle hier et ceux qui étaient en stase se sont réveillés. Vous n'avez pas peur de ce qui vous attend à Jorrak ?
- Laasaazov a déjà été voir ce qui se passait la bas – reprend Clwyd. Je doute qu'il y ait encore des ennemis la bas. Si vous avez des problèmes pour survivre dans la vallée, rejoignez Jilyak par les tunnels.
- C'est étrange ! J'ai la même sensation en votre présence que quand j'avais affaire à un dragon !
- C'est normal – répond Miraak. Clwyd et moi sommes des Dovahkiin comme Sieglinde qui est restée à Jilyak. Pouvez vous nous décrire Jorrak ?
- Le temple de Bromjunaar en Bordeciel a été construit sur le modèle de celui de Jorrak. Si vous arrivez par la route vous traverserez la ville de Kynurfyk. Le temple est juste après.
- Comment vous appelez vous ? - demande Naerwen
- Aetki et vous ?
- Naerwen, notre chef est dame Clwyd, voici Kendal, Miraak, Sapphire et Borgak.
- Deux langues, trois elfes et une nordique ensembles ! Le monde a bien changé.
- A Jilyak on nous a dit que la galerie conduisait jusqu'à Jorrak ; - intervient Borgak. Mais nous sommes sortis dans la montagne, à l'extrémité sud de la vallée.
- Il vous faut reprendre la route et monter en direction du col. A mi hauteur sur la gauche vous verrez des pierres dressées, derrière se trouve une porte qui donne sur une galerie qui rejoint les catacombes de Kynurfyk et de Jorrak. Faites attention ! Vous risquez d'y rencontrer des draugrs. Des prêtres fidèles à Alduin ont été enterrés dans ces tunnels.
- Je sais comment les traiter – répond Clwyd. Je… Je voudrais voir les enfants.
Aetki frappe dans ses mains et appelle
- Venez tous ! Les étrangers veulent vous voir.
Il y a un bruit de piétinement et de derrière les cloisons et les murs une foule apparaît. Il y a des tout petits dans les bras des plus grands, des adolescents, des filles, des garçons…. C'est Miraak qui craque le premier. Il retire son casque et s'approche des enfants. De grosses larmes coulent sur ses joues. Puis ce sont Sapphire et Clwyd. Les soldats retirent leurs capuches et s'approchent à leur tour.
- Pourquoi ne sommes nous pas venus plus tôt ? - grogne Borgak, la voix enrouée par l'émotion.
- Parce que le temps n'était pas venu. - répond Aetki. Kyrnvar, approche !
- C'est un grand jeune homme, le seul à porter une armure.
- C'est lui qui vous a sauvé, n'est ce pas ? - demande Clwyd
- Oui ! Mais il a du mal à voir les choses ainsi.
Clwyd qui a pris un petit dans ses bras s'approche du jeune guerrier.
- Qui voulais tu sauver ?
- Mes parents, mes frères et sœurs mais je n'ai pas pu approcher. Ils ont fermé les portes devant moi et je n'ai pu qu'assister de loin à la tuerie. Les monstres prenaient les gens et les jetaient dans le feu. De là ou j'étais j'entendais les cris de terreur et les malédictions lancées par les victimes. Je les ai vu jeter ma mère et mon petit frère dans le feu. Mon père s'est jeté sur un monstre pour que ma petite sœur puisse se sauver. Il a été tué mais je n'ai pas revu ma sœur.
- Est ce que des hommes participaient à… cela ?
- Non, il n'y avait que ce prêtre et les monstres.
- Le prêtre était Herma Mora. Tu n'aurais rien pu faire. Il n'y avait vraiment pas d'humains ?
- Il y avait une foule dans les gradins autour du brasier mais personne ne bougeait, comme s'ils avaient été changé en pierre.
- Ce qui était certainement le cas. J'espère que Laasaazov a pu les libérer !
- Veux tu venir avec nous – demande Kendal.
Il se tourne vers la prêtresse
- Va Kyrnvar. Nous ne savons pas ce qu'il y a la bas. Je sais que tu ne peux pas t 'empêcher d'espérer et c'est le seul moyen pour toi de te libérer de ce poids.
- Le message disait qu'ils avaient repéré des feux et de l'eau courante. - reprend Naerwen. L'eau c'est peut être seulement le dégel mais les feux ?
- Il faut y aller. - coupe Kendal. Nous emprunterons le tunnel dont vous nous avez parlé. Naerwen tu préviens Sieglinde et les bases dès que nous serons dehors.
- Miraak ? - demande Clwyd
Il est toujours à genoux, entouré d'enfants.
- Je… Je ne sais pas…
Sapphire s'approche de lui.
- Leur unique défenseur vient avec nous. Vous pouvez rester.
- Elle a raison – reprend Clwyd.
- M… merci
- Suivez moi – indique Kyrnvar. Nous allons prendre un raccourci.
- Je préfère çà – soupire Borgak ? Suivre les traces dans les tunnels c'était infernal.
Kyrnvar les fit passer par un petit tunnel et ouvrit une porte de pierre qui donnait sur une clairière à proximité de la route. Kendal vérifia l'orientation et se tourna vers les autres.
- Naerwen ?
- Deux minutes. J'ai prévenu R et j'ai le contact avec Sieglinde.
Quelques instant plus tard elle rangea sa radio
- Bon ! Sieglinde a le feu vert pour chercher après les anciens. R prépare une unité d'intervention héliportée avec aide médicale et escorte armée.
- Alors ne traînons pas. Kyrnvar, connais tu le passage dont a parlé Aetki ?
- Oui, je vais vous montrer.
- Heu! Au fait comment s'appelle cet endroit ?
- C'est la vallée de Sverd ! On y va ?
- C'est parti.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 10 Oct 2015, 18:16

Hmmm

Miraak qui chiale , après tout ce qu'il a fait dans Skyrim : ça fait un peu "larmes de crocodile"
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 11 Oct 2015, 08:33

Pas sur! :pense:

Episode 28

Les anciens

Sieglinde avait passé son temps à aider tous ceux qui en avaient besoin. Elle avait communiqué à Frilld les informations transmises par Naerwen ce qui avait notablement assombri l'ambiance de la ville. Tous ceux qui avaient survécu avaient aussi perdu des proches. Les efforts de Causia et Morag avaient porté leurs fruits et le nombre des malades avait fortement diminué. Malgré l'approche de l'automne, le temps s'était très vite réchauffé et le risque majeur était désormais les avalanches et les coulées de boue. Lyris et Harmgarn avait mis en place un réseau de surveillance et fait évacuer les maisons les plus menacées. Lyris avait un autre problème, elle était devenue le point de mire des enfants et vu sa taille il lui était difficile de leur échapper. Ils voulaient tous êtres près d'elle et la recherchaient. Ils ne disaient rien se contentant de la regarder avec des yeux émerveillés. Ce ne fut résolu que lorsque Morag délaissa l'alchimie pour s'occuper de la gestion de la ville. Immédiatement, l'attention des enfants se détourna de Lyris pour se tourner vers Morag.
- C'est de notre faute – commenta une mère. Harmgarn fait figure d'ogre, ici. Nous avions pris l'habitude de les menacer de les faire manger par lui quand ils ne sont pas sage. L'intervention de votre amie en a fait leur protectrice.
- Mais pourquoi venir vers moi ? - demanda Lyris.
- Ils ont entendu dire que vous étiez sa grand-mère et vous êtes encore plus grande qu'elle alors ils se sont tournés vers vous.
- Vous feriez mieux d'arrêter de les menacer de cette façon surtout qu'il a une famille.
- Je sais mais l'habitude est difficile à perdre
Lyris s'éloigna en secouant la tête.
- Ils sont aussi dingues que Calder. - se dit elle
Elle allait rentrer dans la maison de Frilld quand Sieglinde l'appela
- J'ai l'autorisation d'aller voir si il y a des anciens dans le tunnel. Causia aide Frilld à donner des soins et Morag a pris le commandement de toute la ville.
- Elle m'épate, tu sais
- A ce que j'ai compris elle a dirigé les royaumes de Shéogorath pendant un peu plus de deux siècles. Même s'ils étaient habités par des dingues cela lui a fait de l'expérience.
- A mon avis, vaudrait mieux ne pas lui en parler.
- Oui, elle n'a toujours pas digéré la façon dont Shéogorath l'a larguée dans notre affaire.
- Il fallait bien qu'il justifie sa réputation, non ?
- Pas faux même si , d'après ses dires, Akatosh et Sithis ne lui ont pas laissé le choix. Bon on va prévenir les autres et on y va.
-Tu sais ce qu'on va trouver ?
- J'en ai une petite idée car des gens à qui c'est arrivé m'ont raconté leurs expériences
- Qui çà ?
- La première à avoir été confrontée aux anciens a été la Haute Reine Elisif qui en a rencontré un dans le temple des divins caché sous le Valkygg, dans le Labyrinthe. Ensuite çà a été un Falmer, Dinidel qui a retrouvé ceux sous Volunruud, un naufragé, ceux de la station 17 dans la mer des fantômes et en dernier ceux de la crevasse par la princesse des parjures.
- Et la base R ?
- Elle était abandonnée et a été réactivée par les gens de 17 quand ils ont été assez nombreux.
- Tu crois que Morag a raison et que les nordiques vont revenir ici ?
- Peut être. Il y a de la place ici. Il vaut mieux que les jeunes de Bordeciel rebâtisse la vieille Atmora au lieu de s'expatrier dans le sud, non ?
- J'ai toujours regretté d'avoir quitté Bordeciel.
Elles entrèrent dans la maison de Frilld et mirent au courant Causia et la prêtresse.
- Nous allons prévenir Morag en passant et demander à Harmgarn de nous donner quelqu'un qui nous suive de loin. On ne sait jamais.
- Que les dieux vous guident répondit Frilld
Sieglinde laisse sa radio à Causia et les deux femmes sortent et rejoignent Morag qui interpelle immédiatement Sieglinde
- De combien d'enfants, Naerwen a t elle parlé ?
- Huit cents.
Elle se tourne vers le guerrier
- Qu'en penses tu ?
- C'est possible. Je ne pense pas qu'il y aura des réticences, surtout pour des enfants qui ont perdu leurs parents comme nous avons perdu nos proches.
- Miraak est resté avec eux. Il comptait organiser l'exploration des village de la vallée avec les plus grands. Ils ont des cultures dans la forêt et des champignons dans les cavernes. S'ils peuvent trouver un complément dans les villages ils n'auront peut être pas besoin d'aide tout de suite.
- Mouais – grogne Lyris. Un seul papa et une seule maman pour huit cents gamins… Ça va être juste. Il y a beaucoup de petits, non ?
- D'après Naerwen, les trois-quarts. On verra çà une fois que nous aurons vérifié la présence des anciens. Harmgarn, peux tu nous donner quelqu'un pour nous suivre de loin au cas ou cela ne se passerait pas bien. Tout ce qu'il aura à faire c'est de vous prévenir, à charge pour vous de prévenir les autres.
- Sviik ira avec vous. Tu as compris. Tu les suis de loin et tu reviens nous prévenir en cas de problème.
L'homme opine et récupère armes et armure avant de les suivre.
- Pourquoi tu ne prends pas ta radio ? - demande Lyris
- Sauf le premier, tous les autres avaient des moyens de communication. Si il y a des anciens et qu'ils ne peuvent pas communiquer je te laisserais avec eux, Sviik restant à distance et je reviendrais ici prévenir R.
- Pourquoi R ?
- Ils sont à l'écoute en permanence. C'est devenu la base militaire la plus important des anciens. 27 est un centre médical et politique et 17 une base de recherche et de formation des personnels.
- Quelle organisation.
- Ça n'a pas empêché leur civilisation de disparaître
- Elle n'a pas disparu puisqu'ils sont encore là et qu'on va peut être en trouver d'autres.
- Pas faux.
Tout en discutant elles sont arrivées à la porte de métal. Sieglinde examine la porte.
- En principe il faut tourner le volant dans ce sens là.
- Essayons ! Ouh là ! On dirait que c'est coincé.
- Quand nous sommes venus avec Harmgarn et que nous avons refermé la porte, Niervar, le plus fort d'entre nous a fait tourner le volant à toute vitesse dans l'autre sens et il s'est bloqué. - explique Sviik. Nous avions vraiment peur.
- Je comprends mais maintenant il faut débloquer ce bidule. Aide moi.
Le guerrier et la géante s’arque-boute et tirent de toutes leurs forces sur le volant. Pendant un moment rien ne bouge puis avec un grincement le volant se débloque et commence à tourner lentement.
- Doucement – s'exclame Sieglinde. Ne faisons pas la même erreur dans l'autre sens au cas ou nous devrions refermer cette porte.
Sviik lâche le volant tandis que Lyris le fait tourner lentement jusqu'à ce qu'il se bloque. Elle fait un quart de tour en sens contraire puis le lâche.
- Et maintenant ?
- Il faut pousser – répond Sviik. Si je me souviens bien çà tournait tout seul.
Sieglinde s'appuie sur le panneau de métal qui pivote sans bruit dégageant le passage. Il y a un court palier puis des marches qui descendent sur environ trois mètres. En bas un couloir de dix pas et tout au bout la lumière bleue.
- C'est exactement comme on me l'a décrit. - s'exclame Sieglinde. La lumière bleue avec les battements, la lumière d'Akatosh.
- Et on fait quoi maintenant? - demande Lyris
- Il faut la toucher à main nue. Sviik tu attends là avec Lyris, j'y vais !
- Non !
- Pourquoi, non ?
- Parce que je ne suis qu'une guerrière, une manieuse de hache, ton savoir, ton expérience et ton pouvoir sont autrement précieux que ma petite personne.
- Elle a raison, vous savez – ajoute Sviik
- Alors tu reste là et moi j'y vais.
- Avant que Sieglinde ait pu réagir, Lyris a retiré son gant et s'est approchée de la lumière. Elle passe la main dans la lumière bleue et comme dans les récits de Dinidel, Eamon et Addis la lumière change, du bleu au vert, du vert eu jaune, du jaune au blanc avant de se rétracter et de disparaître au fond du couloir. Sieglinde lance Illumination et Lyris se tourne vers elle.
- C'est tout ?
Sieglinde n'a pas le temps de répondre, Le sol se met à vibrer tandis que des globes lumineux s'allument au plafond.
- Les systèmes de survie viennent de se remettent en route. - note Sieglinde. Sviik tu reste ici et tu surveille… Oh non !
- Quoi ?
- Regardez ! La porte s'est refermée.
Dernière édition par Alastair le 12 Oct 2015, 08:07, édité 1 fois.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 11 Oct 2015, 10:18

Alastair a écrit:- Pas faux.


Dit Perceval le gallois ...................................... A moins que ce ne soit Provencal le gaulois :mdr:

Et encore des anciens auxquels il va falloir tout expliquer , à moins qu'ils aient déjà été découverts ? ;)
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

PrécédenteSuivante

Retourner vers TES 5 : Galeries de portrait

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité