Senshi

Montrez nous votre personnage ^^

Modérateur: Modérateurs

Messagepar SLESSIR » 07 Avr 2015, 17:17

Une dizaine de dragons se posant près de l'ambassade (ou même dessus) devrait retirer toute envie aux thalmors de faire des "bêtises" ; et Ayrenn pourrait revendiquer son trône sans aucun problème :demon:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 07 Avr 2015, 17:32

L'ambassade est hors jeu comme Elenwen.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 08 Avr 2015, 06:50

Episode 80

Ayrenn et les dragons.

Quand nous nous sommes réveillés le lendemain matin, dame Clwyd et Ayrenn étaient déjà parties pour Volciel. Lydia tournait comme un ours en cage et finit par m'entraîner dehors des fois que l'on puisse voir les dragons passer. Ses espoirs ne furent pas déçus car à peine avions mis le nez dans la cour que nous entendîmes un cri venant du ciel. Immédiatement après le ciel se dégagea et nous vîmes passer au dessus de nous les deux mêmes dragons qui étaient venus à notre secours à Nordguet. Il disparurent très vite dans les nuages en direction d'une haute montagne au sud. Voyant que Lydia avait les larmes aux yeux je la serrais contre moi et la fit rentrer dans la maison. Je remarquais en rentrant que tout le monde était triste et préoccupé.
- Hé! On se calme là. Elles sont juste parties à la Gorge du Monde pour parler au chef et maître des grises barbes. Pour finaliser le plan et le mettre à l'épreuve de la sagesse du plus puissant dragon de Nirn. Un point c'est tout. Quand elles reviendront, Ayrenn restera ici et nous nous partirons à la guerre. Au fait Mabjaarn qu'allez vous faire? La reine vous souhaite à ses cotés.
- J'attends le retour de ces dames pour partir pour Vendeaume avec Delyth. Ulfric a laissé des hommes pour m'escorter. Je pense comme Clwyd qu'il y a quelqu'un de très puissant derrière les Thalmors. Il n'est pas impossible que les événements d' Haafingar ait été provoqués pour l'obliger à se démasquer et à nous affronter ou plutôt à affronter une de ses vieilles ennemies.
- Vous pensez à quelqu'un de précis?
- Oui. Moi aussi je me suis plongée dans les livres. Je pense que Manimarco, le Roi des Vers est derrière tout ceci. C'était un sinistre personnage mais un savant très intelligent et c'était un altmer qui a fait partie de l'ordre des Psijiques. Il a échoué pendant la deuxième ère puis pendant la troisième. Je parierais que ceci est sa dernière chance. Molag Bal est un maître exigeant qui ne pardonne pas l'échec. Cette fois Manimarco doit réussir ou disparaître dans Havreglace.
- Havreglace?
- On l'appelle aussi Port du Froid. C'est le plan d' Oblivion de Molag Bal.

Au sommet du Monahven.

Ayrenn n'en revenait pas. Il y avait d'abord eu la longue conversation avec le dragon d'argent, Aaksadonlok qui les avait encouragées et leur avait promis d'être avec elles contre l'ennemi. Puis Clwyd avait appelé Odahviing, le dragon de cuivre. La encore la surprise fut la manière dont les dragons se saluaient d'un jet de feu avec ensuite une longue conversation entre les dragons, Clwyd et elle à la fin de laquelle Odahviing s'était tournée vers elle et lui avait promis de l'emmener et de combattre à ses cotés. Puis Clwyd l'avait fait monter sur le dragon d'argent et était elle même montée sur le dragon de cuivre. Elles s'étaient alors envolées vers la gorge du monde, là ou le plus ancien des dragons les attendait. Peu après le départ Clwyd avait lancé un cri et les nuages s'étaient dispersés juste au dessus de la maison ou sa fille l'attendait. Elle avait aperçu ou cru apercevoir un couple dans la cour devant la porte du manoir mais c'était trop loin pour distinguer qui les guettait. A l'approche de la montagne le ciel s'éclaircit. Les dragons descendirent sur un plateau près de son sommet ou les attendait un énorme dragon blanc et se posèrent près de lui. De nouveau les saluts de feu puis le dragon blanc se tourna vers Ayrenn.
- Bienvenue à vous, reine des fahliille. Nous, fils et filles d' Akatosh, seront à vos cotés.
- Merci mais j'ignore encore qui je vais devoir affronter.
- Tout simplement votre vieil ennemi – reprend Clwyd. Si nous le laissons faire il réussira là ou Alduin a échoué et livrera ce monde à son maître Molag Bal. Il a déjà échoué deux fois, c'est sa dernière chance.
- Vous voulez dire que celui qui est derrière tous ces malheurs est... Manimarco, le Roi des Vers?
- Oui, celui que vous avez affronté et vaincu mais comme Alduin, il est revenu. Il l'a tenté une première fois après que Mehrunes Dagon ait essayé de s'emparer de Tamriel et a échoué mais là encore il n'a pas été détruit. Il a seulement été chassé de ce plan mais est revenu presque immédiatement après. Je pense qu'il a commencé à préparer son complot lors de son premier retour. Cette tentative n'était qu'un leurre. Son but était de prendre le pouvoir dans vos îles afin de conquérir le continent pour l'offrir à son maître.
- De puis quand le savez vous?
- Pas depuis longtemps. La nuit ou Potema et moi avons fouillé les grimoires je n'ai pas tenu la distance mais Potema n'a pas lâché prise et a fini par trouver. Elle sait ce qu'est la nécromancie et c'est en examinant la relation de certains événements qu'elle a identifié notre adversaire. C'est aussi pour cela que je veux m'emparer de l'ambassade. Je veux savoir dans quel camp se trouve Elenwen, pour ou contre Manimarco et quelle part elle a eu dans ce jeu sinistre.
- Mais on dit que Manimarco est devenu un dieu, rival d' Arkay.
- Pour cela il aurait fallu que les neufs soient d'accord. Ce sont les huit qui ont appelé Talos. Ce n'est pas lui qui a décidé de devenir dieu. Je pense qu'il aurait préféré Sovngarde et je doute que les neuf accueille Manimarco parmi eux. Quand aux princes deadras ils n'ont pas envie de partager Oblivion avec un valet de Molag Bal.
- Je comprends pourquoi le Bâton de Magnus.
- Vous en aurez besoin pour faire face au maître nécromancien pendant que les dragons et moi, nous nous occuperons de ses séides.
- Il y aura un combat, des morts, dragons et elfes...
- Et peut être une humaine mais si je mourrais en tuant ce monstre je serais heureuse. Il y a des gens qui m'attendent en Sovngarde et bien que je ne sois pas pressée je serais heureuse de les revoir.
- Je vous envie.
- Vous vous devez à votre peuple, pardon à tous les peuple de Tamriel. Si Manimarco parvient à ses fins et domine le continent, les peuples des îles et d' Akavir se ligueront pour détruire entièrement Tamriel et venir à bout du Roi des Vers. Ils en ont les moyens et ce serait alors réellement la fin de notre monde.
- Comment savez vous çà?
- Hier soir j'ai eu une longue conversation avec votre fille et son mari. C'est Melka qui avait raison en parlant de gens plus vieux que les dieux, pas eux mêmes mais leur savoir... et ce que leurs ancêtres leur ont laissé.
- Donc – reprend Paarthurnax, le Dovahkiin va débarrasser Keizaal de la menace qui pèse sur elle puis il vous ramènera ici et nous partirons tous pour la tour de cristal afin de renvoyer le Roi des Vers à son maître. Durnehviir aurait été bien utile.
- Sa quête de savoir et de puissance l'a conduit à se faire piéger dans un plan d' Oblivion. Il y est depuis trop longtemps et ne peux plus vivre en Tamriel mais s'il y a combat là bas je pourrais l'appeler pour un moment.
- Cela ne m'étonne pas de toi, Dovahkiin. Tu es un grand exemple pour tous les Dov, à la fois puissant et plein de compassion.
- Ou vais je attendre? - demande Ayrenn
- Je doute que la compagnie des Grises Barbes soit très distrayante pour vous. - répond Clwyd. Vous serez plus tranquille à Heljarchen. Mabjaarn a prévu de rejoindre Vendeaume mais seulement après mon retour d' Haafingar. Elle et Delyth vous tiendront compagnie et vous pourrez compter sur Gregor et Erandur. De plus Ulfric a laissé une petite garnison au cas ou.
- Bien, je suppose que nous allons retourner chez vous?
- Il est temps, oui.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 08 Avr 2015, 13:06

Alastair a écrit:- Tout simplement votre vieil ennemi – reprend Clwyd. Si nous le laissons faire il réussira là ou Alduin a échoué et livrera ce monde à son maître Molag Bal. Il a déjà échoué deux fois, c'est sa dernière chance.
- Vous voulez dire que celui qui est derrière tous ces malheurs est... Manimarco, le Roi des Vers?


Il doit adorer se prendre des baffes ............................... Manimarco le maso :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 08 Avr 2015, 17:28

C'est vrai qu'il a loupé le planemeld pendant la deuxième ère et la destruction de la guilde des mages pendant la troisième. Que va t il lui arriver pendant la quatrième? :pense:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 09 Avr 2015, 07:34

Episode 81

En route

Odahviing et Aaksadonlok laissèrent Ayrenn et Clwyd à la porte d' Heljarchen. Tandis que le second retournait à Volciel, le premier s'envola vers l'ouest. Après une nuit de sommeil tous se préparèrent et descendirent se joindre au groupe de Balgruuf quand il passa sur la route du nord. Ayrenn et Mabjaarn avait une mine sombre et Delyth ne put s'empêcher de demander à Mabjaarn.
- Pourquoi êtes vous triste ma dame?
- Parce que j'en ai vu beaucoup partir ainsi mais tous ne revenaient pas. Dites moi Ayrenn, voulez vous savoir comment nous avons identifié l'ennemi?
- Tiens c'est une idée. Plus nous en saurons sur lui mieux nous serons à même de le combattre.
- Alors venez avec moi. La bibliothèque de Clwyd regorge de trésors.
- Je crois que nous allons vous accompagner – ajouta Arianwen.
- Oui – dit Allan, comme nous ne savons pas comment tout cela va finir il faut que j'informe les conseils.
- Bon, eh bien je vous dis au revoir. - termina Mara. Il faut que j'aille expliquer les derniers développements au père Tarantius au Haut Hrothgar.
- Sur ces mots Mara pris la route vers le sud tandis que les autres rentraient dans le manoir. Pendant ce temps nous chevauchions de concert avec Balgruuf et Irileth.
- Vous n'avez pas l'air en forme – demanda dame Clwyd à Balgruuf
- Avec Irileth, Hrongar, Caïus, Cipius, Farkas et Vilkas, nous avons passé la nuit à essayer de démonter le plan de Tullius et nous n'y sommes pas arrivés.
- J'ai épluché la carte, ajoute je, et je n'ai pas trouvé de faiblesses. L'inconnue reste l'attitude des défenseurs des forts et de l'ambassade. Les autres positions sont de simples camps sans défenses. S'ils sont toujours occupés ils ne devraient pas poser de problèmes... en principe maintenant n'importe quel plan devient caduc dès que l'on en a commencé l'exécution.
- Ceci est tout à fait vrai – répond Balgruuf. On a beau essayer de tout prévoir il y a toujours des impondérables.
Nous avions à peine pris la route de l'ouest quand nous avons croisé un convoi de prisonniers en route vers Vendeaume. Ils faisaient peine à voir. Tous très jeunes avançant péniblement dans l'air glacé du matin. On leur avait donné des vêtements civils et des couvertures mais on leur avait laissé leur bottes. Ils furent obligés de s'arrêter pour laisser passer notre colonne. En passant le long de la leur, j'entendis divers commentaires qui pouvaient se résumer à «On l'a échappé belle». Notre colonne regroupait des gardes de Blancherive et des sombrages. Les légionnaires étaient restés pour garder les positions face à la Crevasse ou malgré les parjures la menace persistait. Balgruuf interpella l'officier qui commandait l'escorte des prisonniers. Un capitaine de la légion que nous avions déjà rencontré.
- Bonjour Hadvar, d' ou sortent ils, tous ces elfes?
- Des déserteurs mon Jarl. Lors de leurs dernières tentatives, la plupart des assaillants à jeté ses armes et s'est rendue sans même tenter de se battre. D'après ce qu'ils disent il se passe des choses terribles à Alinor et ils ne veulent surtout pas y retourner. Ils parlent d'un mal ancien qui s'est emparé de la Tour de Cristal.
- Je croyais qu'elle avait été détruite pendant la crise d' Oblivion? - s'étonne Irileth
- D'après les prisonniers, c'est la première chose que le Thalmor a fait reconstruire quand il a pris le pouvoir. Ils disent que beaucoup sont morts pendant les travaux.
- Des nouvelles de l'ambassade – demande dame Clwyd.
- Toujours d'après les prisonniers, l'ambassadrice y serait gardée prisonnière depuis avant la prise de Solitude. C'est un émissaire spécial venu d' Alinor qui commande tout, soit disant au nom d' Elenwen. Le justiciar Ondolemar est toujours bloqué à Markarth par les parjures avec la complicité d' Igmund et de ses hommes. Je pense qu'il ne doit pas avoir envie de se retrouver face à vous tous. Tullius a installé ses quartiers à Morthal. Mais Rikke est aux ordres d' Ulfric jusqu'à ce que vous ayez pris votre commandement. Légionnaires, gardes ou sombrages, tous sont heureux de combattre sous vos ordres.
- Avec tous ces prisonniers, il ne doit plus rester grand monde en face – constate Irileth.
- Ils disent que les camps le long de la route de Nordguet à Solitude sont vides et qu'il n'y a qu'un rideau de troupes face à la Karth. Le reste est concentré dans les forts et à l'ambassade.Cela fait deux mois qu'ils n'ont reçu ni renforts ni approvisionnements à cause du blocus des Gaëls. Certains prisonniers disent même s'attendre à une attaque sur Nordguet. D'après Ralof, il faut s'attendre à une vague de désertions à votre approche. Il ne veulent pas se rendre aux parjures parce qu'ils ont peur des harfreuses et sont terrorisés par les gens des îles.
Pendant ce temps, les soldats de notre colonne ont poursuivi leur chemin et après de rapides adieu nous piquons des deux pour les rejoindre. A peine avons nous repris notre place en tête qu'un cavalier nous rejoint au galop. Surprise c'est Toyama qui a été nommé observateur par l'ambassadeur Yoshino. Je ne savais pas ce que signifiait l'expression «A marche forcée» mais maintenant je le sais, encore ais je la chance d'être à cheval. Nous avons fait une étape à Folvent ou nous avons reçu des renforts d' Aubétoile, gardes et légionnaires en même temps que la visite de Brina Merilis. D'après elle il y a des gens des îles qui sont venus s'engager pour participer à la campagne. Après une nuit de repos nous sommes repartis sans nous arrêter jusqu'à Morthal ou nous avons occupé les camps que Ralof avait fait préparer pour nous. Nous avons été reçus chaleureusement par le Jarl Idgrod et tous les soldats ont acclamé dame Clwyd, tenant la présence du Dovahkiin pour un gage de victoire. Après le repas du soir, il y a eu un conseil lors duquel Balgruuf s'est informé de la situation auprès de Tullius et des chefs locaux dont Ralof, Rikke et Galmar. Ce dernier a confirmé le nombre croissant de déserteurs et a annoncé que la menace pesant sur l'archipel de l'automne avait désormais un nom: Manimarco, le roi des vers. L'information vient non pas des déserteurs mais d' Aubétoile ou elle a été apportée par un navire des îles. Les habitants de l'archipel de l'automne qui peuvent mettre la main sur un bateau n'hésitent pas à risquer leurs vies pour échapper aux nécromanciens. Soit ils mettent carrément le cap à l'ouest pour trouver un navire Gaël soit ils tentent de rejoindre Lenclume ou Hauteroche. D'après ces informations ce serait Manimarco qui serait à l'origine de la grande guerre et par conséquent du bannissement de Talos pour des raisons jusqu'ici inconnues. Cela me remet en mémoire cette discussion à Heljarchen entre Ayrenn et dame Clwyd ou elles reparlaient de ce qui s'était dit avec les dragons. Ce Manimarco veut devenir dieu et pour cela il lui faut en évincer l'un des neuf ou des huit. J'avais connu le volonté de diriger le monde mais devenir un dieu, pour moi c'est nouveau. A ce moment dame Clwyd interpelle le général Tullius
- Dites moi général, avez vous eu des problèmes avec Elenwen durant mon séjour à Solstheim puis ma retraite à Volciel?
- Non, maintenant que vous me le demandez, elle s'est montrée extrêmement discrète pendant la trêve. Même les patrouilles de Justiciars se faisaient rare. Vous pensez qu'elle n'était pas d'accord avec les événements?
- Je ne sais pas. J'essaie de comprendre. Et il y a toujours cette histoire de rebelle altmer qui a disparu.
- Quand on m'en a parlé j'ai fait faire une enquête dans les ports. Intervient Galmar. Le seul altmer repéré à l'époque est un prêtre d' Arkay qui est arrivé à Aubétoile et est immédiatement parti pour Epervine. Un homme âgé, grand, très mince.
- Merci Galmar. C'est un indice intéressant. Cela me donne une idée qui expliquerait beaucoup de choses si elle s'avérait juste.
- Bien – coupe Balgruuf. Nous laissons trois jours aux troupes pour se reposer et remettre le matériel en état. Ralof, veillez bien sur les machines de siège au cas ou elles seraient nécessaires. Dès que nous aurons encerclé Pontdragon, ce sera à vous de jouer et une fois là, nous pourrons nous occuper de Solitude.
- D'après mes éclaireurs la ville est toujours vide. Il n'y a personne à l'intérieur des murs.
- Si je comprends bien - résume Tullius ce nécromancien veut réussir ce qu'il a manqué pendant la deuxième ère. Une nouvelle fusion des plans entre Tamriel et Havreglace.
- Tout à fait – répond dame Clwyd. Avant de partir régler ce problème à Alinor avec les dragons, il faudra que je demande à Ayrenn comment ils s'en sont débarrassés la première fois. Je présume qu'ils ont du briser l'ancre pour le chasser. Cette fois ci il faudra le tuer avant.
- Vous croyez cela possible.
- Je suis allée en Sovngarde vaincre Alduin puis en Apocrypha vaincre le premier Dovahkiin corrompu par Hermaeus Mora. Je crois que j'ai une chance à Alinor. De plus je ne serait pas seule.
- Si on m'avait dit tout çà à Helgen...
Ce fut mon humble personne qui eut le mot de la fin, au moins pour cette réunion.
- Mon père disait que quand le destin frappe à la porte, personne ne peut l'empêcher d'entrer.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 10 Avr 2015, 06:16

Episode 82

A l'assaut.

Trois jours après notre arrivée à Morthal, Balgruuf lança son attaque. Les troupes se glissèrent par le col de Gelroche jusqu'au Vif de Rannveig puis longèrent le cours d'eau vers l'ouest puis le nord jusqu'à la cabane du Crabier puis la Gorge des Voleurs. De là ils redescendirent jusqu'à la redoute de la tour Brisée puis droit vers le nord ouest à travers la montagne jusqu'au Saut de Bruca. Et de là vers le nord puis le nord est jusqu'à la plaine devant Volskygge. Jusque là, notre avance avait été jalonnée par les parjures qui couvraient notre flanc droit. Un de leur détachement pris la route vers l'ouest jusqu'à la mer en passant par Rimeroc tandis que nous partions vers le nord. A l'embranchement après la grotte de l'écho perdu Galmar conduisit la moitié des troupes vers l'est, faire le siège de Hraggstad tandis que Ralof avec l'autre moitié partait vers le nord et suivait la route jusqu'à la côte. Balgruuf et Rikke suivaient Galmar considérant qu'il avait la tache la plus difficile. Très vite les faits leur donnèrent raison avec des messages de Ralof signalant que les camps étaient vides et abandonnés comme Nordguet. Conformément au plan, Ralof se mit à longer la côte vers l'est jusqu'à rejoindre la route côtière au creux du Corbeau. Une fois Hraggstad verrouillé un détachement fit la liaison avec les hommes de Ralof qui avaient remonté la route tandis que le gros des forces descendaient vers Pontdragon. Il y trouvait les hommes du Légat Duilis qui informé de l'abandon du village par ses éclaireurs en avait profité pour l'occuper prenant aussi contact avec le Saut de Bruca en longeant la Karth. Les chefs étaient inquiets. Tout se passait trop bien et comme pour augmenter leur trouble, Hraggstad se rendit le lendemain de l'occupation de Pontdragon. Galmar et Rikke se dirigèrent vers Solitude, Galmar continuant vers la ville en ruines tandis que Rikke bifurquait vers l'ambassade du Thalmor. Pendant ce temps Ralof avait continué son chemin le long de la côte nord et avait commencé à ramasser des prisonniers. Pour commencer ce furent des déserteurs puis la garnison du phare se rendit. Les premières résistances apparurent à l'approche de l'arche puis brusquement ce fut la débandade, la moitié des Thalmors se rendant tandis que l'autre fuyait pour aller se jeter dans les bras de Galmar. Nous avions accompagné ce dernier au cas ou l'ennemi aurait tenté de résister dans les ruines mais la ville était aussi vide que quand nous y étions venus précédemment. Galmar fit hisser la bannière de Solitude sur ce qui restait de Mornefort puis nous avons suivi dame Clwyd jusqu'aux positions de la légion devant l'ambassade. Là l'affaire était chaude. La plupart des combattants ennemis étaient des sorciers et des Justiciars pour lesquels il n'était pas question de se rendre. Les légionnaires avaient commencé à resserrer leur emprise tout autour de l'ambassade mais l'opération promettait d'être coûteuse. Les prisonniers étaient envoyés le plus vite possible de l'autre coté de la Karth dans un camp près de fort Busard. Cela permit à Ralof et Galmar de contrôler complètement la route en contre bas, à l'ouest des positions Thalmors. Balgruuf rechignant à donner un assaut coûteux convoqua un conseil de guerre.
- Devons nous attaquer? - demanda t il
- Il le faut si nous voulons libérer l'endroit. - répondit Galmar mais çà va coûter cher.
- Je ne suis pas chaud – ajoute Ralof mais mes hommes sont les plus frais.
- J'ai commencé à ramener les machines qui étaient autour de Hraggstad – ajouta Rikke. Nous pourrons bientôt les écraser.
- Que tous ces tueurs y laissent leur peau ne me gène pas – coupa dame Clwyd mais nous devons savoir et pour cela nous emparer des chefs, vivants de préférence. Je crois que je vais emmener mes amis visiter l'ambassade en passant par la porte de derrière.
- La porte de derrière? - s'étonna Irileth
- Oui, il y a un passage entre la grotte du Relent et les sous-sol de l'ambassade. Là ou ils gardent leurs prisonniers et les interrogent. C'est par là que je suis partie après avoir visité les lieux la première fois.
- Ils ont du bloquer ce passage depuis.
- Nous verrons bien. Ça ne coûte rien d'essayer et si nous pouvons les prendre à revers çà facilitera les choses à tout le monde. Il faut battre le fer quand il est chaud. Dès qu'il fera nuit nous partirons. J'ai ma petite idée sur ce que nous allons trouver et je veux la vérifier. Il serait intéressant de renforcer le contrôle sur cette partie de la route car des fuyards pourraient vouloir prendre ce chemin.
- J'aimerais vous accompagner – demanda timidement Toyama. J’ai besoin d'un maximum d'informations pour pouvoir faire un rapport correct.
- Pourquoi pas – répondit Balgruuf. Si dame Clwyd est d’accord je ne m'y oppose pas. Essayez tout de même de ne pas vous faire tuer. L'ambassadeur Yoshino n'apprécierait pas.
- Il voudrait surtout être à ma place et il veut le maximum d'informations sur les capacités martiales de l'ennemi.
- Vous êtes le bienvenu – répond dame Clwyd. Nous partirons à la nuit faite.
- Quelques heures plus tard nous nous glissons dans l'ombre de la falaise en dessous de l'ambassade jusqu'à la fameuse grotte. Les légionnaires de gardes nous dirent avoir tué trois trolls des glaces depuis qu'ils étaient arrivés et nous fournirent une échelle. En entrant dans la grotte nous fûmes accueillis par une odeur atroce, celle des trolls plus celle des restes humains qui pourrissaient sur le sol.
- C'est comme çà que le Thalmor se débarrasse des restes de ses victimes. - commenta dame Clwyd
- Même à mon pire moment, je ne me suis jamais abaissé à çà – ajoute Potema dont le regard s'est durci.
Grâce à l'échelle, nous pûmes atteindre le niveau supérieur de la caverne sans difficultés. Arrivés à la trappe, dame Clwyd grimpa doucement l'échelle et déverrouilla le panneau avec une clé qu'elle avait gardée. Elle souleva légèrement le panneau et nous entendîmes tous les échos d'une conversation ou les hurlements hystériques d'une femme répondait aux déclaration froides et factuelles d'un homme.
- Je ne me rendrais pas – hurla la femme
- Dame Elenwen, notre destin est scellé. Nous n'avons reçu ni renfort ni ravitaillement depuis trois mois. Dès qu'ils en ont l'opportunité nos gens se sauvent et vont se rendre à l'ennemi. Il nous reste à peine deux cent Justiciars affaiblis et affamés pour défendre l'ambassade et les légionnaires installent des catapultes pour briser nos défenses. Que vous le vouliez ou non, nous sommes fichus. Quand nos murs seront tombés, ils donneront l'assaut et la majorité de nos combattants jettera ses armes.
- Pour se faire massacrer
- Nos éclaireurs ont vu la reddition de la garnison de Hraggstad. Il n'y a pas eu de massacre. Les prisonniers ont été emmenés vers le sud et il y avait même des chariots pour ceux qui ne pouvaient pas marcher et l'information s'est diffusée dans notre garnisons. Nos hommes savent qu'ils peuvent se rendre sans risques, au moins les soldats, pour les sorciers...
- Runendil, pourquoi avoir massacré les habitants de Pontdragon ? Pourquoi avoir brûlé Solitude ?
- Je vous l'ai déjà dit – répond une autre voix masculine. Ils ont résisté.
- Faux. - Reprend le premier homme. Les habitants se sont laissés rassembler dans une clairière ou vos sorciers les ont massacré. Même les gens du Penitus Oculatus ont été assassinés dans leur sommeil. Vous avez semé les germes d'une tempête qui va nous détruire et le Domaine avec nous. Et je ne sais toujours pas pourquoi vous nous avez lancé dans cette aventure déraisonnable.
- Parlez Runendil, c'est un ordre ! – reprend la femme.
- Je n'ai pas d'ordre à recevoir de vous.
- Si je comprends bien, nous devons mourir et vous refusez de nous dire pourquoi ?
- Rendez vous si vous le souhaitez capitaine et livrez cet idiot à l'ennemi. Après tout c'est lui le responsable de tout ce gâchis mais en ce qui me concerne je ne me rendrais pas. - reprend la femme.
- Bien. Gardes ! - crie le capitaine
On entend un piétinement et une voix répond
- Oui Capitaine ?
- Assurez vous du Justiciar Runendil. Il est en état d'arrestation pour refus d'exécuter un ordre. Surveillez le en permanence !
- Oui Capitaine, à vos ordres
Il y a comme un bruit de lutte puis un piétinement et des pas s'éloignent.
- Dame Elenwen, pourquoi mourir ? Vous l'avez dit vous même, vous n'êtes aucunement responsable des événements. C'est cet imbécile qui a tout déclenché avec ses ordres venus d' Alinor.
- Vous ne comprenez pas Cledwyn, Toute ma vie j'ai suivi les ordres d'un monstre sans le savoir. Tout ce que nous avons fait avant, pendant et après la grande guerre viens de lui. De Manimarco qui veut livrer le domaine d'abord et Tamriel ensuite à son maître Molag Bal
- Le roi des vers ?
- Lui même. Et cet imbécile de Runendil se glorifie de le servir.
- Depuis quand le savez vous ?
- Avec certitude, depuis hier mais cela faisait un moment que je me doutais qu'il y avait anguille sous roche. En fait depuis le début de la trève.
- Ce n'est pas une raison pour mourir.
- Je préfère choisir ma fin plutôt que d'être conduite au billot par les nordiques. J'ai vu à quoi çà ressemblait à Helgen et çà manque vraiment de dignité même si l'homme que j'ai vu périr de cette façon l'a fait avec courage. Prévenez moi quand ils arriveront je me tuerais à ce moment la. Promettez le moi, s'il vous plaît ?
- Bien dame Elenwen, je vous le promet.
Sur ces mots on entend des pas s'éloigner puis il y a un long silence qui est brisé par des sanglots. Dame Clwyd nous chuchote
- Angus, Ian et Toyama vous allez bloquer les portes en haut des escaliers. Ian à droite , les autres à gauche. Potema et Lydia avec moi. Surtout empêchez là de se tuer.
Dame Clwyd ouvre grand la trappe et nous nous précipitons dans la salle. Cela ressemble furieusement à la salle d'interrogatoire de Nordguet. Une femme est assise à une table sur la droite. Elle ouvre de grands yeux en voyant Ian passer devant elle en courant et grimper les escaliers quatre à quatre tandis que Toyama et moi empruntons les autres.
- Vous ne m'aurez pas vivante - s'écrie t elle à l'adresse de dame Clwyd, brandissant une dague et la pointant sur sa propre poitrine.
- ZUN HAAL VIIK – répond dame Clwyd et je vois la dague brandie par la femme s'envoler à l'autre bout de la pièce. Je suis désolée mais il y a des tas de gens qui ont beaucoup de questions à vous poser dont une en particulier qui a de droit autorité sur vous.
- Qui êtes vous ?
Dame Clwyd retire son casque
- Vous ? Vous que je vous croyais disparue à Solstheim, une simple petite aventurière ?
Dame Clwyd s'approche de la femme
- Regardez moi bien droit dans les yeux.
La femme s'exécute et je la voix pâlir et se reculer jusqu'au mur. Je ne sais pas ce qu'elle à vu mais elle est maintenant terrorisée.
- Qui êtes vous vraiment ou plutôt qu'êtes vous ? - demande t elle d'une voix tremblante.
- Je suis le Dovahkiin, l'Enfant de dragon ou le Sang de dragon, comme vous voulez quand à ce que je suis, c'est pourtant évident. Je suis un dragon dans une enveloppe humaine comme l'était Tiber Septim et tant d'autres avant lui.
La porte de droite s'ouvre à ce moment.
- Dame Elenwen ils… - s'écrie le capitaine.
- Trop tard – répond Potema en souriant tandis que Ian referme brutalement la porte derrière l'arrivant.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 11 Avr 2015, 08:30

Episode 83

Rencontre imprévue

Nous voyons tout de suite que l'arrivant ne représente pas une grosse menace. C'est un altmer. Il porte une robe de sorcier Thalmor sur les épaules mais un de ses bras est en écharpe. Il est grand mais maigre, émacié même.
- Je suppose que ceux qui arrive sont des sombrages et des impériaux. - demande dame Clwyd
- Oui. Nous avons déposé les armes. Nous ne sommes plus en état d'opposer une quelconque résistance et en plus il y a un énorme dragon blanc qui fait des cercles au dessus de l'ambassade.
- Un grand dragon blanc?
- Oui, je pense qu'il vous attend.
- Tiens donc et qu'est ce qui vous le fait pensez ?
- Vous êtes le Dovahkiin, l'enfant de dragon, l'un d'eux.
- Vous en savez des choses, dites moi ?
- J'ai été blessé gravement lors de notre première attaque sur Morthal. Je ne me suis relevé de mon lit de misère que peu de temps avant que les vôtres reprennent la rive droite de la Karth ce qui fait que j'ai échappé à la capture seulement pour me retrouver aux commandes d'une garnison démoralisée et affaiblie. Pendant que j'étais immobilisé j'ai eu le temps de réfléchir.
- J'ai entendu votre conversation. Vous savez donc qui dirige réellement le Thalmor et le domaine Aldmeri ?
- Oui et je ne sais pas comment mais la nouvelle s'est répandue dans la garnison ce qui a achevé de la pousser à la reddition et si on ajoute le dragon…
- Oui, le dragon blanc… A qui devez vous rendre les armes ?
- Ils sont deux. Le légat Rikke et un nommé Ralof, le chef des sombrages qui combattent aux cotés de la légion.
- Est ce qu' Ulfric est là ? - demande Elenwen
- Non dame Elenwen. Quand j'ai posé la question on m'a répondu que c'était le Jarl Balgruuf qui commandait sur le terrain. C'est à lui que nous allons nous rendre.
- Bien ! - reprend dame Clwyd. Ne les faisons pas attendre. Elenwen vous venez avec nous. Je crois que vous allez avoir l'honneur de rencontrer un des enfants d' Akatosh. Montrez nous le chemin capitaine.
Ian rouvre la porte et le capitaine attend que nous l'ayons rejoint pour nous guider jusqu'au rez de chaussée de l'ambassade. Le Jarl Balgruuf, entouré par le légat Rikke et Ralof nous y attendent.
- Je ne sais pas si la venue du dragon est une de vos idée mais c'était une bonne idée. - dit le Jarl à dame Clwyd. J'ai lu il y a peu dans un certain livre que la meilleure façon de gagner une guerre était de le faire sans livrer bataille.
- La dernière fois que je l'ai vu, il m'a dit qu'il allait réfléchir au problème qui se pose à nous à Alinor. Je suppose que sa venue est le fruit de ses réflexions.
- Je ne vois pas comment je pourrais vous aider pour çà. Je vais déjà en terminer avec notre tâche en cours ici. Au fait capitaine ne nous sommes nous pas déjà rencontrés.
- Si, lors de notre première tentative sur Morthal. Depuis je ne peux plus porter ni armes ni armures.
- Vous êtes vivant. C'est déjà plus que pour beaucoup. Dame Clwyd que décidez vous ?
- Je vais sortir pour voir ce que notre visiteur ailé a à nous dire. L'ambassadrice Elenwen est ma prisonnière. Je vais l'emmener avec moi pour qu'elle rencontre notre amie à Heljarchen.
- Il vous faudra une escorte et une garde renforcée la bas.
- Effectivement.
- Hadvar est revenu il y a peu avec sa compagnie. - intervient le Légat. Il se fera un plaisir de vous accompagner puis de monter la garde autour de votre maison afin d'assurer la sécurité de votre prisonnière. Qu'en pensez vous Ralof?
- Je suis d'accord. Mes gens sont trop jeunes. Ils manquent de discipline et il y a beaucoup de ressentiment chez eux. Les légionnaires sont beaucoup plus fiables sur ce point, même ceux qui viennent de Lenclume.
- Bien. Alors c'est décidé. Je vais en informer Galmar et Ulfric. A propos, Dovahkiin, je ne sais pas ce que vous lui avez dit mais il est beaucoup plus serein depuis le Moot.
- Disons que ses actions précédentes étaient en partie motivées par un sentiment de culpabilité pour certains événements. Sentiment qui pour cette occurrence n'avait pas lieu d'être. Bien sur il reste Markarth mais là je ne peux rien pour lui. Il faudra qu'il vive avec… Et avec Madanach.
- A propos Igmund et lui se sont mis d'accord et nous ont livré Ondolemar.
- A eux deux, ils devraient pouvoir s'occuper des Sang d' Argent.
- Je pense oui.
- Bon allons y. Je sais qu'il n'aime pas rester loin de sa montagne.
A peine étions nous sortis de l'ambassade qu'une ombre imposante passa au dessus de nous puis après une boucle revint se poser devant notre groupe, projetant la neige dans toutes les directions. Les soldats s'étaient écartés le plus loin possible et regardaient la scène avec un mélange de terreur et d'excitation. Un dragon blanc, encore plus gros que le dragon argenté qui nous avait alerté à Rivebois, plus vieux aussi, à voir les cicatrices et les marques sur ses écailles. Dame Clwyd s'approcha de lui sans hésitations et comme Lydia poussait Elenwen en avant nous avons suivi, Potema n'hésitant pas à se glisser au coté de dame Clwyd attirant ainsi l'attention du dragon.
- Tiens donc - gronde t il, une descendante d'un sang de dragon. Comment te nomme tu joor ?
- Potema seigneur dragon – répond celle ci
- Hmmm ! La Reine Louve en personne. C'est bien Dovahkiin. Tu vas avoir besoin d'elle à tes coté face au sorcier.
- Il faut qu'elle vienne avec nous ?
- Oui. Nous autre sommes trop puissants pour réellement pouvoir faire la différence entre amis et ennemis. Nous pourrons faire peur au début mais nous ne prendrons part au combat que si tu es abattue. Tu devines ce qui arrivera si nous prenons part à la lutte. Toi et la reine des elfes devrez affronter le sorcier tandis qu'elle devra empêcher ses complices d'intervenir. Ne t'inquiète pas je l'emmènerais aux coté de Aaksadonlok et Odahviing. De plus tous mes frères et sœurs Dovah viendront maintenant qu'ils savent qui nous devons combattre. Le fils du deadra est à l'origine de bien des maux qui ont frappé Taazokan. Dovahkiin, quatre jours après la nouvelle Masser appelle Odahviing et nous viendrons… Tous.
Sur ces mots le dragon étend ses ailes, s'envole et disparaît dans les nuages. A ce moment je remarque plusieurs silhouettes qui s'approchent de nous.
- Nous avons de la visite
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 11 Avr 2015, 21:13

Alastair a écrit:- Oui. Nous avons déposé les armes. Nous ne sommes plus en état d'opposer une quelconque résistance et en plus il y a un énorme dragon blanc qui fait des cercles au dessus de l'ambassade.


Il est préférable de se rendre , dans ce cas :mdr:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 12 Avr 2015, 09:07

Episode 84

Des visiteurs surprise

Au fur et à mesure que les visiteurs approchent on distingue deux couples, tous d'un certains age. Le premier homme porte une armure d'acier, tandis que le second se contente d'un manteau. La première femme porte une armure de cuir mais arbore une katana tandis que l'on de distingue pas le visage de l'autre sous la capuche de la robe de mage. Quand ils sont plus près, je reconnais l'homme en armure, c'est Madanach, le chef des parjures mais je ne connais pas les autres.
- Je suis heureuse de vous revoir Madanach. Je suppose que c'est Melka. - commence dame Clwyd
- Oui, c’est moi, répond la mage en soulevant sa capuche.
C'est une femme au visage lisse et aux cheveux bruns avec deux grand yeux bleus lumineux, comme éclairés par un feu intérieur.
- J'ai décidé de reprendre une apparence humaine dans l'intérêt de mon peuple. Les crevassais auront besoin d'une représentante humaine et non d'un monstre.
- Est ce que toutes les harfreuses peuvent reprendre une telle apparence ? – demande Potema
- Oui, Reine Louve mais on y perd un peu de pouvoir. C'est un petit sacrifice pour moi mais toutes n'y sont pas prêtes.
- Et que vont devenir les roncecoeurs ?
Les roncecoeurs? Ce sont des guerriers parjures comme les autres auxquels nous avons donné plus de force et de pouvoir. Une sorte de nécromancie sans les malédictions qui entourent cette dernière. Ils continuerons à vivre et à mener les parjures au combat quand il le faudra.
- Balgruuf est à l'intérieur. Il sera heureux de vous voir. - reprend dame Clwyd
- C'est pour cela que nous sommes venus. - répond Madanach. Nous avons appris pour le Moot. Ulfric s'est effacé. Je n'attendais pas cela de lui. Cela facilitera les choses entre nous.
- Si vous savez le prendre, l'ours de Markarth fera amende honorable.
- Je suppose que cette dame est la responsable d'une grande partie de nos problèmes. - dit Madanach en désignant Elenwen
En partie mais elle n'était qu'un rouage d'une machination ourdie par beaucoup plus puissant qu'elle. De plus elle doit avoir une conversation avec quelqu'un avant que j'aille la bas régler le problème.
- Les dieux vous aident, Clwyd, tous les dieux – reprend Melka tandis qu'ils se dirigent tous les deux vers l'ambassade.
Dame Clwyd se tourne alors vers les deux autres personnes
- Delphine et Esbern, c'est une surprise.
- Nous avons entendu des bruits étranges vous concernant. - répond Delphine. Des bruits qui disent que vous allez revendiquer le trône.
- C'est une possibilité mais avant cela il faudra rétablir la paix en Tamriel et neutraliser le pouvoir qui guide le Thalmor.
- Manimarco – intervient Esbern
- Exactement.
- Ce n'est pas étonnant que nous n’ayons pas pu faire face il y a trente ans.
- C'est effectivement un adversaire redoutable et cette fois ci il faut en finir avec lui définitivement.
- Est ce que ce sera possible ?
- J'espère y arriver sans que les dragons interviennent même ci se sont eux qui nous conduisent la bas. Si par malheur je devais échouer ils régleront la question à leur manière et ne laisseront que des cendres de l'archipel. Les joorre auront une dette envers eux et les Dov ne les laisseront pas l'oublier.
- Il serait donc préférable que vous réussissiez.
- En effet. Mon état d'enfant de dragon fait de moi un risque énorme pour la paix en Tamriel. Si je prends le pouvoir, je régnerais comme Tiber Septim l'a fait avant moi. Même si sa paix a duré un certain temps, on ne peux pas dire que les moyens employés étaient très jolis. L'utilisation du Numidium pour établir l'empire puis pour se débarrasser des neutres a conduit au Voile de l' Ouest qui a peut être ramené la paix autour de la baie d' iliac mais coûté de nombreuses vies innocentes. L'empire est une nécessité mais pas dans sa forme actuelle qui a conduit à tous les conflits qui ont suivi le règne de Tiber.
- Comme la guerre du Diamant Rouge – commente Potema. Les Lames savaient mais n'ont rien pu empêcher.
- Mais s'il n'y a plus d'empereur il ne peut pas y avoir d'empire – éclate Delphine.
- Il n'y aura plus d'empereur omnipotent. J'y ai bien réfléchi et j'ai ma petite idée.
- Mais qui êtes vous à la fin ?
- Je vous l'ai dit mais vous n'écoutez jamais – interrompt Esbern. Cette demoiselle a encore plus que dame Clwyd le droit de nous donner des ordres. Ordres auxquels il est de notre devoir d'obéir.
- Vous dites tant de choses Esbern.
- Cette dame est du sang des Septims même si elle n'est pas sang de dragon.
- Esbern, vous connaissez ses projets ?
- Oui, en partie car elle m'a fait l'honneur de me consulter. Un premier projet est en cours d'étude à Vendeaume, en Hauteroche, en Lenclume, en Morrowind et au Marais Noir. Le désordre qui règne actuellement en Cyrodiil ne permet pas aux comtes de faire de même et il faudra attendre l'intervention de dame Clwyd et de ses amies à Alinor pour que ce soit possible et que le domaine en fasse autant. Les Lames ont hérité beaucoup de traditions et de coutumes des akavirois. C'est oublier que de tout temps l'emblème impérial a été le dragon et ce dragon n'est pas un simple reptile volant mais Akatosh lui même. Il est temps de revenir aux sources.
- Je ne comprends pas.
- C'est pourtant simple – reprend Potema. Vous allez reconstituer les lames comme un service de sécurité et de renseignement impérial. Vous informerez le gouvernement et lutterez contre les ennemis de l'empire. La seule différence est que cet empereur changera à intervalle régulier et que la capitale changera en même temps.Le conseil des anciens sera constitué par les Jarls de Bordeciel, les comtes de Cyrodiil, les représentants des grandes maisons dunmers, ceux de Lenclume, de Hauteroche et du Marais Noir. Pour les territoires constituant le domaine il faudra attendre la résolution de la crise. Vous avez du pain sur la planche. La seule contrepartie qui vous sera demandée sera d'abandonner la chasse aux dragons. Ceux qui les mènent sont ceux qui ont permis aux mortels de se libérer du joug d' Alduin et tous vont se regrouper à Alinor au cas ou nous ne parviendrions pas à abattre le Roi des Vers. Quoiqu'il arrive à Alinor, Les chefs des provinces libres sont décidés à faire front commun contre l'ennemi avec l'aide des gens de l'ouest et de l'est.
- Ce n'est peut être pas une bonne idée que vous y alliez toutes les deux – reprend Esbern. Vous êtes les deux seules a pouvoir imposer ces changements.
- Il n'est pas question d'imposer quoique ce soit. Les provinces devront adhérer volontairement au nouvel empire.
- Il le faut. - ajoute dame Clwyd. Je dois faire en sorte d'attirer et de retenir l'attention de Manimarco pendant que mes Potema et Ayrenn l'abattront. J'ai d'ailleurs quelques surprises en réserves. Même s'il sait ce que je suis il ignore l'étendue réelle des pouvoirs d'un Dovahkiin.
- Est ce que la reine des elfes est au courant du plan ?. - demande Delphine
- Oui. Elle a participé à son établissement, comme d'ailleurs la reine Elisif. - répond Potema. Quand nous en aurons fini, je viendrais vous voir à Havreciel pour mettre la machine en route.
- Et si vous échouez ? Si les dragons échouent ? Que va t il se passer ?
- Les gens des îles de l'ouest tenteront à leur tour de vaincre le mal et si leurs guerriers n'y parviennent pas ils se serviront du savoir de leurs ancêtres. J'aime autant ne pas voir cela.
- C'est si terrible que çà ?
- L'ambassadeur Yoshino m'a parlé du pouvoir de certaines armes des anciens, capables de réduire en cendres des pays entiers. C'est pourquoi, même si j'y laisse la vie, Manimarco doit être vaincu et de toute façon, il y a en Sovngarde des gens que je serais heureuse de revoir.
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 12 Avr 2015, 13:01

Je ne sais pas qui montera sur le trône de l'empire , mais elle/il pourra choisir Potema comme conseillère :super:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 12 Avr 2015, 18:31

Tiens, un bon quizz
Qui héritera du trône impérial???
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar SLESSIR » 12 Avr 2015, 18:57

*buzzzzz*

STEPHANIE DE MONACO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :rofl:
Sors de la nuit, de la mer et du temps ; Revis les légendes que porte le vent.

Forum RP: panther forumchti.com
Offline

Avatar de l’utilisateur
SLESSIR
Membre d'Honneur
 
Messages: 8737
Images: 64
Inscription: 10 Déc 2008, 02:19
Localisation: Quelque part , perdu entre mes rêves et mes songes

Messagepar Alastair » 12 Avr 2015, 18:59

perdu :mdr:
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

Messagepar Alastair » 13 Avr 2015, 06:51

Episode 85

Avant la lune

Le retour à Heljarchen fut triste. Tout le monde pensait à cette expédition vers l'archipel de l' Automne. Même avec l'aide des dragons il n'était pas sur que nos amies en reviennent. Ian et Potema chevauchaient de concert. Peut être à cause de son passé, elle était la seule à avoir confiance dans l'avenir. Selon dame Clwyd, elle avait été une rude adversaire et les quelques fois ou je l'avait vu se battre avaient confirmé cette opinion. Quand nous sommes arrivés au manoir, des visiteurs nous attendaient. Un colosse rougegarde accompagné d'une jeune femme très pâle, aux cheveux noirs et aux yeux flamboyants. Dame Clwyd leur donna l'accolade et les fit entrer dans la grande maison ou nous les suivîmes. Elenwen toujours escortée par le capitaine de la légion suivit le groupe, apparemment de plus en plus anxieuse. Dame Clwyd fit les présentations. Le rougegarde était Isran, chef de la Garde l'Aube, une guilde de guerrier qui lutte contre les vampires « sauvages » et sa compagne, Serana, la fille de dame Valerica. Ils étaient venu apporter à dame Clwyd des armes enchantées dont ils avaient la garde. Aubéclat, l'épée de Méridia et l'arc d' Auriel avec ses flèches solaires. Deux armes efficaces contre les morts vivants que ces dames allaient très certainement affronter.
- J'aimerais beaucoup venir avec vous – s'exclama Serana. Mais Isran n'est pas d'accord et j'avoue avoir un peu peur des dragons.
- Tant qu'on les traite respectueusement que l'on ne fait pas les mêmes âneries que Farengar il n'y a pas de risques. Ce sont des créatures très intelligentes avec chacune sa personnalité, comme les joorre
- Je veux bien te croire mais je les ai vu mettre les Thalmors en fuite quand ceux ci ont voulu s'infiltrer dans la Brèche. C'était très impressionnant. Encore que seuls les mages ayant été assez fous pour les attaquer ont été tués.
- Nous avons construit un poste de guet – Intervient Isran. Accessible seulement depuis notre fort pour contrôler les passes et en cas de problème il nous suffit d'allumer un signal sur une crête pour prévenir Faillaise.
- Bien. Merci d'avoir apporté ces armes. Nous allons en avoir besoin.
Il y a un long silence puis dame Clwyd reprend
- J'ai peur de l'échec. Si nous ne débarrassons pas Nirn de Manimarco, une ère de ténèbres risque de commencer. Les peuples de l'ouest ne le toléreront pas et sortirons de leurs cachettes des armes héritées de leurs ancêtres. Des armes qui peuvent effacer toute vie en Tamriel. Le peuple de l'est n'en dispose pas mais ne s'opposera pas à leur usage s'il en va de la survie des hommes et il y a l'inconnue des peuples d' Akavir qui ont secoué le joug de leurs maîtres. Nous allons profiter du temps qui nous reste avant la nouvelle Masser pour nous préparer du mieux possible.
- Nous allons prendre congé. - reprend Serana. Isran et moi voulons aller voir ma mère à Volkihar.
- Tu vas être surprise par l'aspect de la forteresse. Ta mère en a fait quelque chose de très beau … et de très bien défendu.
Sur ces mots Isran et Serana nous firent leurs adieux, cette dernière ayant du mal à cacher son anxiété. L'épisode suivant fut la rencontre entre Elenwen et Ayrenn. Dès que l'ambassadrice vit la reine elle comprit tout de suite à qui elle avait affaire et tomba à genoux, touchant le sol de son front.
- Relevez vous - ordonna la reine. Savez vous qui je suis ?
- Oui Majesté. Vous êtes la reine Ayrenn qui a disparu pendant la deuxième ère.
- Bien. Et comment le savez vous ?
- Vous portez la couronne et l'anneau. Seul un souverain légitime le peut.
- Que savez vous de ma disparition ?
Seulement la version officielle. Vous avez été assassinée sur ordre du roi Émeric et du roi Jorunn. Le Thalmor de l'époque a eu beaucoup de mal à protéger le domaine après votre… disparition. Vous avez été ensevelie dans la crypte des rois. Je ne sais rien d'autres. Runendil est arrivé juste avant le début des opérations avec des ordres d' Alinor. C'est à ce moment là que nous avons su à quoi étaient destinés les renforts que nous recevions depuis un mois malgré les attaques des navires Gaëls. J'ai tenté de m'y opposer mais les documents de Runendil étaient on ne peut plus explicites. Ce plan était totalement absurde. Comme si on voulait délibérément sacrifier notre jeunesse. J'ai été obligée d'interroger discrètement des recrues pour en apprendre davantage et ce n'est que deux jours avant l'attaque des nordiques que l'une d'elles a accepté de me parler des rumeurs qui couraient l'archipel. C'est là que j'ai compris que nos morts étaient un sacrifice voulu par une entité dans son propre intérêt. Le lendemain, j'ai entendu deux Justiciars terrorisés parler entre eux du Roi des Vers et j'ai enfin compris. Ce qui ne servait plus à rien car j'avais les mains liées. Ondolemar était coincé à Markarth. La situation a commencé à s'éclaircir quand Runendil, affolé par nos défaites successives a fait revenir le capitaine Cledwyn malgré ses blessures. Dame Clwyd et ses amis ont entendu comment il avait réglé le problème. Son but, que j'approuvais, était de sauver le maximum des jeunes gens qui formaient le reste de nos troupes mais je ne voulais pas tomber entre les mains des nordiques, du moins pas vivante.
- Pourquoi donc ?
- Je doute que certains d'entre eux me pardonnent ce que j'ai fait pendant la guerre.
- C'était la guerre – lance une voix depuis la porte. Certaines de vos actions pouvaient se justifier mais pourquoi m'avez vous poussé à semer le désordre en Bordeciel ? - Continue le Jarl Ulfric en entrant dans la pièce.
- C'était les ordres que l'on m'avait donnés et j'ai accepté de les exécuter car j'avais peur de la puissance guerrière que représente Bordeciel et de son aura dans tout Tamriel. Aura, augmentée par l'aide que vous avez apporté aux dunmers après l'éruption du Vvardenfell En réalité cela faisait partie d'un plan conçu il y a des siècles afin qu'un mortel devienne un dieu de son propre fait, sans avoir été appelé par les Aedras. Chacun des morts, humain ou elfe servait à accroître son pouvoir. Enfin c'est ce que j'ai déduit des maigres informations que j'ai pu récolter. Il faudrait demander à Runendil.
- Ça va être difficile – répond Ulfric. Cet idiot a tenté de s'échapper et il a été rattrapé par un dragon…
Il y a un silence pendant que chacun imagine ce qui a pu arriver à ce Runendil, silence interrompu par l'entrée d' Hadvar et de deux de ses hommes encadrant un sorcier Thalmor en piteux état.
- Clwyd, un dragon rouge a apporté ce monsieur pour toi – annonce t il
Je pardonne toujours à mes ennemis... Quand ils ont été pendus

- Beaucoup d'auteurs présumés à cette citation ;)

Image
Offline

Avatar de l’utilisateur
Alastair
 
Messages: 4816
Images: 2
Inscription: 08 Avr 2014, 08:47
Localisation: Picardie

PrécédenteSuivante

Retourner vers TES 5 : Galeries de portrait

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité